Accueil » Virez-les » Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.
Antiféminisme Aimeles

Odile Fillod, critique faussement neutre des opposants à la théorie du genre.

Publié le 23 octobre 2013 par Léonidas Durandal à 13 h 43 min

par défaut, pour gérer, comme chez les bonobos des violences qu’ils sont incapables de canaliser par la parole. Qu’on soit d’accord ou non, avec ce concept que je juge éhonté de domination patriarcale et d’environnement patriarcal, il faudra constater que bien avant de se poser ce genre de question, l’humanité a une part animale en elle, que la néoténie ne peut justifier, en aucun cas qu’elle puisse s’en soustraire, et que cette part animale parle en faveur d’une différence sexuée en dehors de tout langage, de toute vraie culture, une part que nous partageons avec les animaux sans que nous en soyons entièrement tributaire contrairement à eux. Oui, il y a une part animale en nous, une part sexuée, que nous pouvons transcender avec la parole. Cette éducation si elle ne se fait pas, ou si elle est troublée hormonalement, fait des êtres contre-nature, non qu’ils n’appartiennent pas à la nature, mais que leur apprentissage les aient mis en conflit violent avec leur nature profonde sans leur donner les moyens de s’accomplir. Qu’ils le veuillent ou non, ils seront toujours « anormaux », toujours rejetés, dans la violence du déni de leur propre corporalité, et ce n’est pas en annihilant toute différence sexuelle dans les sociétés humaines qu’ils amélioreront leur sort personnel. Ils ne feront que propager le déni à l’ensemble de la société tout comme le fait objectivement Odile Fillod dans son article en donnant à des facteurs environnementaux ridicules une importance disproportionnée par rapport à ce qu’est de manière évidente, la réalité scientifique et matérielle du tout petit enfant.

 

 

La mauvaise foi.

 

 

Confusion entre les séries documentaires.

 

Odile Fillod utilise des exemples dans son texte qui n’ont rien à voir avec le documentaire qu’elle est sensée démonter particulièrement(Juifs ashkénazes, viols, infidélité…) (2). Elle valide même le commentaire d’un internaute qui me prête des propos que je n’ai pas tenus sur le sujet,s ans vérifier. Dans sa volonté de dénigrer, Melle Fillod est en débat avec une branche de la psychologie évolutionniste, certes dont les théories sont reprises dans le documentaire dont elle veut faire l’analyse, mais débat qui est bien plus large et qui ne concerne pas directement le propos d’Harald Eia dans « le paradoxe de l’égalité norvégienne », ni celui du scientifique Simon Baron Cohen, ni les miens. Ce genre de procédé n’est pas très loyal.

 

Contestation de la démarche d’Harald Eia sans argument.

 

On ne peut pas nier qu’Harald Eia ait confronté les deux théories (influence du biologique dans notre développement et intelligence uniquement conséquences de facteurs environnementaux) et que cette confrontation objective et faite en respectant chaque partie, ait tourné à l’avantage des scientifiques qui défendent la possibilité qu’il y ait une part d’innée dans l’organisation de notre société. Même s’il restera toujours des points d’interrogation les concernant et il est facile d’aller dans les détails pour contester dans l’ensemble une démarche faible sur certaines parties, par contre il est incontestable que la comparaison scientifique s’est faite au désavantage des théoriciens du genre qui en matière de science sont apparus pour ce qu’ils sont : des fanatiques, des idéologues qui n’ont absolument pas pu prouver, à aucun moment, aucune de leurs hypothèses, avançant des explications sorties tout droit de leur imagination sans aucune rigueur intellectuelle, jouant sur des fantasmes et des images (nous traiterions différemment filles et garçons dès la naissance en leur faisant des risettes et cela suffirait à créer un monde inégalitaire… encore faudrait-il le prouver ?)

 

 

Omission de faits scientifiques.

 

A aucun moment Odile Fillod ne fait mention des taux de testostérone qui sont pourtant un point central de l’argumentation du professeur Simon Cohen Baron, et pour cause. Les taux de testostérone sont scientifiques, ils sont aisément vérifiables, on ne peut les contredire, et cette irruption du biologique même avant la naissance, dans les comportements, a tout de gênant.

 

Insinuations sur la démarche journalistique d’Harald Eia.

 

« Fin 2010, Eia reçoit un prix au titre de sa promotion de la liberté de parole et du débat qu’il a permis d’ouvrir en Norvège, malgré les critiques dont “>

Lire la suite

21 Commentaires

  1. Ping de chen:

    Il y’aurait une piste à mon avis définitive si elle n’est pas mise sous le tapis par les tenants de la théorie du genre : les personnes ayant changé de sexe.

     

    Ca va être difficile à retrouver mais je me suis souviens d’un docu d’une femme ayant été précédemment un homme : celle ci admettait à  son grand étonnement que sa vision du monde s’en est trouvé bouleversée, notamment dans sa vision de l'”amour”. D’une manière schématique elle était devenue plus “romantique”, à la recherche de plus de tendresse et moins tournée sur le sexe.

     

    Ceci après un simple, si j’ose dire, changement de sexe.

  2. Ping de Tuputupete:

    Ah mais, honte à moi, je n’avais pas pris la peine de survoler le reste du contenu de ce site. Je n’ai pas pris la peine de grand chose en fait, peut-être qu’à 1h je devrais simplement prendre la peine de dormir. Bon, j’espère que j’aurai le temps de revenir faire mumuse prochainement pour me faire censurer pck les gens qui ont des arguments c’pas des gentils 🙁

    En attendant, des kissous 😉

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bravo, vous avez bien senti que vous n’aviez pas mis le pied au bon endroit. J’ai effectivement censuré votre autre commentaire, parce que je déteste cette désinvolture dont vous faites preuve qui tend à vouloir prouver que vous êtes quelqu’un d’ouverte. Pour moi, elle est surtout un signe de manque d’empathie et de respect certains. Ici, il ne suffit pas d’être intelligent pour pouvoir intervenir. Encore faut-il agir en montrant que l’on a à coeur de se dépasser en termes d’efforts moraux. Sans quoi toute discussion est vaine, le débat l’étant encore plus, ce dont souffre notre société. Je ne vais pas encourager des comportements qui sont à la source même de ce que je combats. Revenez quand vous ferez partie des perdants de ce monde. Alors votre humour me fera rire, votre légèreté aura du sens, vos réflexions porteront du fruit. A dans quelques décennies et amusez-vous bien jusque là.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.