Accueil » Enfance détruite » Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie
Antiféminisme Aimeles

Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie

Publié le 12 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

désir. Il aurait pu être heureux, avec l’âge, et l’expérience.

 

Loin de cela, il sera mort, abandonné de tous. Nous l’aurons abattu avant qu’il ne nous tue. L’Algérie ne donnera pas un dinar pour récupérer son corps. La France ne sait pas trop que faire de sa mémoire, le traitant de monstre, satisfaite de l’avoir tué.

 

Nous ne devons pas nous contenter des explications simplistes et politiques des féministes sur le cas de M.Merah comme ailleurs. Il en va de la survie de nos sociétés occidentales malades.

 

Qui a empêché Mohamed Merah de devenir un bon musulman, un patriote, un croyant ? Pas l’Etat qui était prêt à l’accueillir. Pas l’école qui était prête à l’instruire. Pas l’Islam qui était prêt à l’éduquer. Alors qui ?

 

Les fanatiques ne naissent pas de la liberté de conscience. Ils naissent des souffrances familiales.

 

 

 

 

LE CAS DE M.MERAH : MMerah.jpg

 

A 24 ans, Mohamed Merah est encore un enfant. Comme de nombreux enfants de divorcés, il est resté immature. Enfant d’une désunion, déchiré par le grand mal de notre époque, il n’a eu que l’exemple de la haine autour de lui. Dans notre société, ce sont les enfants qui assument les décisions des parents. N’ayant pu supporter le divorce des siens, l’éloignement de son père, l’acculturation occidentale, Mohamed Mérah devient ingérable. Il est ballotté de familles d’accueil en familles d’accueil. Il cherche un amour plus grand que la violence qu’il a subie, mais il ne le trouve pas. Cet amour qu’il cherche, il veut aussi l’offrir à sa patrie en s’engageant comme légionnaire. Cependant, si Mohamed Merah sait où se situe son salut, il n’a pas assez de force pour croire en son destin. Il quitte la légion dès la première nuit.

Avec un instinct aigu du bien, le diable ne s’attaque pas aux méchants, il les vainc, Mohamed Merah tente de se rapprocher de Dieu. Mais souffrant plus que de raison, préférant désormais l’au-delà, il ne laisse pas à Dieu le temps d’agir en lui. Mohamed Merah renonce avant d’avoir connu Son amour infini. Il préfère suivre les serviteurs du mal. Les chemins de vérité sont parsemés d’embûches. La vérité même peut être un frein à la vérité. Et si Mohamed Merah a découvert la vérité dans la religion, il en est écarté par la religion, par sa vie religieuse, par les gens qu’il fréquente, par le désespoir de ne pas être aimé, tout en cherchant la justice, par l’absence de son père. Pour s’en sortir dans la vie, il faut tout sacrifier à l’amour de la vérité, ses amis, sa famille, son cercle de croyants. Ce sacrifice, Mohamed Merah est incapable de l’accomplir. Pour donner un sens à sa vie, au lieu de sacrifier à Dieu, il préfère sanctifier une communauté idolâtre et lui donner en holocauste une existence remplie de contradictions. Avant de finir sur la croix du non-sens, il y placera auparavant 7 autres personnes.

 

 

LE PERE DE M.MERAH : pereMMerah.jpg

 

 

Le père de Mohamed Merah n’a pas abandonné sa famille. Il n’a pas abandonné son fils. Il a abandonné la France. Il a abandonné un système oppressif contre les hommes et contre les pères. Il a préféré retourner vivre dans la pauvreté plutôt qu’ici. Est-ce notre extrême droite qui le lui reprochera ? Ici, les hommes n’ont aucune autorité dans leur famille. Ici, on donne de l’argent à des filles-mère pour qu’elles pondent. Quand elles sont dépassées, on leur retire leurs enfants. Mais on continue à les subventionner. Quant aux hommes, beaucoup n’ont plus les moyens d’entretenir leur famille.

Ce père, lui, s’oblige à dealer de la drogue. Voilà une des réalités de l’immigration. Il est évidemment arrêté et perd, évidemment sa femme, ainsi que tout statut social. Privilégiant son honneur à la mendicité, il retourne vivre dans un environnement acceptable. Il revient en Algérie. Sans autorité sur sa famille, éloigné, impuissant, il voit l’inévitable se produire sous ses yeux, la déchéance de ses enfants, leur adhésion au système de consommation ou leur folle révolte religieuse. Il fera entendre sa voix de père bien tard, quand son enfant aura été exécuté.

 

LA MERE DE M.MERAH : mereMMerah.jpg

 

Si en France on donne toute autorité aux mères, rien ne leur est demandé en termes de responsabilités. Ainsi, la mère de Mohamed Merah refusera de sauver son fils sans en être inquiétée. Alors qu’elle est invitée à le raisonner, elle déclare n’avoir aucune influence sur sa propre chair. A ce « >

Lire la suite

57 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Interview de la veuve de Mohamed Merah :

    Elle voit que Mohamed est plaisant, « quelqu’un de gentil, de doux, de souriant, je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage. On regardait Les Simpson ensemble, il parlait beaucoup et avait besoin qu’on l’écoute, il avait besoin d’amour, et je le comparais à un bébé ».

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Interview de la veuve de Mohamed Merah :

    Elle voit que Mohamed est plaisant, « quelqu’un de gentil, de doux, de souriant, je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage. On regardait Les Simpson ensemble, il parlait beaucoup et avait besoin qu’on l’écoute, il avait besoin d’amour, et je le comparais à un bébé ».

