Accueil » Virez-les » Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.
Antiféminisme Aimeles

Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.

Publié le 23 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 13 h 43 min

admet simplement que cet environnement égalitaire déboucherait forcément sur des différences, et qu‘il faudra donc, comme le font déjà les féministes qui décident des lois en la matière, compenser ces différences génétiques pour arriver à l’égalité, en rendant l’environnement inégalitaire pour permettre au cerveau de certains individus moins dotés que d’autres à la naissance, de compenser socialement ces différences génétiques.

 

 

Se contentant d’un pur raisonnement Odile Fillod prouve seulement que la tyrannie est possible. Si on peut lisser ces différences grâce à la plasticité du cerveau humain, ce lissage a un coût : celui de l’annihilation des différences, celui de la négation de nos natures, celui de l’injustice et d’une société liberticide, ce que démontre très exactement le paradoxe de l’égalité norvégienne. Car comment compenser ces différences, si ce n’est en investissant tous les moyens dégagés par les meilleurs au profit d’autres dont on forcera la nature et qu’on rebutera d’autant plus. Oui mon propos peut paraître réactionnaire ici, mais il ne l’est pas du tout. Il part d’un constat objectif, qui de plus a été vérifié sur le terrain, entre autre, par la mise en place du collège unique. Certains diront que ce collège unique n’a pas été mis en place dans de bonnes conditions, qu’il faudrait plus de moyens pour que cette idée réussisse etc… en vérité, ce collège unique n’a été que gaspillage dans une société qui tenait à peu près le coup, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Tous les moyens de la terre ne suffiraient pas à donner le pouvoir d’apprendre à un élève qui ne le veut pas ou qui le peut plus difficilement qu’un autre. Tous ces penseurs pleins de bonnes intentions et qui ont été à l’origine du collège unique, ont traumatisé des générations d’élèves : ceux qui n’arrivaient pas à suivre et qu’on a mis en situation d’infériorité en leur disant qu’ils pouvaient y arriver comme les autres, ceux qui ont dû supporter l’échec de ces premiers qui se comportaient de manière insupportable dans une école hypocrite qui ne respectait en rien leurs aspirations, cette école étant prête à abaisser le niveau général pour se donner raison, réussissant toujours moins à intégrer les cancres et repoussant toujours plus les enfants à papa dans des écoles séparées, avec des critères de sélections différenciés des pauvres qui aujourd’hui, n’ont plus leur chance. Voilà à quoi nous ont amené toutes ces hypothèses ridicules de plasticité du cerveau qu’il serait grand temps d’abandonner, de bout en bout. Elles sont illogiques, elles ont été invalidées dans la réalité. Elles ont renforcé les inégalités. Mais il faudrait penser plus large pour faire ce constat et avoir une autre culture que celle du CRNS actuel pour cela. Or nos penseurs français d’aujourd’hui se conçoivent sans limite scientifique, et transfèrent cette omnipotence dans les rapports humains, oubliant que ces rapports sont par nature limités, que la limite et la fragilité sont l’essence même de l’humanité. Pour avancer dans leurs travaux scientifiques, il faudrait qu’ils se soient intéressés un tant soit peu au cœur de l’homme. Dans notre époque du déni de la religion, ces scientifiques sont bien loin de pouvoir donner des fruits à la société de par leurs travaux. Considérant l’homme comme une machine, ils cherchent de manière scientifique l’environnement qui pourrait faire de lui une machine plus performante, ou égalitaire à une autre machine. Mais avant de libérer l’homme, il faut savoir sa nature profonde, il faut connaître son cœur et ses contraintes pour éviter de se fourvoyer dans des hypothèses scientifiques qui n’ont ni queue ni tête. Ces gens-là peuvent-ils même comprendre mes paroles ? Ignorant leur cœur et celui de l’humanité, ils n’ont cessé d’échouer, et continueront tant que des hommes politiques voudront bien financer leur folie illogique, a-scientifique et purement idéologique.

 


Odile Fillod : incapable de prendre en compte la part de croyance dans une hypothèse scientifique.


Pour asseoir ses raisonnements purement formalistes, il faudrait également qu’Odile Fillod prouve qu’une part de croyance n’est pas nécessaire à la science. Or qu’est-ce qu’une hypothèse scientifique, sinon le simple résultat d’une croyance. Si elle accuse Nancy Huston « d’ignorance crasse » pour avoir exprimé son sentiment sur les différences entre hommes et femmes, ne fait-elle pas preuve de la même ignorance crasse en rejetant une forme d’empirisme historique, et d’hypothèse scientifique basée sur l’expérience de l’humanité en ce domaine. Oui, ils ont été beaucoup d’éducateurs à imaginer qu’on pouvait faire “>

Lire la suite

21 Commentaires

  1. Ping de chen:

    Il y’aurait une piste à mon avis définitive si elle n’est pas mise sous le tapis par les tenants de la théorie du genre : les personnes ayant changé de sexe.

     

    Ca va être difficile à retrouver mais je me suis souviens d’un docu d’une femme ayant été précédemment un homme : celle ci admettait à  son grand étonnement que sa vision du monde s’en est trouvé bouleversée, notamment dans sa vision de l'”amour”. D’une manière schématique elle était devenue plus “romantique”, à la recherche de plus de tendresse et moins tournée sur le sexe.

     

    Ceci après un simple, si j’ose dire, changement de sexe.

  2. Ping de Tuputupete:

    Ah mais, honte à moi, je n’avais pas pris la peine de survoler le reste du contenu de ce site. Je n’ai pas pris la peine de grand chose en fait, peut-être qu’à 1h je devrais simplement prendre la peine de dormir. Bon, j’espère que j’aurai le temps de revenir faire mumuse prochainement pour me faire censurer pck les gens qui ont des arguments c’pas des gentils 🙁

    En attendant, des kissous 😉

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bravo, vous avez bien senti que vous n’aviez pas mis le pied au bon endroit. J’ai effectivement censuré votre autre commentaire, parce que je déteste cette désinvolture dont vous faites preuve qui tend à vouloir prouver que vous êtes quelqu’un d’ouverte. Pour moi, elle est surtout un signe de manque d’empathie et de respect certains. Ici, il ne suffit pas d’être intelligent pour pouvoir intervenir. Encore faut-il agir en montrant que l’on a à coeur de se dépasser en termes d’efforts moraux. Sans quoi toute discussion est vaine, le débat l’étant encore plus, ce dont souffre notre société. Je ne vais pas encourager des comportements qui sont à la source même de ce que je combats. Revenez quand vous ferez partie des perdants de ce monde. Alors votre humour me fera rire, votre légèreté aura du sens, vos réflexions porteront du fruit. A dans quelques décennies et amusez-vous bien jusque là.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.