Accueil » Enfance détruite » Nous avons un problème avec les femmes sur l’adoption d’enfants par des homosexuels
Antiféminisme Aimeles

Nous avons un problème avec les femmes sur l’adoption d’enfants par des homosexuels

Publié le 22 octobre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Un sondage commandé par le Nouvel Observateur qu’on ne peut soupçonner d’homophobie montre une fracture profonde dans notre société entre hommes et femmes, mais pas seulement :

54% des femmes sont pour l’adoption d’enfants par des couples homosexuels tandis que seulement 44% des hommes y sont favorables.

Les 18-24 ans y sont favorables à 66%

Les plus de 65ans n’y sont favorables qu’à 30%

Quant aux Parisiens, ils sont seulement 40% à la supporter contre 51% en province.

 

Ce sondage est tout simplement édifiant. Et les lecteurs du Nouvel Observateur auraient tort de se gargariser d’une telle situation.

 

Quand on sait que l’adoption d’enfants ne profitera uniquement qu’à des femmes au travers des PMA (procréations médicalement assistées) comme cela a été le cas au Canada et en Belgique (Article du Figaro du 23/10/2012), que les femmes le savent bien et que ce sondage s’inscrit dans une forme de suite logique depuis des années, on pourrait en tirer plusieurs conclusions peu flatteuses pour ces dames.

 

La première de celle-là est qu’à 54%, majoritairement, les femmes font pencher la balance du côté d’une élimination des pères de la sphère familiale. L’opinion des femmes constitue aujourd’hui une agression caractérisé contre les hommes et leur rôle de père, contre l’image que celles-là ont des hommes dans la famille : les enfants pourraient se passer d’un des deux parents et être remplacés par le partenaire de l’autre. En pratique, cette élimination ne se fera qu’au profit des femmes dans 95% des cas.

 

Et comme d’habitude, il y a pire si on regarde de près les chiffres : elles éduquent leurs enfants, filles et garçons dans ce schéma, et c’est leur vision du monde qui triomphe à une écrasante majorité, même dans les couples hétérosexuels : 66% de leurs enfants, pourtant devenus adultes penchent du côté de ces valeurs féminines. Avec l’âge et revenant au principe de réalité, le taux d’optimistes s’effondre. Eh oui, face à la réalité, approchant l’homosexualité sous un regard plus expérimenté, plus les gens vieillissent, surtout après avoir eu des enfants, plus ils comprennent l’absurdité de confier l’éducation d’enfants à des gens aux pulsions homosexuelles en supprimant un des référents masculin ou féminin de l’enfant.

 

De même, les Parisiens dont on pourrait imaginer qu’ils connaissent et fréquentent plus d’homosexuels qu’en province, devraient être pour l’adoption d’enfants par des personnes à pulsions homosexuelles, si c’était si bien. Que nenni. Comme l’âge, la fréquentation du milieu homosexuel amène à relativiser l’enthousiasme primitif que des provinciaux aisément manipulables peuvent avoir.

 

 

La succession de lois qui depuis 60 ans sont votées en faveur d’une telle vision ne peut que s’expliquer ainsi : la vision des hommes et des femmes sur la famille est en train de diverger. Les femmes étant majoritaires et plus mobilisées que les hommes ont réussi à imposer une forme de diktat à l’intérieur de notre démocratie. Nous ne partageons plus de valeurs communes entre hommes et femmes ou de moins en moins, et les lois votées actuellement ne font qu’accélérer cette communautarisation de la société. On peut en conclure que les femmes sont à la tête du mouvement qui a détruit la famille traditionnelle et a permis la désintégration sociale, et ce depuis des années. L’accès des femmes au droit de vote expliquerait donc l’implosion sociale que nous connaissons. Il ne s’agit pas de remettre ce droit de vote en cause. Pourtant il va falloir : soit que les hommes se conscientise un peu plus politiquement, soit que les décisions prises par les femmes soient plus unificatrices, plus responsables, sinon je ne vois pas comment ce pays pourra prendre une bonne orientation dans ses choix familiaux.

 

 

Au-delà de la prise de pouvoir, l’aspect hypocrite de ce débat sur l’adoption d’enfants par des gens aux pulsions homosexuelles :

 

Le discours des tenants de l’adoption par des personnes à pulsions homosexuelles est bien éculé : pourquoi pas un enfant au milieu de deux femmes ou de deux hommes puisque des couples hétéros peuvent échouer. Alors que cet échec devrait justifier encore plus d’exigence envers les hommes et les femmes qui se lancent dans l’aventure de la famille, par un retournement rhétorique, les pro-décomposition-familiale affirment qu’on peut tout se permettre, et en particulier qu’il suffit de supprimer le problème pour le résoudre : enlever un père ou une mère à un enfant et le remplacer par l’attention d’une autre personne, devrait suffire pour réussir l’élevage d’un enfant. L’échec de certaines familles qu’ils ont mal examiné devrait les engager à accorder plus d’importance aux repères familiaux traditionnels. Mais ces gens en arrivent à la conclusion inverse car ils “>

Lire la suite

36 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “10 choses à savoir sur Jacinda Ardern, Première ministre et “pilier” de la Nouvelle-Zélande”, L’Obs du 19/03/2019.

    Joli voile enfilé suite à l’attentat anti-immigration. Elle a quitté sa famille mormon parce qu’elle jugeait leurs positions “homophobes”. Et jamais oh grand jamais, ils n’auraient pu lui demander un peu plus de pudeur. Par contre, elle enfile le voile d’une religion qui n’est pas moins homophobe que sa religion d’origine. Et dans sa tête de tarée de progressiste, je suis certain qu’elle trouve cela très logique.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    “Question au gouvernement sur l’accès à l’adoption pour les couples de même sexe” Paternet du 01/01/2019.

    Deux femmes de la représentation nationale envisagent des sanctions pour les organismes d’adoptions qui ne placeraient pas autant d’enfants auprès des familles mixtes que des duos stériles.

    Dans leur discours un duo est équivalent à un couple.

    C’est de la maltraitance institutionnelle organisée.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    “Panique homosexuelle : “Moi je suis juste un homme qui couche avec des hommes””, L’Obs du 09/03/2018.

    Mais quel monde avons-nous construit avec nos femmes ? Quel monde nos mères ont construit avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “PMA : Schiappa demande le retrait d’un visuel qui compare les enfants nés de FIV aux OGM”L’Obs du 08/10/2017.

    Hou que ça fait mal d’être mis face à ses contradictions. Se cacher derrière une souffrance fabriquée de toute pièce par ceux qui la dénonce, n’y changera rien. Quant au sondage pipeau, la manif pour tous a le même dans ses cartons, mais avec le résultat inverse : une majorité de Français ne veulent pas que des enfants soient privés volontairement de pères. Ce n’est pas une évolution.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.