Accueil » Enfance détruite » Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie
Antiféminisme Aimeles

Mohamed Merah : l’enfant du divorce entre la France et l’Algérie

Publié le 12 avril 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

qu’à leur famille. Elles se croient indépendantes, tandis qu’elles sont irresponsables. Elles sont à l’origine de 80% des séparations. Elles s’accouplent le temps d’avoir des enfants tout en sachant qu’elles pourront profiter de tout le système social en cas de pépin.

Quant au système social, il se préoccupe des enfants quand il est trop tard (pour rappel 150 000 enfants sur 800 000 sortent sans diplôme chaque année en France).

Si vous rajoutez à cela les questions d’acculturation d’immigrés venant d’une société où les rapports entre hommes et femmes sont mieux réglés, la situation sociale devient explosive.

Ainsi, il a fallu en arriver à des extrémités pour que notre pays connaisse un Mohammed Merah. La plupart des familles en difficulté font bien moins de bruit, mais elles sont également beaucoup plus nombreuses et presque tout autant en souffrance.

Nos penseurs, journalistes et philosophes, ne veulent pas aborder la thématique du divorce sous l’angle d’un réel problème social parce qu’ils le perçoivent comme un droit. Et le mensonge perdure.

En écho à nos journalistes et à nos philosophes, M Sarkozy a décidé de renvoyer les méchants imams hors de France, mesure à ce point ridicule qu’elle traite dans l’urgence d’une partie superficielle du problème sans en aborder la problématique de fond : quid des féministes qui ont propagé l’idéologie de la séparation ? Encore une fois, nous n’en entendrons pas parler, jusqu’à la prochaine guerre civile peut-être…

La France et l’Algérie, elles, ont divorcé en mars 1962. Les rejetons de ce divorce se sont perdus, et nous continuons à en expier une faute que nous voulons ignorer. La séparation était-elle la seule solution ? En tout cas, elle est là. Nos harkis, nos immigrés d’Algérie, nos pieds noirs, ont trouvé une place dans la difficulté, et parfois, ils ne l’ont pas trouvé du tout. Nos relations avec l’Algérie, restent « particulières ». Et surtout, nous ne voyons pas bien où notre histoire commune brisée nous mène.

50 ans après, exactement, l’ironie inconsciente des êtres et de l’histoire étant souvent mordante, l’affaire Mohamed Merah nous a rappelé une de ces nombreuses fractures. L’enfant maudit aura été rejeté de tous. A l’image du couple de ses parents, il restera l’enfant mort-né d’une union de nations immatures, qui, 50 ans après, n’ont pas résolu tous leurs différents. Nations qui auront cru pouvoir passer d’une communauté d’intérêt à une autre sans amour, ni bon sens.

Les destinées individuelles croisent parfois celles des nations. Elles nous donnent à réfléchir sur notre monde, si nous nous en donnons la peine. Ne favorisons pas des systèmes où aucune entente n’est possible entre hommes et femmes, entre nations, entre étrangers et nationaux. Évitons tous ces systèmes idéologiques utopiques qui ignorent les intérêts des uns et des autres, les bassesses des êtres et des nations. Abordons avec un grand respect, la rencontre, mettons de la distance pour aimer et prendre en compte. Le bonheur est rare et fragile. Il n’est que le fruit de la morale. Il est à l’opposé de la « libération » dite féministe. Il est respect pour la tradition et la culture. Il freine la folie plutôt que de l’exalter.

57 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Interview de la veuve de Mohamed Merah :

    Elle voit que Mohamed est plaisant, « quelqu’un de gentil, de doux, de souriant, je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage. On regardait Les Simpson ensemble, il parlait beaucoup et avait besoin qu’on l’écoute, il avait besoin d’amour, et je le comparais à un bébé ».

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Interview de la veuve de Mohamed Merah :

    Elle voit que Mohamed est plaisant, « quelqu’un de gentil, de doux, de souriant, je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage. On regardait Les Simpson ensemble, il parlait beaucoup et avait besoin qu’on l’écoute, il avait besoin d’amour, et je le comparais à un bébé ».

  3. Ping de kasimar:

    le féminisme est le seul et unique mal qui cause toutes les plaies de notre monde, de la pollution des eaux à l’attentat de M.Mehra en passant par l’affaire DSK.

    C’est vrai que le féminisme n’est pas responsable de tous les maux. Mais en ce qui concerne la condition des hommes et la masculinité de ces derniers le féminisme et le lobby LGBT sont entièrement responsable de celà. J’irais même plus loin, si le féminisme a vu le jour, c’était pour détourner les réels problèmes dont le peuple est confronté depuis des siècles : inégalité pauvres et riches. D’ailleurs encore aujourd’hui le féminisme marche bien on a réussi à gober au monde entier que l’homme a enfermé la femme chez elle et faisait ce qu’il lui plaisait. Certain(e)s d’ailleurs pensent que c’est encore le cas.

