Accueil » Homme féministe » Paul Binocle, le niveau zéro de la conscience humaine.
AIMELES Antiféminisme

Paul Binocle, le niveau zéro de la conscience humaine.

Publié le 5 décembre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Quand ils ne sont pas si prétentieux.

 

Je dois dire que si ces artistes s’étaient contentés d’une critique artistique et ne s’étaient pas mêlés de ce à quoi ils ne connaissent rien : la pensée, j’aurais laissé passer la pollution sur google. Cependant les voilà à vouloir interroger le « comment » en prenant le « pourquoi » comme acquis. Se confondant avec un surmoi universel, ils prennent la posture intellectuelle du sophiste et nient toute action positive à la philosophie. Des penseurs sans pensée propre ni individuelle !

 

Exemple de slogan sophiste bêtifiant :

 

« On peut difficilement nier qu’à l’heure actuelle, il reste préférable de naître homme que femme »

ou

« Je ne suis pas surpris d’apprendre que Léonidas Durandal se méfie de l’intelligence, on a tou
jours peur de ce qu’on ne connaît pas ».

(ignorant au passage 2000 ans de pensée chrétienne dont un de ses plus grands auteur juif, St Paul)

 

Paul Binocle penseur

 

Cependant il faut lui rendre grâce, l’artiste binoclard est humble. Il fait mine de ne pas vouloir entrer dans la pensée (seule phrase d’une lucidité crasse, retenez-la bien, ce sera la dernière):

 

« Pour cette raison précise, j’ai donc décidé de laisser cette tâche à des gens compétents « 

 

Mais il y rentre quand même :

 

« Dans le même ordre d’idée, je pense qu’il est clair qu’à l’heure actuelle, la lutte contre le racisme a eu pour principale conséquence de faire des hommes blancs de classe moyenne la plus importante des minorités opprimées. « (ironie qui se veut pensée sans être argumentée)

 

Il faut subir les omissions de mauvaise foi. Par exemple quand j’oriente les pères en situation de divorce vers d’autres sites, leur donnant des conseils pour trouver une bonne association de pères, il ne reste que mon conseil de faire une recherche sur internet, présentée bêtement.

 

Et Binoclard qui voulait faire un article sur les dérives du féminisme extrême, en vient à reprendre les pires horreurs de la pensée féministe:« En lisant le site, on devine aisément l’histoire tragique de son créateur : un homme qui, suite à un divorce, a perdu la garde de son ou ses enfants. »

 

Et si c’était vrai ?????? Selon ce genre de personne sans coeur, les hommes qui ont perdus leurs enfants devant la justice, le méritaient bien, évidemment. Ecoutez bien Cali, vous saurez ce que tous les pères qui se sont faits broyés par la justice pensent de ce système féministe. La plupart des animaux ne font pas cela à leurs petits, et ils seraient encore moins à le légitimer comme le fait Binoclard.

 

Binoclards de tous pays, celui qui pense, n’a pas encore été écrasé par la souffrance, il vit encore. Vous ne connaissez rien à la souffrance et vous voudriez donner des leçons de vie à des hommes plus expérimentés que vous. Trous de bal.

 

Autre pensée de l’horreur féministe banalisée : les questions de surmortalité des hommes, notre Binoclard les balaye d’un revers de main. C’est normal que les hommes meurent plus rapidement car ce sont des hommes bien-entendu (pour rappel seul 30% de la surmortalité des hommes s’expliquerait de manière génétique).

 

L’auteur qui veut faire rire, ne comprend même pas le second degré. A mes  » Réponses bêtes et méchantes » aux féministes », l’auteur assène un :
« Profitez bien de cette phrase parfaitement objective et honnête, ce sera la dernière avant un long moment. »

Il ne s’aperçoit même pas que s’il se moque de mes « réponses », il se moque en fait de ce que nous entendons régulièrement de la part des féministes… et n’a même pas compris que j’ai calqué ces réponses sur ce que j’ai entendu régulièrement de la part des… féministes. Je suis bien aise de voir qu’il trouve cela ridicule. Cela l’est, j’ai seulement repris la démarche féministe. Qu’il ne l’ait même pas compris, prouve un niveau de conscience politique et intellectuel, proche de zéro.

 

 

Enfin au comble de la mégalomanie, l’auteur s’arroge le droit de déterminer qui aurait le droit de défendre la cause ou pas :

« Ce ne sont toutefois pas des personnages comme lui qui feront progresser les choses dans le bon sens, sinon en servant d’exemples vivants des dérives extrémistes dans lesquelles il ne faut pas tomber. »

(encore un sophisme)

 

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire, mais je préfère laisser les lecteurs qui souhaiteraient s’ennuyer découvrir par eux-mêmes les médiocres analyses souffreteuse que réservent Paul Binocle et son groupe Facebook à ses lecteurs.

 

Je fais une proposition à tous les autres pollueurs qui liront l’article de binoclard et le mien : s’ils arrivent à le détrôner sur google à la recherche « >

Lire la suite

87 Commentaires

  1. Ping de Richard:

    Alors justement dans ce monde de faux semblants, je crois qu’il est nécessaire de dire que les termes se confondent comme les personnages, le féminisme se confond avec la féminité dans l’esprit des gens, comme le pacifiste se confond avec le pacificateur. Je crois que c’est cela qu’il faudrait éclaircir avant tout discours trop partisan.