Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)
AIMELES Antiféminisme

Manuel de manipulation des masses (Maj au 16/01/2021)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

était complètement idiot puisqu’il s’agissait surtout de ne plus considérer son partenaire pour se concentrer sur ses propres besoins. Faire de l’autre un objet n’a jamais été une forme de libération, mais au contraire, d’enfermement.

Exemples de mots travestis pour l’acceptation des unions de duos homosexuels : mariage au lieu d’unions homosexuelles, mariage pour tous ou mariage d’amour au lieu mariage basé sur des pratiques sexuelles. Pendant un temps, il s’agissait même de parler de « mariage universel » parce que le terme même de « mariage pour tous » faisait trop référence à des pratiques incestueuses ou pédophiles. Enfants de familles homoparentales au lieu d’orphelins privés volontairement de père ou de mère. Homoparental au lieu de sexualité des parents.

Slogan de marionnette

Retrouvez le blog de M Sani ici.

Exemple de vocabulaire transformé en matière d’avortements : « faiseuses d’anges » au lieu de criminelles infanticides. Le terme même d’avortement ou d’IVG (interruption volontaire de grossesse) est contestable. Il s’agit ici de masquer qu’on tue un enfant à son stade premier. Chaque être humain est le fruit d’une union particulière entre un spermatozoïde et un ovule, pas de n’importe quel ovule ni de n’importe quel spermatozoïde. Tout être humain se développe jusqu’à sa mort à partir de cette rencontre, il s’agit donc proprement ici d’infanticide et non d’avortement. La conjugaison du verbe « avorter » dans la langue française se prend d’ailleurs les pieds dans le tapis. Une vie ne peut pas avoir été avortée. La voix passive est complètement incorrecte car illogique. Et ce manque de sens accepté dans notre société en dit long sur notre état mental. Soit cette vie ne pouvait aboutir, soit quelqu’un l’a fait se terminer. Soit l’être n’a jamais existé, soit il n’existe plus. Mais on ne peut parler de quelque chose qui n’aurait jamais existé comme si cette chose était toujours là. Pour vous donner un exemple plus précis quand on écrit : « je suis avorté », quel est cet être qui parle et qui pourtant n’existe plus ? Car il ne peut s’agir de la mère qui parle et qui est elle, toujours vivante. A moins qu’elle ne se considère réellement comme morte. Mais une morte ne parle pas. Malgré la tentative de manipulation du langage par nos « élites », l’enfant tué reste en arrière plan grammatical du discours d’une mère homicide, comme un fantôme. Et ce spectre hante de nombreuses femmes qui veulent accéder à un niveau de conscience normal en humanité. En conclusion, je dirais qu’avant d’avoir organisé le meurtre de nombreux enfants, il a fallu que les personnes pro-avortement réussissent tout d’abord à tuer notre langue.

Exemple de mots changés pour faire passer l’euthanasie : euthanasie au lieu de meurtre, accompagnement en fin de vie au lieu d’euthanasie, mourir dans la dignité au lieu de mourir à cause d’un abandon de soins.

 Euthanasie

Retrouvez le blog de M Sani ici.

 VARIANTE DE LA MANIPULATION DES MOTS : le slogan bêtifiant.

Le slogan bêtifiant a pour but de permettre une identification de la personne qui le reçoit, identification qui va donc jouer sur l’identité profonde de l’être, son ressenti émotionnel. Le slogan interdit la nuance et donc neutralise la pensée. Il est impossible de lui répondre par des arguments sans paraître chiant. On ne répond à un slogan que par un autre slogan et donc par un conflit destructeur de l’autre. Le slogan résume, rassemble une foule d’imbéciles prêts à toutes les extrémités parce qu’ils se croient du côté du bien, ou parfois flatte les côté les plus pervers de celui qui le reçoit. Pour l’avortement « Mon corps m’appartient », pour l’euthanasie « Mourir dans la dignité », pour la « libération » sexuelle « Il est interdit d’interdit », pour les unions de duos « Le droit à l’amour ». Les féministes américaines ont pu utiliser le « I am one of her », et dernièrement « HeforShe » comme d’une forme de victimisation sur une inégalité salariale qui reste encore à prouver. Cela marche aussi pour le « Je suis Charlie » suite aux attentats contre les caricaturistes.

 

Etape n°4 : médiatiser de manière partielle, des cas personnels dramatisés.

 

Comme les organisateurs du mensonge sont dans le faux, il leur faut trouver un unique cas qui justifiera tous leurs délires aux yeux de la foule lascive. Et même dans ce cas, ils ont souvent les pires difficultés à mettre « >

Lire la suite

118 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Vous avez aimé les mensonges du temps de Trump ? Vous les adorerez sous Biden" breizh du 03/02/2021.

    A rajouter à la longue liste de la fin de la démocratie en Amérique : les mensonges institutionnels qui salissent les honneurs rendus par l'institution, l'instrumentalisation d'une mort à des fins politiques. Il n'y a pas à dire, cette administration commence fort.  

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Covid : « Je crois que d’ici à cet été nous aurons vaincu le virus »" Le point du 29/01/2021.

    Là, ça commence à sentir vraiment mauvais. Même discours que Joe Biden. Rien n'aura été fait de plus, rien n'aura changé, mais le virus est déjà annoncé comme ne posant plus de problème. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Lequel des deux journaux ment à votre avis ? Il n'y a pas de piège :

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Coronacircus – Le spectacle des fausses vaccinations" Réseau international du 08/01/2021.

    Toujours la racaille socialiste à la manoeuvre. 

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Joe Biden jure de « vaincre le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur »" L'obs u 20/01/2021.

    C'est ce que j'appelle un appel à l'unité réussi (enfin c'est pas moi qui le dit, c'est l'Obs dans un autre article). Se fabriquer un ennemi de toute pièce aussi. Le "terrorisme" intérieur quand même. Est-ce qu'il n'est pas complètement fou ?

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Cinq questions sur la guerre d'influence entre Paris et Moscou, révélée par Facebook" AFP du 16/12/2020.

    Quand c'est l'état qui le fait, fini les "fake news" et bonjour la "guerre d'influence". En ce moment notre presse lutte contre le "complotisme". Mais elle ne lutte pas beaucoup contre les "comploteurs".