Accueil » Etat de droit et politique » Pourquoi est-il dit que la France a la droite la plus bête du monde ?
AIMELES Antiféminisme

Pourquoi est-il dit que la France a la droite la plus bête du monde ? (leçon politique)

Publié le 19 mars 2021 par Léonidas Durandal à 9 h 22 min

dans leur vie, et qui rêvent de succès nationaux fous sans remises en question personnelles. Avec eux, le marasme est certain.

A coup sûr, un Napoléon doit être rangé dans la première catégorie tant ses résultats peuvent être considérés comme médiocres. Même en se plaçant de son point de vue, sa dynastie se sera éteinte très vite. Il aura perdu le pouvoir à une vitesse monumentale. La France aura été défaite. Les ennemis de la France auront été renforcés. La population française aura été saignée en argent et en hommes sans aucune contrepartie. Le pugilat révolutionnaire se sera déplacé de l’intérieur vers l’extérieur, tout simplement. Il aura fait l’unité du peuple français en s’opposant aux autres peuples, ce que ce peuple français ne finira pas de payer par la suite. Cette unité elle-même n’aura été que provisoire. Elle aboutira à la disparition du peuple français sous l’impulsion de ce même socialisme triomphant à notre époque contemporaine.

Cependant, la magie opère encore dans les têtes. Certains droitards veulent continuer à déifier le grand papa gouvernant, adorateurs confortablement installés dans leur siège d’éternels enfants, avides de sacrifices. Et ils sont nombreux en France à persister dans une telle mentalité, tant et si bien qu’ils ont pu faire élire dernièrement un de leurs avatars, Nicolas Sarkozy, qui avait la même stature qu’un Napoléon, 1m65cm, mais qui a fait un peu moins de dégâts que lui, eu égard à l’épuisement de notre pays à force de socialisme.

Sautons quelques décennies et retrouvons-nous après la guerre de Sedan autour de 1870. Pressé par les socialistes de l’époque, Napoléon III dont le bilan est très positif à l’intérieur, s’engage dans une guerre perdue d’avance à l’extérieur contre l’Allemagne. Une évidente raclée s’en suit. Reste qu’après des décennies d’erreurs révolutionnaires, le pays est acquis à la cause monarchiste. Il ne reste plus qu’à cueillir le fruit mûr de l’incurie socialiste. Or, notre droite est restée la même depuis 1789, employée de gestion acceptable, et politiquement incapable. Le comte de Chambord à qui est dévolu le pouvoir, demande à l’assemblée de pouvoir entrer en lice avec les symboles de la royauté pour drapeau de France. Refus de la droite parlementaire qui en vérité, cautionne la révolution française, encore une fois.

Le lecteur attentif pourrait trouver étonnant que je ne jette pas l’opprobre sur celui qui a refusé le pouvoir à cause d’un simple drapeau que l’assemblée voulait conserver, bleu blanc rouge en l’occurrence. Or, le comte de Chambord avait évidemment raison. La droite et la gauche étaient prêtes à accepter un roi, mais un roi qui aurait été un pantin entre leurs mains. Tous, ils ne croyaient absolument plus en la monarchie, ce que leur attitude révélait. Car s’il a été reproché au comte son refus de céder, pourquoi nos historiens ne se sont pas penchés plus en profondeur sur ce même refus de céder de l’assemblée. Pourquoi ce dernier a-il été envisagé comme naturel, si ce n’est parce qu’il validait l’idée que le chef des Français devait forcément se soumettre au groupe et non à Dieu ? Quelles qu’aient été les raisons profondes de cet homme, elles disaient peu de lui et beaucoup de cette majorité parlementaire pour qui le pouvoir consistait à se mettre sous l’étendard révolutionnaire tout en appelant un roi. Une majorité qui était monarchiste sans l’être, et qui voyait en la « droite », non pas une dualité féconde, ou bien une représentante de l’ancien régime, mais une émanation nostalgique et un peu romantique d’un pouvoir passé.

Mettant des mois et des mois à se décider, les monarchistes finirent par perdre le pouvoir avant de s’être mis d’accords sur un autre successeur pour le royaume, car évidemment, les conditions du roi légitime étaient inacceptables pour eux. Un simple drapeau… qui en disait long sur la bêtise historique à droite, une droite peureuse, sans assise idéologique, peu convaincue d’elle-même, pleine de notables imbus de leur pondération, et qui finirent par perdre encore une fois, le pouvoir, pour des raisons ridicules. Ce résultat fut décisif jusqu’à notre époque, puisque cette gauche-là allait incinérer les derniers restes de société traditionnelle en France (éradication du catholicisme dans l’armée, dans les écoles, spoliation de l’Eglise, guerres coloniales civilisatrices et immigration qui allait suivre, puis culpabilisation etc…). Et il faudrait une énième catastrophe socialiste pour que cette droite retrouve la direction du pays sous une autre forme que monarchique, toujours plus affadie, toujours plus suiviste.

D’ailleurs, passons sur tous les marasmes socialistes, toutes les corruptions de l’époque liées à cette idéologie, toute son incompétence meurtrière, et « >

Lire la suite

Un commentaire

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.