  3. Ping de kasimar:

    le féminisme est le seul et unique mal qui cause toutes les plaies de notre monde, de la pollution des eaux à l’attentat de M.Mehra en passant par l’affaire DSK.

    C’est vrai que le féminisme n’est pas responsable de tous les maux. Mais en ce qui concerne la condition des hommes et la masculinité de ces derniers le féminisme et le lobby LGBT sont entièrement responsable de celà. J’irais même plus loin, si le féminisme a vu le jour, c’était pour détourner les réels problèmes dont le peuple est confronté depuis des siècles : inégalité pauvres et riches. D’ailleurs encore aujourd’hui le féminisme marche bien on a réussi à gober au monde entier que l’homme a enfermé la femme chez elle et faisait ce qu’il lui plaisait. Certain(e)s d’ailleurs pensent que c’est encore le cas.

    Je comprend d’ailleurs pourquoi le peuple vote pour les mêmes andouilles, ils sont lobotomisés par la propagande des journaux et de la télévision.

    Le cas Monsieur Merah n’a rien à voir, il dit juste qu’un gamin qui a pas eu de père peut devenir un mohammed merah. Trouvez-nous des femmes capables d’imposer des limites à leurs enfants . 

    Que vous le vouliez ou non, la femme est incapable de placer des limites morales.

     Rappellons-nous que les gens qui dirigent le monde, chef d’état, grands patrons, magna de la presse sont encore majoritairement des hommes! 

    Oui et combien de places disponibles pour être chef d’Etat (faut quand même 500 signatures avant), grands patrons ou rédac en chef  parallèlement aux candidats ? Vous ne trouvez pas celà irréaliste que de mettre celà sur le dos du patriarcat ? Ces places ne dépassent sans doute pas 100 dans le nombre d’entreprises au monde. 

    Ah et autre chose le patron de Paris Match n’est autre que … Valérie Treiweiler épouse du candidat Hollande. De plus les patrons à la tête d’entreprise cosmétique comme l’Oréal sont bien souvent … des femmes.

    De plus je ne crois pas que la patronne de paris match soit plus à plaindre que la caissière de la supérette.

    Voici un témoignage intéressant d’une patronne :

    « Les femmes sont souvent trop perfectionnistes. Elles se complaisent dans la planification et les détails. J’ai proposé plusieurs fois des postes de direction à des femmes de très grande qualité qui avaient beaucoup de potentiel. Mais très souvent, elles ont refusé, déclarant qu’elles n’étaient pas assez prêtes, voulant auparavant s’assurer de maitriser à 100 % leurs fonctions actuelles. Les hommes n’ont pas ce réflexe. Ils plongent, osent et finissent par y parvenir. Trop souvent, la peur de ne pas réussir fait flancher les femmes, même les plus ambitieuses », Ann Bouthillier, présidente et chef de la direction, Palm + Havas.

    Source


     

     


  4. Ping de kasimar:

    le féminisme est le seul et unique mal qui cause toutes les plaies de notre monde, de la pollution des eaux à l’attentat de M.Mehra en passant par l’affaire DSK.

    C’est vrai que le féminisme n’est pas responsable de tous les maux. Mais en ce qui concerne la condition des hommes et la masculinité de ces derniers le féminisme et le lobby LGBT sont entièrement responsable de celà. J’irais même plus loin, si le féminisme a vu le jour, c’était pour détourner les réels problèmes dont le peuple est confronté depuis des siècles : inégalité pauvres et riches. D’ailleurs encore aujourd’hui le féminisme marche bien on a réussi à gober au monde entier que l’homme a enfermé la femme chez elle et faisait ce qu’il lui plaisait. Certain(e)s d’ailleurs pensent que c’est encore le cas.

    Je comprend d’ailleurs pourquoi le peuple vote pour les mêmes andouilles, ils sont lobotomisés par la propagande des journaux et de la télévision.

    Le cas Monsieur Merah n’a rien à voir, il dit juste qu’un gamin qui a pas eu de père peut devenir un mohammed merah. Trouvez-nous des femmes capables d’imposer des limites à leurs enfants . 

    Que vous le vouliez ou non, la femme est incapable de placer des limites morales.

     Rappellons-nous que les gens qui dirigent le monde, chef d’état, grands patrons, magna de la presse sont encore majoritairement des hommes! 

    Oui et combien de places disponibles pour être chef d’Etat (faut quand même 500 signatures avant), grands patrons ou rédac en chef  parallèlement aux candidats ? Vous ne trouvez pas celà irréaliste que de mettre celà sur le dos du patriarcat ? Ces places ne dépassent sans doute pas 100 dans le nombre d’entreprises au monde. 

    Ah et autre chose le patron de Paris Match n’est autre que … Valérie Treiweiler épouse du candidat Hollande. De plus les patrons à la tête d’entreprise cosmétique comme l’Oréal sont bien souvent … des femmes.

    De plus je ne crois pas que la patronne de paris match soit plus à plaindre que la caissière de la supérette.

    Voici un témoignage intéressant d’une patronne :

    « Les femmes sont souvent trop perfectionnistes. Elles se complaisent dans la planification et les détails. J’ai proposé plusieurs fois des postes de direction à des femmes de très grande qualité qui avaient beaucoup de potentiel. Mais très souvent, elles ont refusé, déclarant qu’elles n’étaient pas assez prêtes, voulant auparavant s’assurer de maitriser à 100 % leurs fonctions actuelles. Les hommes n’ont pas ce réflexe. Ils plongent, osent et finissent par y parvenir. Trop souvent, la peur de ne pas réussir fait flancher les femmes, même les plus ambitieuses », Ann Bouthillier, présidente et chef de la direction, Palm + Havas.

    Source


     

     


    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.