Accueil » Erreur idéologique » Otto Weininger, le christianisme cathare gay
Antiféminisme Aimeles

Otto Weininger, le christianisme cathare gay

Publié le 28 juin 2016 par Léonidas Durandal à 16 h 19 min

Quand le programme familial d’Adolf Hitler est appliqué à la lettre en France, avortements, sélection eugénique, crèches familiales, les gauchistes font mine de se récrier. Hitler n’était pas gentil, et ils le censurent. Moi, j’ai plutôt l’impression qu’ils nous empêchent de le lire parce qu’il est un rejeton socialiste du matérialisme, et plus précisément du darwinisme social qui s’est opposé à l’Église. Le nazisme a fait d’autant moins de morts par rapport au communisme qu’il en était plus religieux. Cette idée est insupportable pour tout gauchiste qui se respecte persuadé de détenir la vérité.

Pour les mêmes raisons, ils censurent Otto Weininger, car celui-ci leur ressemble trop. Vous ne trouverez qu’une partie de son texte en Français sur l’internet, avec mention à la fin que « Aujourd’hui, seuls des Néo-Nazis rééditent “Sexe et Caractère” ». En matière de traduction complète, ce sera en Anglais/Allemand. Ainsi, impossible d’avoir accès entièrement à ses idées pour les dépasser, sauf à changer de langue, et donc s’acculturer et régresser. Nous en sommes dans ce pays à lutter pour avoir accès à la culture, tandis que d’autres consacrent leur énergie à grandir en intelligence. Si la civilisation américaine est critiquable, elle l’est toujours moins que la nôtre qui s’est enfermée depuis plus longtemps dans la fausse religion des droits de l’homme et ses mensonges.

Ce comportement est si grave qu’il nous empêche de comprendre notre réalité présente. Car Otto Weininger, ou tout au moins ses idées, se sont imposées entièrement à notre monde, comme si, plus que de le décrire, il l’avait pressenti voire modelé. Déjà chez lui, l’homosexualité n’est ni une déviance et encore moins une perversion, mais un modèle (p66 de la version anglaise). Déjà la femme doit faire comme l’homme pour devenir indépendante, et l’homme rester célibataire. Déjà la conscience masculine doit servir d’unique repère à la conduite du monde, et la mère si elle est déclarée humaine, ne possède plus d’âme. La justification des mères porteuses y est implicite, et bien d’autres bouleversements auxquels nous allons devoir faire face, sont induits par sa pensée. Otto Weininger a gagné en France, voire en Occident, mais ceux-là même qui l’ont fait vaincre, censurent sa pensée. Sans confession, ils n’arrivent pas à se regarder dans la glace. Ils sont un peu protestants à son image, un peu chrétien zombi comme diraient d’autres, et ils nous perdent avec leurs certitudes.

Je serais bien inculte de ne pas reconnaître l’immense talent d’Otto Weininger qui cristallise de manière brillante toutes les pensées modernes au sujet des hommes et des femmes grâce aux connaissances de son temps, et ce à l’âge de 23 ans seulement. Combien ce jeune homme aurait donné de fruits à l’humanité, s’il avait été catholique et revenant sur ses erreurs, avait fait de ce retour une question de survie. Au lieu de cela, il s’est suicidé avant d’avoir à tuer quelqu’un, lui-même, tout orienté qu’il était par sa funeste pensée. Et nous ne pouvons même pas lui en vouloir quand on songe que d’autres inspirés par les mêmes démons ont préféré vivre et massacrer des gens par millions. Car une volonté d’homme seul va vers la mort, tout comme notre monde féminisé s’y précipite aujourd’hui en ne se servant de la masculinité que comme d’un moyen. Les deux se regardent en chien de faïence. Ils ne sont que l’envers d’une même pièce. Ainsi, je ne pourrai me contenter de faire un résumé du livre d’Otto Weininger « Sexe et caractère ». Ce serait collaborer à notre monde. Il faudra que j’envisage ses idées et que je leur apporte des réponses pour ne pas laisser toute place à la force de son génie dont je conteste les conclusions. Je m’excuse par avance auprès de mes lecteurs si je fais référence à sa pensée de manière trop implicite, mais il faut avoir lu Otto Weininger quand on s’intéresse aux relations hommes femmes. Dans ce cadre, cet auteur doit être pris au sérieux et une vraie réponse lui être enfin, apportée. Plus qu’un résumé de livre, je vous propose ici un article qui complétera la pensée d’Otto Weininger et lui donnera un tout autre tour. Je veux prendre en compte ses affirmations, en rajouter d’autres, parfois les contredire, en passant souvent sur ce qu’il dit de juste.

 

Une fausse définition de l’amour qui pollue la réflexion sur le couple :

« L’attraction sexuelle croît avec la proximité physique, “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

6 Commentaires

  1. Commentaire de julien le jacobite:

    Le passage, en page 4, sur les « Aspects politiques chez la femme », mérite d’être lu par tous.

    Ces deux mondes sont tout autant complémentaires l’un que l’autre, mais ils régissent le monde en usant de règles bien différentes. Dans le monde des idées dévoué au logos, masculin, la logique, l’excellence, la cohérence et la raison y sont maîtres. La science et la volonté de clarification y sont reines. Dans le monde des sentiments, plutôt féminin, le rapport de force, l’apparence, le respect, les rapports sociaux dominent. L’affect y est une arme, l’attitude une vérité. Bien entendu, ces deux mondes ne cessent de s’entrechoquer, et de se nourrir l’une de l’autre.

    Dès lors la vérité peut avoir tendance à être sacrifiée sur l’autel de la conservation. Cependant, il est à penser que bien des hérésies ont été empêchées par ce mécanisme. Seule la vérité qui s’accommode des êtres humains est permise par le monde des femmes, et en ceci, cette attitude protège l’humanité d’une pensée masculine toute puissante qui ne manquerait pas d’oublier les personnes pour imposer « sa vérité ». Si les femmes empêchent les progrès de l’esprit, elles empêchent surtout que ces progrès prennent des directions folles.

    Et c’est tellement vrai, logique, cohérent, que cela en devient presque politiquement indicible.

  2. Commentaire de sonia:

    quand les droits LGBT se retourne contre les femmes et surtout les enfants

    http://reinformation.tv/lois-toilettes-victime-abus-sexuels-transgenre-washington-neuville-57326-2/

  3. Commentaire de Bonsignore:

    Merci pour cette analyse Leonidas, mon manque d’expérience sur le sujet m’avait fait vivre la lecture de cette oeuvre comme un soulagement dû à la différence de ton entre l’auteur et notre société contemporaine féminisée.

    Cependant, ce soulagement s’accompagnait d’un certain trouble quant à certaines de ses assertions que je trouvais découler de raccourcis dialectiques pressés voire hasardeux.

    Toujours est-il que l’oeuvre mérite d’être lue et que l’auteur, s’il avait pris le temps de vieillir, aurait pu léguer à l’humanité plus riche héritage. Il aurait fallu qu’il se penche sur le catholicisme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle