Accueil » Femme moderne misérable » Moins de sexe après la révolution sexuelle
Antiféminisme Aimeles

Moins de sexe après la révolution sexuelle

Publié le 2 décembre 2013 par Léonidas Durandal à 13 h 27 min

Ce serait un comble si les occidentaux, après avoir laissé faire ou encouragé la révolution sexuelle, cumulaient moins de rapports sexuels sur toute une vie, en quantité et en qualité, qu’à l’époque de la plus pure tradition. Et pourtant… La société catholique est une société bien plus épanouie sexuellement que la société laïcisée moderne. Avec toute la propagande ridicule des féministes, vous pourriez trouver cela étonnant. Il sera pourtant facile de le démontrer.

 

L’inévitable baisse du désir.

 

 

Qu’est-ce que le désir ? Une emprise et un tabou. Si vous enlevez le tabou, l’emprise est partout. Les personnes d’aujourd’hui sont plongées dans une société où le sexe est omniprésent. L’individu immergé dans ce bain voudrait bien prendre quand il en a le désir. Mais face à lui, il y a des individus de chair et d’os qui exigent d’être respectés. Le voilà donc à satisfaire ses désirs de manière détournée, en regardant des films pornographiques pour les garçons et des films à l’eau de rose pour les filles. 131202sexe6

 

Mais il y a pire : quand cette emprise est satisfaite sans tabou. Là, l’individu concerné doit toujours aller plus loin dans ses pratiques sexuelles pour être satisfait toujours moins. Pour vous illustrer la situation, imaginez l’excitation d’un homme du passé à la vue d’une cheville de femme et représentez-vous l’effet que lui fait cette même cheville aujourd’hui. L’homme moderne doit s’imaginer tout un tas d’adultères, de positions compliquées, de situations de vie complexes pour en arriver à un plus maigre plaisir que celui qu’il prenait avec une honnête femme.

 

 

Le manque de relations stables.

 

 

Marié au plus tard à 20 ans, la jeune femme fraîche et disponible, prenait un plaisir régulier avec son mari, devoir conjugal ou pas. Et régulièrement papa et maman faisaient ce que tous les hommes et les femmes du monde mariés font 2 à 3 fois par semaine : ils s’entretenaient l’un l’autre.

 

Aujourd’hui, l’homme et la femme « moderne », chacun de leur côté, baisent quelques fois, le temps d’une passade, s’ils valent quelque chose sur le marché de l’occasion. Et ils renouvellent ce genre d’expérience pitoyable, jusqu’au moment où trop moches ou trop lessivés, la peur de finir seuls leur met un peu de plomb dans la cervelle. Qui dira la misère sexuelle de ce genre de relation à court terme. Car pour les jeunes qui me lisent et qui imaginent très excitant d’avoir des relations sexuelles épisodiques avec une personne différente à chaque fois, il faudra bien qu’ils comprennent combien une relation régulière et suivie est autrement plus enrichissante que ce genre de chasse à cours. Oui, l’épanouissement sexuel n’est possible qu’avec son mari ou sa femme. Explorant toujours plus loin l’univers infini de leur désir, quand ils ont conscience de la richesse sans fond de la personne avec qui ils se sont engagés et pour peu qu’ils fassent preuve d’un peu d’humilité, l’homme et la femme construisent ensemble une relation digne de ce nom. C’est toujours le désir de se libérer de ses entraves qui rabaisse le désir sexuel, à la fin. Une femme doit accepter ses entraves pour aller un peu plus loin dans sa vie sexuelle. Un homme doit se concentrer sur la libido de sa femme pour accéder à un niveau supérieur de plaisir. Car quand l’homme et la femme jouent au jeu du jouir de l’autre, ils ne jouissent que d’un petit plaisir de macaques. Le vrai plaisir, c’est le plaisir de l’autre. Les femmes modernes devraient faire bien des efforts sur ce point. Leur manque d’implication dans le désir de l’homme est à la source de bien des quiproquos modernes dans le couple. La volonté de jouir de l’autre et non de jouir pour l’autre, marque vraiment une époque qui n’y connaît absolument rien en termes de plaisirs, et qui s’imagine être à la pointe du progrès.

131202sexe3

 

 

L’instabilité familiale qui rend le sexe effrayant.

 

 

La misère sexuelle de la femme et de l’homme « moderne » prêterait à rire se elle n’avait pas des conséquences plus graves : la peur de l’autre. Les ruptures « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

59 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »La Virginité passé 30 ans », le manga qui déflore la vie secrète des vieux puceaux », L’Obs du 29/05/2018.

    2 millions d’hommes concernés au Japon.

    En même temps, c’est dingue de fantasmer quelque chose qui en soi n’a aucun intérêt. Si les femmes étaient si gentilles que ça, elles se dévoueraient un peu plus.

    • Commentaire de Lou:

      « Si les femmes étaient si gentilles que ça, elles se dévoueraient un peu plus. »

      Qui a envie qu’une femme couche avec lui par pitié ? C’est encore plus triste que de rester puceau à vie.

      • Commentaire de aigreur@magiquematriarcat.com:

        moi (et nous sommes nombreux) je ne vois aucun problème à ce qu’une ou plusieurs femmes couchent avec moi par pitié notamment si elles sont sexuellement attirantes.

        C’est pas pire que lorsqu’une femme couche avec moi par intérêts divers et variés.  Je peux même m’organiser pour y consacrer le temps nécessaire.

        Je ne suis pas non plus contre le viol le harcèlement et les agressions sexuelles de la part de femmes.

        Dans une certaines mesure pour combler mes penchants masochistes  j’accepte aussi les violences physiques ou psychologiques voir le moneyslavery.

        Je pense que ça vous dépasse.

         

         

      • Commentaire de Léonidas Durandal:

        Allez un geste Lou !

        • Commentaire de Lou:

          Hélas, je suis tenue à certaines obligations de fidélité ces temps-ci.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Vous pouvez demander la permission.

          • Commentaire de Lou:

            Je vous voit déjà écrire un article là-dessus.

            « Les femmes couples mettent leurs relations et leurs chances de fonder des foyers stables en danger pour pallier à la misère affective qu’elles ont créee»

          • Commentaire de Manuela:

            Monsieur Léonidas, est trop sensible, il fantasme sur le don d’orgasme…

            « chez la femme, la perte de la vertu est irréparable, que sa réputation est aussi fragile qu’elle est précieuse, et que nous ne saurions être trop en garde contre les représentants indignes de l’autre sexe. »

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Ahhah, le don d’orgasme. Il fallait la trouver celle-là. Aujourd’hui, je m’attends à tout de toutes les manières.

            « Les représentants indignes de l’autre sexe » . Tous les hommes quoi ?

        • Commentaire de Lou:

          Plus sérieusement ma remarque est dûe aux conversations que j’ai pu avoir avec des hommes mariés qui affairmaient que leurs ex -épouses, désintéressées par la chose, acceptaientpar pitié en  ayant l’air ´attendre que cela passe durant tout le long et qu’ils trouvaient ça plus humiliant qu’une femme qui les repousserait franchement.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Mais les hommes mariés ne sont plus puceaux depuis longtemps. Enfin je l’espère pour eux… et ça fait une grosse différence.

            Quant à votre histoire d’hommes mariés qui se font humilier, je trouve ça bizarre. Si l’homme veut se vider les burnes, pourquoi pleure-t-il si sa femme le laisse faire ? Et s’il veut donner du plaisir à sa femme, pourquoi insiste-t-il pour avoir une relation sexuelle avec elle ? Vous voyez, ça, ça sent l’homme encore immature qui hésite, et qui voudrait que sa femme le prenne en charge tout le temps. Le pire dans tout cela, c’est qu’ils viennent se faire consoler en vous en parlant. Encore une manière irresponsable de ne pas assumer leur couple. Dites-leur qu’il faut grandir maintenant, qu’ils retournent voir bobonne pour lui donner du plaisir ou pour en abuser. Qu’il n’est pas bon qu’ils restent le cul entre deux chaises comme cela. Qu’ils sont pitoyables à geindre. Que leurs femmes le sentent, et qu’elles prennent d’autant plus de plaisir à le leur faire payer. Qu’une femme à tout pouvoir pour pourrir une relation, mais qu’un homme à tout pouvoir pour ne pas l’accepter. Qu’ils ne doivent pas chercher l’approbation d’une femme. Qu’ils attendront cette approbation jusqu’à la fin des temps. Qu’ils doivent être heureux d’avoir encore des érections pour ce qui semble être de sacrés salopes. Que les femmes se défient des hommes qui n’ont plus de réel désir pour elles. Que les femmes ne cessent de tester le désir des hommes, et que c’est un indicateur pour elles de la viabilité des relations qu’elles entretiennent avec eux. Vous voyez, ils ont beau être mariés, ce sont des puceaux.

      • Commentaire de Manuela:

        Hum, je ne crois pas que cela soit pire. La pitié peut-être positive.

