Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)
AIMELES Antiféminisme

Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

mal-être à cause de la société bien entendu.

  • La journaliste met en scène une image de duo lesbien sympathique en tête d’article.
  • La journaliste utilise des phrases de connivence : étonnement relayé des personnes interrogées sur leur normalité.
  • 4 La mauvaise foi de l’article :

    • La journaliste n’interroge que des enfants qui ont l’air d’aller bien dans leur peau, sans que nous puissions connaître leur état réel, ni leur devenir en tant qu’adultes. 
    • La journaliste justifie les souffrances des enfants par l’existence de normes sociales.  Sous-entendu : il faudrait que la société s’adapte à toutes les demandes individuelles pour que les individus ne souffrent plus. Soit l’inverse d’une définition de la société…
    • La journaliste évite toute question qui fâcherait : sur-représentations des pratiques homosexuelles chez les enfants éduqués par des homosexuels,  fonctionnement de couple, complexité humaine.
    • La journaliste banalise cette situation qui « pourrait devenir courante » tandis qu’elle reste très marginale.
    • La journaliste relate un cas de polygamie issue de pratiques homosexuelles, mais elle relaie aussi l’affirmation que la destruction du cadre du mariage ne favoriserait pas la polygamie.
    • La journaliste affirme que ces enfants ont particulièrement souffert de discrimination mais qu’ils sont comme les autres.

     

    Etape n°2 : laisser des pratiques illégales ou immorales se propager.

    Tolérer une pratique illégale, c’est l’encourager. Quand elle s’est généralisée et qu’on ne peut plus mettre en prison des dizaines de milliers de personnes, il faut laisser faire.

    Exemples de pratiques illégales tolérées avant la « libération » sexuelle : laisser accès aux images pornographiques, magnifier des films érotiques qui vont toujours plus loin dans la transgression jusqu’à changer de registre, ne plus sanctionner la prostitution. Plus en amont, on peut dire que la banalisation de la masturbation a pu jouer un grand rôle dans la révolution sexuelle, raison pour laquelle certaines ONG en font aujourd’hui la promotion à un niveau international (4)

    Exemple de pratiques illégales tolérées avant la possibilité d’union légale pour les duos homosexuels : pourquoi les premières personnes à pulsions homosexuelles qui ont été à l’étranger se faire inséminer ou acheter des enfants, n’ont pas été punies fermement par la loi ? Au contraire, elles sont passées à la télévision pour faire la promotion de leurs choix (5) ou même, elles ont été reçues à l’Assemblée nationale (6). Il y a des parents à qui on a retiré leurs enfants pour moins que cela. Priver un enfant de père ou de mère aurait dû être reconnu comme une grave maltraitance par notre système judiciaire. Cela n’a pas été le cas.

    Exemple de transgressions de la loi sur l’avortement : il aurait suffi de poursuivre impitoyablement les « faiseuses d’ange » pour réduire à néant ce phénomène. Sans avoir à poursuivre toute la population française, il aurait suffi de faire quelques exemples pour faire rentrer les femmes dans les clous de la loi. Au lieu d’exemple, on a préféré acquitter la sorcière infanticide au procès de Bobigny. Dès lors, le nombre d’assassinats par avortement a explosé.

    Exemple de transgression de la loi pour imposer l’euthanasie : Marie Humbert et le médecin n’ont pas été fermement condamnés et poursuivis pour avoir tué Vincent Humbert. Marie Humbert organise même des conférences à travers la France pour propager ses idées.

     

    Etape n°3 : changer le registre des mots (le rôle de la novlangue à la George Orwell)

     

    Quand on appelle un chat, un chat, la vérité apparaît toute nue. Et comme cette vérité, une majorité n’en veut pas, il faut réussir à l’arranger.

     

    Exemples de changement de sens des mots pour la « libération » sexuelle : films de charme au lieu de pornographie, travailleurs du sexe au lieu de prostituées, aventures au lieu d’adultères, découverte de son corps au lieu de masturbation, amour au lieu de sexe, sexe au lieu de baise, baise au lieu de violence sexuelle, indépendance au lieu de tromperie et individualisme etc… Ici, tout a été tromperie des mots. Le terme même de « libération » sexuelle « >

    Lire la suite

    118 Commentaires

    1. Ping de Léonidas Durandal:

      "Vous avez aimé les mensonges du temps de Trump ? Vous les adorerez sous Biden" breizh du 03/02/2021.

      A rajouter à la longue liste de la fin de la démocratie en Amérique : les mensonges institutionnels qui salissent les honneurs rendus par l'institution, l'instrumentalisation d'une mort à des fins politiques. Il n'y a pas à dire, cette administration commence fort.  

    2. Ping de Léonidas Durandal:

      "Covid : « Je crois que d’ici à cet été nous aurons vaincu le virus »" Le point du 29/01/2021.

      Là, ça commence à sentir vraiment mauvais. Même discours que Joe Biden. Rien n'aura été fait de plus, rien n'aura changé, mais le virus est déjà annoncé comme ne posant plus de problème. 

    3. Ping de Léonidas Durandal:

      Lequel des deux journaux ment à votre avis ? Il n'y a pas de piège :

    4. Ping de Léonidas Durandal:

      (Vidéo) "Coronacircus – Le spectacle des fausses vaccinations" Réseau international du 08/01/2021.

      Toujours la racaille socialiste à la manoeuvre. 

    5. Ping de Léonidas Durandal:

      "Joe Biden jure de « vaincre le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur »" L'obs u 20/01/2021.

      C'est ce que j'appelle un appel à l'unité réussi (enfin c'est pas moi qui le dit, c'est l'Obs dans un autre article). Se fabriquer un ennemi de toute pièce aussi. Le "terrorisme" intérieur quand même. Est-ce qu'il n'est pas complètement fou ?

    6. Ping de Léonidas Durandal:

      "Cinq questions sur la guerre d'influence entre Paris et Moscou, révélée par Facebook" AFP du 16/12/2020.

      Quand c'est l'état qui le fait, fini les "fake news" et bonjour la "guerre d'influence". En ce moment notre presse lutte contre le "complotisme". Mais elle ne lutte pas beaucoup contre les "comploteurs".