    Je comprend d’ailleurs pourquoi le peuple vote pour les mêmes andouilles, ils sont lobotomisés par la propagande des journaux et de la télévision.

    Le cas Monsieur Merah n’a rien à voir, il dit juste qu’un gamin qui a pas eu de père peut devenir un mohammed merah. Trouvez-nous des femmes capables d’imposer des limites à leurs enfants . 

    Que vous le vouliez ou non, la femme est incapable de placer des limites morales.

     Rappellons-nous que les gens qui dirigent le monde, chef d’état, grands patrons, magna de la presse sont encore majoritairement des hommes! 

    Oui et combien de places disponibles pour être chef d’Etat (faut quand même 500 signatures avant), grands patrons ou rédac en chef  parallèlement aux candidats ? Vous ne trouvez pas celà irréaliste que de mettre celà sur le dos du patriarcat ? Ces places ne dépassent sans doute pas 100 dans le nombre d’entreprises au monde. 

    Ah et autre chose le patron de Paris Match n’est autre que … Valérie Treiweiler épouse du candidat Hollande. De plus les patrons à la tête d’entreprise cosmétique comme l’Oréal sont bien souvent … des femmes.

    De plus je ne crois pas que la patronne de paris match soit plus à plaindre que la caissière de la supérette.

    Voici un témoignage intéressant d’une patronne :

    « Les femmes sont souvent trop perfectionnistes. Elles se complaisent dans la planification et les détails. J’ai proposé plusieurs fois des postes de direction à des femmes de très grande qualité qui avaient beaucoup de potentiel. Mais très souvent, elles ont refusé, déclarant qu’elles n’étaient pas assez prêtes, voulant auparavant s’assurer de maitriser à 100 % leurs fonctions actuelles. Les hommes n’ont pas ce réflexe. Ils plongent, osent et finissent par y parvenir. Trop souvent, la peur de ne pas réussir fait flancher les femmes, même les plus ambitieuses », Ann Bouthillier, présidente et chef de la direction, Palm + Havas.

    Source


     

     


  4. Ping de kasimar:

    le féminisme est le seul et unique mal qui cause toutes les plaies de notre monde, de la pollution des eaux à l’attentat de M.Mehra en passant par l’affaire DSK.

    C’est vrai que le féminisme n’est pas responsable de tous les maux. Mais en ce qui concerne la condition des hommes et la masculinité de ces derniers le féminisme et le lobby LGBT sont entièrement responsable de celà. J’irais même plus loin, si le féminisme a vu le jour, c’était pour détourner les réels problèmes dont le peuple est confronté depuis des siècles : inégalité pauvres et riches. D’ailleurs encore aujourd’hui le féminisme marche bien on a réussi à gober au monde entier que l’homme a enfermé la femme chez elle et faisait ce qu’il lui plaisait. Certain(e)s d’ailleurs pensent que c’est encore le cas.

    Je comprend d’ailleurs pourquoi le peuple vote pour les mêmes andouilles, ils sont lobotomisés par la propagande des journaux et de la télévision.

    Le cas Monsieur Merah n’a rien à voir, il dit juste qu’un gamin qui a pas eu de père peut devenir un mohammed merah. Trouvez-nous des femmes capables d’imposer des limites à leurs enfants . 

    Que vous le vouliez ou non, la femme est incapable de placer des limites morales.

     Rappellons-nous que les gens qui dirigent le monde, chef d’état, grands patrons, magna de la presse sont encore majoritairement des hommes! 

    Oui et combien de places disponibles pour être chef d’Etat (faut quand même 500 signatures avant), grands patrons ou rédac en chef  parallèlement aux candidats ? Vous ne trouvez pas celà irréaliste que de mettre celà sur le dos du patriarcat ? Ces places ne dépassent sans doute pas 100 dans le nombre d’entreprises au monde. 

    Ah et autre chose le patron de Paris Match n’est autre que … Valérie Treiweiler épouse du candidat Hollande. De plus les patrons à la tête d’entreprise cosmétique comme l’Oréal sont bien souvent … des femmes.

    De plus je ne crois pas que la patronne de paris match soit plus à plaindre que la caissière de la supérette.

    Voici un témoignage intéressant d’une patronne :

    « Les femmes sont souvent trop perfectionnistes. Elles se complaisent dans la planification et les détails. J’ai proposé plusieurs fois des postes de direction à des femmes de très grande qualité qui avaient beaucoup de potentiel. Mais très souvent, elles ont refusé, déclarant qu’elles n’étaient pas assez prêtes, voulant auparavant s’assurer de maitriser à 100 % leurs fonctions actuelles. Les hommes n’ont pas ce réflexe. Ils plongent, osent et finissent par y parvenir. Trop souvent, la peur de ne pas réussir fait flancher les femmes, même les plus ambitieuses », Ann Bouthillier, présidente et chef de la direction, Palm + Havas.

    Source


     

     


    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.