        • Commentaire de Lou:

          Peut-être suis-je trop idéaliste, mais j’ai du mal en effet à concevoir qu’on veuille faire sa première fois avec quelqu’un qui ne nous aime pas, nous tient en pitié, nous trouve au pire repoussantau mieux que l’on laisse de marbre.Qui pense à l’Angleterre en attendant que ça se passe. Qui taiera cette aventure et rentrera honteusement chez elle prendre une longue douche avec beaucoup de savon pour effacer toute trace du rapport. Qui guettera avec anxiété la venue de ses prochaines règles pour s’assurer qu’elle n’est pas tombée enceinte d’un necessiteux…

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Dans le marais », fragans feminae 21/08/2015

    A noter la répression sexuelle justement décrite qui appelle à de nombreuses interrogations.

    • Commentaire de Manuela:

      ce sont les livres qui sont un danger? ou bien on s’est rendu compte grâce à leur succès que la sexualité est en danger? Parce que personnellement je ne pense pas que les femmes ont lu ces livres uniquement pour le sexe, dont l’écriture est beaucoup trop explicite trop descriptive et donc pas très stimulante finalement, en revanche la complémentarité des deux personnages est intéressante je pense que c’est plus pour cela, l’histoire reste très romantique.

      • Commentaire de sonia:

        Je me permets de donner mon avis sur 50 nuances : tous d’abord je pense qu’on fait beaucoup de bruits pour rien .la sexualité est depuis longtemps en danger en particulier avec le porno qui est maintenant partout avec le porno chic et you porn  accessible en quelque clic par les jeunes , une liberté sexuelle devenu un esclavage sexuel pour certain sans oublier la dissolution des familles , du mariage ect..

        Quand on contenu du livre qui est plus proche de l’arlequin , hormis la question du BDSM (très soft d’ailleurs si on le compare à histoire d’o par exemple )et le coté parfois un peu manipulateur du personnage masculin  , il est vrai qu’il est assez traditionnel =>la vierge qui découvre le sexe avec l’homme qu’elle va épousé , un homme brisé qui trouve la rédemption dans l’amour .Bref la belle qui dompte la bête par la douceur.

        C’est peu ça finalement qui m’a plu à moi aussi et qui au fond a du plaire aux autres femmes .

         

         

        • Commentaire de Léonidas Durandal:

          Là je dois avouer que j’atteins mes limites. Je n’ai pas lu le livre et j’ai supporté 30 minutes du film. Par contre, si ce que vous dîtes est vrai, c’est assez intéressant finalement. Le livre serait un conte traditionnel moderne réactionnaire.

          • Commentaire de sonia:

             

             

             

            Je pense que vous n’aimeriez pas  le livre plus destiné aux femmes ( et à l’écriture plus que populaire) mais effectivement sur le fond l’histoire est très traditionnel =>Ana jeune étudiante de 21 ans, timide, vierge rencontre Christian Grey 27 ans  homme riche, beau (mais au passée sombre)  . La jeune pucelle est attirée par ce belle homme mais découvre qu’il est un dominant, donc adepte du SM,  et que si elle veut une relation avec lui il lui faudra signer un contrat très détaillé (ce qu’elle veut ou pas faire avec lui en bref).Un contrat que finalement elle ne signera pas  .Après plusieurs péripéties   Ana et Christian se marie et ont 2 enfants.

             

            Voilà pour le fond de l’histoire .Et je pense que c’est qui a du attiré les critiques sur le livre (voir lien plus bas ) et en particulier de certaines féministes qui ont jugé que le livre rendait glamour la violence conjugal =>le grand n’importe quoi car après ce livre j’ai lu d’autres livre dit des grand classique de la littérature érotique  SM .Et là franchement le 50 nuances fait conte de gosse a côté de certains livres par exemple :

             

            Histoire d’o écrit par une femme =>histoire (fictive)  d’une  femme (dit libre) qui accepte, par amour, d’être battu  jusqu’au sang et violée par des inconnus.

             

            9 semaines ½ =>l’histoire vrai d’une femme ans (qui travaille pour un journal féministe dans les années 70) qui tombe amoureuse d’un dominant qui la rendu dépressive (elle s’est suicidée en 2011)

             

            le journal d’une femme soumise =>histoire vrai  d’une femme ( féministe aussi) et qui raconte ces aventurées sexuelles de fou : elle est une soumise ce qui veut dire dans le monde de ouf du BDSM que Mme ne jouit qu’après être battu , marquée et humiliée par ces amants dominant dont elle a fini par épousée 1  d’ailleurs.

             

            Et que dire du marquis Sade,  criminelle réel  élevé au rang de philosophe.

            bref  beaucoup de bruit pour rien  mais qui finalement a profité à tout le monde : les sex shop qui ont vendu plein joujoux  sexuel , les adepte du SM qui peuvent vendre leur sexualité de maboul  et les tous le secteurs des roman érotique (90% d’auteurs femmes ) qui  reprenne les même ingrédients du livre pour vendre leur camelote

             

             

            http://www.lexpress.fr/culture/livre/un-libraire-resume-cinquante-nuances-de-grey-en-huit-mots_1657419.html

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Bon sang, je ne croyais pas que je tomberai un jour sur un commentateur(trice) ayant pris le temps de lire tous ces « classiques » de la culture érotique. Vous faites un mémoire sur le sujet ?

            Bon disons que maintenant que vous me le décrivez, 50 nuances de grey me semble être un phénomène commercial. Vous avez compris pourquoi il avait fonctionné particulièrement aux USA (à cause d’une forme de pudibonderie peut-être ?).

            Le début du film m’a profondément agacé parce que c’était long, et j’ai lâché au moment où le type a voulu lui faire signer le contrat pour la première fois : genre mâle dominant qui demande une autorisation écrite pour dominer, ça fait vraiment trop con (de mon point de vue d’homme). Ici, la pratique sexuelle est complètement déconnectée, non seulement de l’amour, mais aussi de l’expérience de vie. Etrange. Tout cela m’a paru bizarre. Une sexualité en forme de construction de légos indépendants les uns des autres. Voilà ce qui m’a gêné au plus haut point. Le côté initiatique « si tu signes le contrat », c’était absurde. Rassurant pour une femme peut-être… comme le contrat à l’acte sexuel prôné par certaines féministes flipées.

            C’est vraiment trop facile de jouer sur le manque de confiance des femmes pour obtenir ce qu’on veut en tant qu’hommes. Les relations modernes entre hommes et femmes deviennent de plus en plus difficiles à cause de cela. Le manque de confiance engendre le manque de confiance. Les apparences. Jamais les êtres. Les hommes jouent les types plein de confiance. Les femmes veulent y croire. Et comme hommes et femmes sont de plus en plus perturbés dans notre société, patatras, tout tombe à terre. Par exemple, je ne crois pas qu’on puisse envisager une relation sur le long terme en jouant du BSM, même si les deux personnes s’y retrouvent. C’est vraiment assis sur du sable. L’instinct de destruction emporte tout dans la vie en général, pourquoi pas ici aussi. Peut-être que quelqu’un qui lira le blog et qui a une relation de long terme avec une femme en BSM voudra-t-il bien m’expliquer comment leur sexualité ne déborde pas négativement sur leur vie de couple de tous les jour, ou sur leurs enfants, et surtout si c’est possible (si ce genre de personne existe !)…

          • Commentaire de sonia:

            désolée pour les fautes d’orthographes dans mon message.

          • Commentaire de Léonidas Durandal:

            Pour les erreurs d’orthographe, je laisse faire à partir du moment où le commentateur fait des efforts. Je demande seulement qu’il m’indique mes propres erreurs dans le texte en principal.

            Vous savez, vos erreurs d’orthographe me permettent de cerner votre personnalité. Vous ne devriez pas vous en excuser, à votre niveau qui est plutôt correct, elles ne font que vous dévoiler, et comme je suis très curieux de l’humanité des gens…

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Le rôle de la masturbation dans notre société pour pallier le manque de sexe dans notre société :

    « Débauche masturbatoire et endoctrinement des masses », JRE du 09/11/2014

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Comment vivre son hétérosexualité dans un monde hétéro normatif », Huffington post du 31/10/2014

    Ou comment la libération sexuelle se termine dans une plainte victimaire pour échapper à l’influence de toute forme de sexualité.

  5. Commentaire de Léonidas Duranal:

    Entre 6 à 9% des hommes seraient devenus porno dépendants :Figaro madame du 11/07/2014 : « La porno dépendance, une véritable addiction ».

  6. Commentaire de Durandal Léonidas:

    Moins de partenaires sexuels au cours d’une vie = accomplissement sexuel supérieur :Figaro Madame du 28/06/2014 : « Plus de partenaires sexuels pour plus de plaisir ? »

  7. Commentaire de kasimar:

    @TcheknikEn tout cas je préfère toujours les gens qui visionnent un porno sur le Web que ceux qui forniquent à droite à gauche indéfiniment. Au moins le jour où ces gens_là se marieront, le problème de virginité ne se posera plus.Soit dit en passant je ne cautionne pas l’acte

  8. Commentaire de Tchetnik:

    La technologie tient une part de responsabilité non en elle-¸même mais parce que, comme pour la « liberté » du reste, les gens n’ont pas forcément le discernement pour l’utiliser.En fait le sexe ne s’épanouit pas sans une morale capable de lui donner son sens.On en revient à « l’or le plus pur » de Saint Jean Chrysostome. certains plantes ne s’épanouissent que quand elles sont cultivés en serre. Dès qu’on les met en plein air, elles se fanent.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription