Accueil » Moyens déloyaux » Manuel de manipulation des masses (Maj au 25 06 2018)
Antiféminisme Aimeles

Manuel de manipulation des masses (Maj au 25 06 2018)

Publié le 27 février 2014 par Léonidas Durandal à 20 h 49 min

défenderesses de la victime seront saluées comme des héroïnes courageuses pourfendant le mal malgré l’adversité. Le cas sera rendu émouvant. L’ensemble d’un pays pourra réfléchir à partir d’une situation unique pour la généraliser à tout un tas de personnes qui ne sont pas concernées. Et il finira par s’identifier à ce mensonge. Cette exploitation médiatique a été particulièrement travaillée de la part du réseau LGBT (29). Celui-ci a défini des étapes possibles d’une campagne de communication réussie pour subvertir une opinion publique :

1 Parler le plus de la question en bien ou en mal (au début).

wilfried agression

La fausse agression homophobe utilisée médiatiquement en 2013 en France pour faire passer la loi sur les unions de duos.

2 Se définir en tant que victime puis promouvoir son image en ce sens tout en ostracisant ses adversaires comme d’affreux bourreaux. Assimiler le ventre-mou extérieur à la cause aux “partie-prenante” de la cause, mettre en oeuvre  des processus d’identification pour la majorité non politisée.

3 Transformer une cause illégale en défense valorisante de minorités. Jouer sur le sentiment national, sur de grandes valeurs abstraites (égalité, sauver la veuve et l’orphelin etc…), sur l’émotif en général (interviews de personnes bien choisies en bien ou en mal selon le côté duquel on se place), mais aussi faire appel à l’histoire, à de grands personnages historiques ou présents, sensibles à la cause. Agir de manière progressive pour que les personnes ciblées soient sensibilisées progressivement et ne soient pas choquées par la “nouveauté” du discours.

4 Prévoir le financement et les levés de fonds, car les campagnes de communication coûtent cher. En France, le financement passe par l’administration d’état. Il faut donc investir l’idéologie d’état à un niveau local ou national pour espérer être financé en jouant des institutions.

En pratique, cette manipulation passe par le phagocytage des rédactions, puis des publicités directes et indirectes pour la cause de plus en plus présentes, des témoignages de personnes célèbres dévoilant leurs coutumes privées.

Gareth Thomas, le célèbre rugby man dans 7 à 8.

Gareth Thomas, le célèbre rugby man “homo” dans 7 à 8.

Et je rajouterais en la matière : les enquêtes sociologiques faussées (30). Celles-là donnent un vernis scientifique à des utopies délirantes. Elles donnent l’impression du vrai et permettent au citoyen incrédule de pouvoir se ranger à une opinion bête sans être pris pour un imbécile. Ainsi les fausses études peuvent créer le problème, mais aussi l’alimenter.

 

Médiatisation déformée de la libération sexuelle : encore aujourd’hui, l’excision dans certains pays d’Afrique sert à justifier la poursuite de la “libération de la femme” en France. Quant à la femme battue bien française ou pas, elle est devenue l’égérie d’une révolution sexuelle en plein échec, sans que personne ne s’interroge sur les transformations sociales qui ont été promues. Ici, il est véritablement dangereux de creuser le moindre exemple personnel, tant les caricatures féministes sont éloignées de la réalité. A chaque fois, les pauvres femmes battues ne se révèlent pas si victimes que cela, et celle qui a tué son mari officiellement en état de légitime défense apparaît bien vite pour ce qu’elle est : une meurtrière (13). Les féministes préfèrent donc utiliser ici de fausses statistiques, enquêtes de victimisation ou autres (30). Le rappel systématique de faits historiques issus d’une pseudo-oppression alimente le discours victimaire et régressif : l’absence de chéquier ou autre pour la femme mariée avant telle ou telle date fait office de jugement définitif sur la condition féminine de l’époque en écartant toute explication lucide relevant du contexte social ou de la complémentarité entre les sexes : l’homme pauvre n’en avait pas non plus, s’il possédait un compte, et quand ce n’était pas la femme qui gérait l’argent du foyer, le mari étant le plus souvent aux champs… Un exemple parmi d’autre de forfaiture historique qui retourne la domination réelle historique des femmes sur les hommes dans bon nombre de cas. On pourrait également parler de l’interdiction du pantalon pour les femmes qui aujourd’hui apparaît comme une sorte d’anachronisme (imagine-t-on aujourd’hui des robes pour les hommes?) et de bien d’autres bêtises historiques issues de la théorie de la lutte des sexes. Grâce à ce genre de procédé, les lois votées successivement dans notre pays, ont eu pour conséquence de supprimer toute protection légale du couple. Et tandis que le mariage est devenu si dissoluble que “>

