Accueil » Confusion des sexes » Mariage lesbien : le combat commence.
AIMELES Antiféminisme

Mariage lesbien : le combat commence.

Publié le 13 avril 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

#333333; »> 

Pour les athées intelligents.

 

A ceux qui ne croient pas en Dieu, je voudrais dire qu’il n’est nul besoin de croire en Dieu pour comprendre la supériorité d’une religion révélée. Il suffit de voir les fruits qu’elle a donnés à la famille, à l’art, à la culture, à tous les domaines qui font de nous des êtres d’excellence. En comparaison combien la production athée est faible et vite oubliée.

 

 

 

Faire des efforts.

 

Si vous n’avez pas la chance d’être encore sensible à la grâce de Dieu, priez pour le bonheur de vos proches, chacun est appelé à vivre dans l’amour. Et si malgré tout, rien ne se produit dans votre cœur, regardez combien votre prière aura changé votre environnement et combien vous vivrez de manière plus apaisée dans votre environnement.

 

Il n’est pas besoin de croire pour combattre l’athéisme et l’immanence, juste constater combien un enfant éduqué de manière chrétienne, avec un père et une mère, est tout ce qu’il y a de plus beau et de plus épanoui, combien celui-là souffre de son inhumanité mais combien il est plus apte à vivre en société et à se transcender. Cette société athée a tari l’amour d’une société chrétienne à qui elle devait tout. Elle a sali l’innocence de l’enfant en lui parlant de tout, en lui montrant tout, en lui faisant subir ses propres faiblesses d’adulte. Elle s’est enfermée dans l’individualisme faisant de ses enfants des objets de droit, et non plus des sujets. Le mariage lesbien en est l’illustration ultime, un retour édifiant à notre animalité. Notre société est passée du culte des désirs individuels, à l’absence de compréhension de l’altérité, et au handicap donné en legs à ses enfants. Quel chemin parcouru ! Un simple athée doté d’un cerveau normalement constitué, se serait converti au vu de cet état des lieux. Mais non, engoncés dans leur manque de culture, dans leur folie à tout vouloir, tout pouvoir, à tout dominer, ils furent incapables de jeter ne serait-ce qu’un regard, sur leur propre médiocrité. Leur aveuglement justifia la grandeur de leur raison et ils s’enflèrent d’autant plus.

 

Pitoyables humains sans morale, quand cesserez-vous d’oppresser ce monde ?

 

 

Ceux-là croient avoir une morale.

 

Mais qu’elle est cette morale qui se réfère à elle même et qui croit tout pouvoir, tout inventer, si ce n’est une morale qui n’a aucun repère fixe et qui dérive dans l’univers ?

 

La morale, c’est le bien, le mal, la culpabilité et le pardon. La notion de bien et de mal nous sont donnés par Dieu. La culpabilité est inhérente à la conscience du bien et du mal. Seul Dieu peut nous rendre capables de pardonner en toutes circonstances. En tout et pour tout, l’athée est bien loin de pouvoir vivre comme un être moral. Mais il nous faut supporter son discours, à toutes les époques : monsieur de Châteaubriand n’a-t-il pas dû les subir lui-aussi ? Il nous faut supporter leur propre fatuité déguisée en habits clinquants, en prêt à penser, et en slogans débilitants comme « égalité, liberté et fraternité ». Il nous faut supporter leur parasitisme, eux qui vivent sur le dos des croyants en se croyant libres.

L’égalité n’existe que dans le regard de Dieu. Notre liberté c’est notre soumission aux lois divines. Et la fraternité, nous ne pouvons la vivre qu’après le pardon. En tout et pour tout, ces fruits n’ont pas à être idolâtrés, ils ne sont que la douce conséquence d’une vie humble et dévouée au Christ.

Quelle prétention d’en avoir fait des dieux, de ces mêmes dieux que je conchie, de ces stars qui ne sont rien, de cet argent « >

Lire la suite

92 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    « Sondage « Fête des pères » : Le rôle du père largement plébiscité par les Français », Paternet du 15/06/2018.

    93% des Français considèrent que le père a un rôle essentiel auprès des enfants. Et pendant ce temps, un autre sondage affirme que 3/4 des Français sont aussi près à fabriquer des familles sans père. Allez comprendre :

    « Les trois quarts des Français favorables à l’ouverture de la PMA pour toutes, selon un sondage », LCI du 14/06/2018

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »On n’entend que les anti-PMA » », L’Express du 01/05/2018.

    Il n’a pas compris que personne ne voulait de la PMA à part quelques doux dingues comme lui. A ce propos, voilà ce que cet homme avance :

    « Imposer des schémas classiques, ce n’est pas respecter l’enfant, mais simplement suivre la tradition. Ou alors, il faudrait aussi interdire le divorce, dont les effets négatifs sont connus. »

    L’impuissance comme raisonnement. Il valide l’horreur des divorces parce que nous ne pourrions pas faire autrement. Par contre, ce type se croit certainement très fort en voulant féconder des femmes par procuration. Niveau d’introspection proche du zéro. Pire encore, son analyse de la situation n’est pas cohérente :

    « Pour la PMA des femmes, il existe une possibilité physiologique de mener une grossesse. Ce n’est évidemment pas le cas des hommes, qui ont, eux, besoin de l’intervention d’une femme. »

    Comme si les femmes n’avaient pas besoin d’un homme, elles-aussi. Psychologiquement le type est resté à l’état d’enfance. C’est un gamin qui croit que les femmes enfantent seules (vierge) et qui a reçu le titre de professeur comme d’un hochet. Dans le même registre, il justifie dans cet article l’éducation sans père, qu’il trouve normale.

    Vous pouvez être de sexe mâle, un professeur, mais ne pas être homme, et summum de l’immaturité, ne jamais vouloir le devenir.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.