Accueil » Virez-les » Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.
Antiféminisme Aimeles

Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.

Publié le 23 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 13 h 43 min

ne s’expliquent pas sur cette évidence, qui elle, n’est même pas remise en question par Melle Fillod, la raison en est simple : ce constat invalide à lui seul toute recherche scientifique sur les théories du genre, raison pour laquelle, ces personnes ne peuvent répondre à ce constat objectif et scientifique, et raison pour laquelle Melle Fillod s’échappe sur ce point. Harald Eia explique ce paradoxe par cette part d’innée, que nous devrions cultiver dans une société pour vivre en harmonie avec notre environnement. Nous attendons toujours les explications des théoriciens du genre sur ce point…

 

 

Melle Fillod n’arrive pas à constater la faiblesse évidente des réponses des théoriciens du genre.

 

 

Dans sa réponse, Melle Odile Fillod suggère que les scientifiques « pro-genre » auraient pu répondre aux allégations qui leur étaient opposées dans le documentaire. Cependant, à aucun moment dans la série, ils ne s’en montrent capables. Mis devant des faits avérés (différences dès la naissance), ou des hypothèses troublantes (différences entre filles et garçons dès dix mois d’existence), ils inventent des idées comme « c’est à cause des risettes qu’on fait à un enfant qu’on le transforme en fille ou en garçon », « c’est quand le bébé a quelques mois qu’on le traite différemment et qu’il intègre son sexe ». Ces idées farfelues qui ne sont étayées par aucune étude sérieuse, sont admises par Melle Fillod. Heureusement que le ridicule ne tue pas car même ce genre d’idées avancées à la sauvette invalident la théorie du genre en elle-même. S’il suffisait de quelques heures pour influencer aussi profondément un enfant pour le restant de sa vie, le fait est que l’environnement, c’est à dire les 99 autres % de la vie d’un enfant n’auraient guère d’impact sur lui. Il serait devenu fille ou garçon, totalement, déjà, parce qu’il aurait été tenu dans les bras de sa maman de manière particulière à la naissance, et simplement grâce à cela. Un comble pour des personnes sensées défendre l’importance dudit environnement mais qui lui donnent une importance disproportionnée sur quelques heures d’existence auprès d’un petit être complètement indifférencié de sa mère, et j’y reviendrai plus tard. Mais tout cela ne gène pas une seule seconde Melle Fillod. La démarche est contradictoire, mais comme « c’est possible » c’est encore dans le domaine de la science. Là comme ailleurs, celle-là feraient bien d’appliquer son esprit critique à ceux qu’elle oublie d’étudier avec son regard perçant.

 

 

Melle Fillod juge durement les travaux scientifiques d’une personne dont l’intuition s’est révélée plutôt exacte.

 

 

Melle Fillod reproche à Simon Baron Cohen, de ne pas avoir été repris dans la littérature scientifique sur son hypothèse de l’autisme comme forme exacerbée du cerveau masculin. Or, à une époque (1997) où les psychanalystes se plantaient complètement sur le sujet, pensant qu’il n’y avait rien d’innée en matière d’autisme, erreur dénoncée depuis (7) et identique à celle que tentent encore de propager les théoriciens du genre de nos jours dans les différences entre filles et garçons, il semble que l’hypothèse de M Baron Cohen ait été beaucoup plus proche de la réalité que l’ensemble de ceux à qui Melle Fillod aurait donné et donnerait encore le bon Dieu sans confession. Peut-être serait-il temps que les dits scientifiques arrêtent de chercher durant des années dans des impasses et reprennent justement le genre de travail mené par des professeurs comme M Simon Cohen Barron. Melle Fillod a-t-elle testé cette hypothèse ? Encore une fois non. Elle réagit de manière bien française : l’institution doit avoir raison, l’aura institutionnelle expliquerait tout. Malheureusement, aujourd’hui, cette aura institutionnelle ne semble que propager l’erreur à travers des organismes comme le CNRS en France, organismes bourrés de personnes qui se disent scientifiques mais dont la médiocrité s’expose toujours plus aux yeux du quidam, un simple blogueur perdu en bordure de WEB étant désormais capable de montrer en quoi les meilleurs d’entre eux ont tort.

 

 

Le manque de probité de Melle Fillod.

 

 

Odile Fillod dénigre sans apporter une réflexion positive au débat, c’est à dire sans être capable de dégager aussi des points positifs dans le point de vue de chacun. Elle semble en être incapable surtout chez ceux qui n’accréditent pas la théorie du genre. Elle cache son “>

Lire la suite

21 Commentaires

  1. Ping de chen:

    Il y’aurait une piste à mon avis définitive si elle n’est pas mise sous le tapis par les tenants de la théorie du genre : les personnes ayant changé de sexe.

     

    Ca va être difficile à retrouver mais je me suis souviens d’un docu d’une femme ayant été précédemment un homme : celle ci admettait à  son grand étonnement que sa vision du monde s’en est trouvé bouleversée, notamment dans sa vision de l'”amour”. D’une manière schématique elle était devenue plus “romantique”, à la recherche de plus de tendresse et moins tournée sur le sexe.

     

    Ceci après un simple, si j’ose dire, changement de sexe.

  2. Ping de Tuputupete:

    Ah mais, honte à moi, je n’avais pas pris la peine de survoler le reste du contenu de ce site. Je n’ai pas pris la peine de grand chose en fait, peut-être qu’à 1h je devrais simplement prendre la peine de dormir. Bon, j’espère que j’aurai le temps de revenir faire mumuse prochainement pour me faire censurer pck les gens qui ont des arguments c’pas des gentils 🙁

    En attendant, des kissous 😉

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bravo, vous avez bien senti que vous n’aviez pas mis le pied au bon endroit. J’ai effectivement censuré votre autre commentaire, parce que je déteste cette désinvolture dont vous faites preuve qui tend à vouloir prouver que vous êtes quelqu’un d’ouverte. Pour moi, elle est surtout un signe de manque d’empathie et de respect certains. Ici, il ne suffit pas d’être intelligent pour pouvoir intervenir. Encore faut-il agir en montrant que l’on a à coeur de se dépasser en termes d’efforts moraux. Sans quoi toute discussion est vaine, le débat l’étant encore plus, ce dont souffre notre société. Je ne vais pas encourager des comportements qui sont à la source même de ce que je combats. Revenez quand vous ferez partie des perdants de ce monde. Alors votre humour me fera rire, votre légèreté aura du sens, vos réflexions porteront du fruit. A dans quelques décennies et amusez-vous bien jusque là.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.