Lire la suite

93 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Il paraît qu’il faut respecter les institutions, respecter le président de la République etc… pendant ce temps :

    “Suite à sa réélection au Venezuela : Nicolás Maduro est-il illégitime ?” Le Point du 10/01/2019.

    A quel moment un discours délirant se change en dépression ?

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Grand débat: Jouanno exclut de quitter la Commission”, AFP du 11/01/2019.

    Elle s’estime surprise des attaques en provenance de la majorité. En fait, en voulant débattre largement et démocratiquement, elle s’est mise à dos ces menteurs qui ont monté de toute pièce la cabale : 150 00 euros brut de salaire, c’est 5 à 7000 euros par mois, soit ce que touche un parlementaire… Donc la polémique a été montée de toute pièce pour la dégager et mettre à la place quelqu’un de plus “souple”, avec lequel les menteurs n’auront pas de surprise.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Marlène Schiappa : “Qui finance les casseurs ? Des puissances étrangères ?””, L’Obs du 10/01/2019.

    Cela s’appelle en l’occurrence une théorie du complot. Ils ont tellement l’habitude de déstabiliser les gouvernements démocratiquement élus, qu’ils croient que les autres font de même.

    Pour information en direction de notre ministre : le don moyen pour Chistophe Dettinger était autour de 15 euros. Il est de 30 euros pour ceux qui soutiennent la cagnotte des policiers…  Ce sont des pauvres qui ont soutenu un accusé prêt à se faire broyer par une machine inique. Ce sont des riches qui protègent leur cul en finançant la cagnotte des policiers. J’espère en l’occurrence qu’ils vont donner le plus possible pour montrer au gouvernement là où il doit prendre l’argent…

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Mariage pour tous et IVG exclus du grand débat national”, L’Express du 09/01/2019.

    Donc vous n’avez pas le droit de discuter de l’assassinat d’enfants, ni de l’invasion migratoire, ni de la destruction programmée des familles, mais à part cela, le gouvernement ne vous prend pas pour des cons.

    Et puis, Chantal Jouanno qui était prête à discuter de tout doit se retirer de la présidence de cette grande consultation suite à une polémique créée de toute pièce sur son salaire, qu’elle gardera de toutes les manières :

    “Jouanno renonce à piloter le grand débat national” AFP du 08/01/2019.

    L’intervention diabolique des loges maçonniques a été pour le moins efficace.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “”Comment la fachosphère est partie à l’assaut après mon passage sur BFM””, L’Obs du 15/12/2018.

    Manière exemplaire de défendre un crétin inculte et aveuglé par sa haine. Le renversement accusatoire par excellence.

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Gilets jaunes : « BFM TV ne veut pas jeter de l’huile sur le feu, mais montrer la réalité des faits »”, Le Point du 07/12/2018.

    S’ils sont critiqués par le gouvernement, c’est pour avoir montré la réalité. S’il sont critiqués par les gilets jaunes au point que des journalistes aient été agressés, c’est pour ne pas avoir assez montré la réalité. C’est une différence de taille où BFM qui agit comme censeur défend surtout les positions d’un gouvernement qui voudrait qu’il n’y ait plus aucune liberté d’expression.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “« Gilets jaunes » : la mauvaise foi d’un tract qui dénonce ce que l’Etat prend, mais oublie ce qu’il distribue”, Le Monde du 22/11/2018.

    En gros, le tract a plutôt raison. Certaines situations sont en fait pires que ce que le tract décrit, et d’autres évidemment moins pires.

    Les contributeurs nets sont plutôt les professions libérales. Les gagnants de la redistribution, ce sont plutôt les fonctionnaires et les immigrés. Ce qui pose évidemment des questions bien plus dérangeantes.

  8. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Attentat contre Macron : une jolie « fausse nouvelle » montée par la maison”, MPI du 13/11/2018.

    Un oeuf, même pas pourri, contre le président. Ah les terroristes d’extrême droite !

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.