Accueil » La pieuvre féministe » Pour qui sonne le glas
Antiféminisme Aimeles

Pour qui sonne le glas

Publié le 3 novembre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

J’ai eu du mal à en croire mes yeux et pourtant…

Un tribunal en première instance vient de reconnaître à deux mamans une autorité parentale conjointe sur leurs filles :

http://www.sudouest.fr/2011/11/03/elles-ont-deux-mamans-543697-4018.php

 

 

Ma première pensée est allée vers ces pères qui n’arrivent même pas à user de leur autorité parentale, quand on ne leur a pas enlevée. Que peuvent-ils penser d’une telle disproportion dans le traitement ? Sont-ils assez bêtes pour croire que leur chemin de croix n’est pas lié à ce genre d’évolution ?

 

On nous parle de vide juridique… ne souffririons-nous pas plutôt d’un vide moral sans fond ?

 

Dans le cas de ces deux femmes, je ne les appellerai jamais des mères car il ne faut pas tout confondre, l’exemple masculin est devenu anecdotique : “On a pensé à la référence masculine, aux questions qu’elles nous poseraient un jour. Mais on savait qu’elles seraient aimées.” Il fallait s’y attendre. Quand l’homme a si peu de place, dès le départ, qu’est-ce à dire de l’évolution probable des mentalités de ce genre de couple : le nihilisme, la ségrégation, l’apartheid au profit de femmes engendrant mécaniquement des enfants que de futurs esclaves garçons devront nourrir par leur travail et leurs impôts. Cette société est notre totalitarisme, nous n’avons plus à l’attendre, car il est là. Il est cette société libérale dans ce qu’elle a de pire : les bons sentiments qui tuent, et en masse. Même les pires communistes de l’époque stalinienne se seraient qualifiés de dégénérés face à ce genre d’idées. Nous, non. Aucune prise de conscience. Rien. J’ai honte, en particulier, pour les trois parrains de ces enfants, qui ont cautionné, l’inadmissible. Vous les connaissez ces hommes faibles qui tolèrent les filles-mères volontaires dans leur famille, voire qui les assistent, ces hommes qui sont si peu, qu’ils en arrivent à penser que le monde irait mieux s’ils n’existaient pas. Ces hommes, regardez-les quand vous passerez à côté d’un miroir.

 

Maintenant, j’ai envie de m’adresser à tous les bien pensants de notre société, plus lâches encore que nous. Pendant des années, je vous ai entendu. Parait-il l’amour suffira. Que nenni de nos identités puisque l’amour est là !

 

Mais que savez-vous de l’amour ?

 

Les pédophiles en donnent tout autant aux enfants, et même plus. Car au crime, vous avez ajouté l’hypocrisie. Votre majorité est écoeurante. C’est celle-là même, qui de tout temps a écrasé les plus faibles. Ici l’oppression d’une majorité s’est tournée vers ses propres enfants. Vous croyez les “posséder”, vous croyez qu’ils vous appartiennent, et eux croient que vous êtes leurs parents, mais il n’en est rien. Ces enfants sont libres de toute possession et en particulier de la vôtre. En dernier ressors, ils vont vers Dieu et ils Lui appartiennent. Si on fait n’importe quoi avec les enfants de la République, on ne fait pas n’importe quoi avec les enfants de Dieu. On ne les prive pas d’un père par exemple. On ne les fait pas vivre dans un climat incestueux. On ne les maltraite pas quand bien même la loi vous y autoriserait. Dormez tranquilles, vous êtes du côté de la loi, du côté du plus fort, du côté des nazis installés aux plus hauts sommets de notre appareil démocratique moderne. Bientôt un loup plus gros, plus gras, viendra vous dévorer. Et je l’attends avec impatience. Il ne peut pas être plus dégénéré que celui de la société hypocrite et honteuse que vous nous avez promise.

 

couple-de-lesbiennes-avec-enfants

 

Un gouvernement de droite vient de décider, dans les programmes officiels de terminale L, et pour “revaloriser la filière”(sic), qu’il serait fait étude des familles homoparentales :

 

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/france/l%C3%A9tude-des-familles-homoparentales-bient%C3%B4t-au-programme-des-terminales-l

 

Il ne manque plus qu’un passage par le législatif pour entériner l’affaire : cette reconnaissance fera entrer le trucmachinhomoparental dans le cadre de la “normalité”. Ah la bonne heure!

 

J’aimerais croire que des millions de gens vont se lever en France pour remettre de l’ordre dans notre beau pays. Mais je connais trop bien la lâcheté présente de nos concitoyens. Ils préfèrent accepter de voir crever dans la rue, l’enfant d’un homme et d’une femme sans domicile fixe plutôt que de se révolter :

 

http://www.sudouest.fr/2011/11/02/une-femme-sdf-accouche-dans-la-rue-a-paris-son-enfant-est-mort-543301-7.php

 

Pour ceux-là, ils n’auront que leur molle indignation à faire valoir. Il faut dire que c’est un couple hétérosexuel. Ceux-là sont déjà des marginaux pour notre société.

Sainte-Famille-monographie

Qui s’érige ? Qui s’offusque ? Qui s’indigne ? Qui se préoccupe de donner une éducation aux enfants français d’aujourd’hui ? Point d’éducation dans une société du mensonge, “>

Lire la suite

Un commentaire

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Quand la PMA mène à un imbrogio”, MPI du 06/12/2014, le très compétent JP Dickès.

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.