Accueil » Homme en lutte » N’ayez pas honte d’arriver puceau au mariage
AIMELES Antiféminisme

N’ayez pas honte d’arriver puceau au mariage

Publié le 21 mars 2020 par Léonidas Durandal à 9 h 33 min

est tenté de franchir le Rubicon, et de renverser la table pour une partie de jambe en l’air en terrain adverse. Ainsi vont-ils régresser au stade que j’ai décrit précédemment du tout sexuel.

Voilà qui est dit. Maintenant, que penser de ces journaux féminisés qui vous font la promotion des situations de couple alambiquées : « Je vis en trouple et je m’éclate », « j’ai besoin d’un amant pour que mon mariage perdure », « j’ai découvert l’orgasme à 55 ans » et autres marronniers progressistes qui n’ont qu’un seul but : attiser votre curiosité dans une direction malsaine, vous inciter à jouer avec la ligne rouge, flatter vos plus bas instincts pour vous faire acheter du papier (et désormais vous vendre du temps d’attention de cerveau sur internet). Il n’y a pas le pendant chez les hommes, car le but est de transformer toute femme en fille à soldat, et que vous, hommes, elles le savent, vous aurez bien du mal à résister à l’appel de la chair. Je vais y revenir. Pour l’instant, voyons comment ces menteurs procèdent. Leur méthode est assez simple finalement : ils cherchent L’EXCEPTION, qui va justifier tous vos laisser-aller. Or comme dit l’adage, l’exception confirme la règle. Il y a bien des poissons volants, mais ils sont rares en l’espèce.

Ce sophisme, de prendre la petite partie pour le tout, s’assoit sur une volonté de pureté. Vous comprenez, comme il y a des femmes qui assassinent leurs enfants parce qu’elles ont été violées par leur grand-père unijambiste dans un coin de rue sombre derrière l’Église et avec la complicité du curé de la paroisse qui reluquait alors qu’elle avait 5 ans, il faut donc que toutes les femmes aient la possibilité d’assassiner des enfants, parce que vous comprenez, dans ce cas là, c’est horrible de garder l’enfant, fruit d’une telle union. Et tous les charlimoutons hochent de la tête : « Ah bah oui, c’est horrible. » Et si quelqu’un est contre, il lui est répliqué : «  Si tu n’es pas d’accord qu’elle assassine son enfant, tu es un monstre. » Qu’elle l’assassine, pourquoi pas ? Mais qu’elle ne demande pas à la loi de cautionner un assassinat. Car au nom d’exceptions, tout peut devenir légitime. D’ailleurs, l’assassinat d’enfant est devenu légitime dans notre pays au nom de ce genre d’exceptions battues en neige.

Il y a donc une tendance dans l’humain à faire n’importe quoi au nom des bons sentiments, appelées « exceptions ». Une tendance plus prononcée chez les femmes. Pour compenser leur méchanceté naturelle certainement. Cependant, ne m’accusez pas de sexisme trop vite. Les hommes ne sont pas en reste. Et je vais y revenir.

Pour se recentrer sur notre sujet, si vous êtes puceau, vous avez raté votre vie, soit disant. Surtout si vous êtes homme. Et les féministes, jamais en retard d’une jalousie micro-phallique qu’elles appellent « égalité », se posent en retour la question : « pourquoi, nous aussi, n’aurions-nous pas le droit de baiser comme des outres, sans être vilipendées, et même en étant exaltées pour notre désir de conquête. » Mesdames, ne courrez pas après des chimères. Ce que vous nous enviez, n’a rien d’enviable. Soit dit en passant, telle est la nature de la jalousie : convoiter du vent.

L’homme dépucelé se sent soulagé faussement de ses chaînes. Il se croit homme parce qu’il a trempé le pingouin dans la banquise. Libéré. Délivré. De rien du tout. Plus tard, il s’apercevra que ce passage initiatique ne lui aura rien apporté, sinon une assurance dont se joueront les femmes. Car plus sûr de lui, il aura conquis le droit de convoiter des salopes qui ne lui apporteront qu’enfer et damnation. Ce crétin sera heureux quelques temps, certes, mais il sera crétin, et il le sera moins, seulement le jour où il aura compris à quel point il l’était. L’homme qui cherche à se dépuceler avant le mariage n’est donc qu’un esclave du sexe, et plus largement, des femmes. Il n’y a rien de glorieux à cela. C’est un bêta bêta. Je dirais même un bita sur lequel nombre de femmes seront trop heureuses de pouvoir s’asseoir. Même si c’est le destin d’une bonne part de l’humanité mâle ces derniers temps, vous résoudrez-vous à cela ?

A l’inverse, le puceau qui se réserve pour sa belle, sera fort. Fort dans sa famille, et peu susceptible d’être déstabilisé par quelque manipulation en provenance de douairières du sexe en fin de carrière « >

Lire la suite

Un commentaire

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.