Accueil » Femme moderne misérable » Pourquoi les hommes détestent les femmes intelligentes ?
Antiféminisme Aimeles

Pourquoi les hommes détestent les femmes intelligentes ?

Publié le 27 septembre 2014 par Léonidas Durandal à 12 h 22 min

qu’elle puisse espérer. S’il est intelligent lui aussi, c’est le marasme assuré.

 

 

 

La femme intelligente vit au-dessus de ses moyens affectifs.

Seulement, en plus du reste, la femme intelligente a tendance à ne pas se prendre pour de la merde. Elle rêve du grand amour, d’un homme puissant, aussi bien socialement que physiquement, et qui saura la rassurer face à toutes les peurs qui sont les siennes. Le soir, seule, en voyage, loin de son appartement coquet de centre-ville plein de DVD de séries télévisées pour adolescents et de livres écrits par des pseudos intellectuels pour l’aider à trouver un sens à sa vie, elle rêve de former le couple idéal avec son prince charmant, viril, rencontré au hasard d’une aérogare et qui saura l’hypnotiser et lui faire la cours à l’ancienne. Personne ne lui a raconté de vrais contes traditionnels dans son enfance. Elle ne sait pas que les histoires de princes et de princesses sont parsemées de difficultés, de remises en questions personnelles, de symboliques sexuées et entremêlées. Elle ne sait pas que l’amour se décide autant qu’il se reçoit. Cette intelligence, elle ne l’a pas, car la femme intelligente a été méséduquée, souvent par abandon.

 

 

 

Les cas cliniques de femmes intelligentes.

femme médecin

 

Au mieux, elle deviendra thérapeute car dans ce cas, elle aura à cœur de soigner la blessure des autres, et en fait, de soigner inconsciemment la sienne et celle de sa famille. Si elle n’échoue pas.

 

Intellectuelle souvent minable, elle se masturbera la cervelle toute la journée en fac de sociologie en repensant les mgratacosrelations hommes-femmes tandis qu’elle reproduira sans le sentir tous les rapports sexués dont elle croyait pouvoir se départir. Dans le cas où elle n’entrerait pas en révolte, elle entretiendra sa dépression en accusant les conditions matérielles dans son métier de prof d’être la cause de l’échec de l’institution, et donc, de son propre échec. Car peu d’entre elles auront la chance de finir caissière dans cette société où l’hyperinflation de notre Etat bureaucratique donne de folles illusions à tous et à toutes.

 

392376-rachida-dati-pretant-serment-comme-637x0-2

 

Avocate, elle essaiera de sauver la demi-crevure qu’elle a eue comme père du regard de sa demi-crevure de mère, si elle ne devient pas comme sa mère. Animée par de bons sentiments, elle pourra être intérieurement attirée par les criminels de la pire espèce. Mais les femmes intelligentes avocates ne feront jamais mieux que les femmes ingénieures et commerciales.

 

 

 

 

La femme intelligente ingénieure sera une fausse matérialiste complètement inadaptée au monde qui s’apercevra plus ou moins tard qu’elle fait un boulot de merde en vendant de la merde. Contrairement à son collègue masculin, elle ne le supportera peut-être pas jusqu’à la retraite, et partira en vrille en fantasmant sur des brutes (le prototype étant le rugbyman telle qu’elle se l’imagine et non tel qu’il est dans la réalité) ou en devenant « artiste ».

 

 

 

industry

Ingénieure dans l’industrie agroalimentaire avant

th

Ingénieure dans l’industrie agroalimentaire après

 

La femme intelligente commerciale (j’entends sortie d’une école de commerce) quant à elle, poursuivra des chimères et deviendra une arriviste ratée avant de se caser avec n’importe qui après une longue succession d’aventures creuses.

 

th (1)

 

Sans parler de la chargée de com, publicitaire et autre, qui elle, sera toujours à la limite du lesbianisme et cherchera la domination dans ses relations amoureuses. Ne me demandez pas pourquoi, je n’ai pas d’explication précise sur ce point. Peut-être un surinvestissement maternel doublé d’un complexe de castration mal résolu.

 

th (2)

 

Les signes de débilité profonde de la femme intelligente.

Un des signes de la profonde débilité d’une femme intelligente est qu’elle n’a pas senti jeune que toute la société lui mentait. Elle a cru que tout était possible dans le cadre d’une insertion professionnelle. Et tandis que les vraies bourgeoises n’ont jamais cessé de poursuivre le mari idéal dans leur milieu de riche dès le plus jeune âge, et qu’elles sont revenues rapidement au foyer après quelques expériences professionnelles formatrices en termes humains, la femme intelligente croit toujours pouvoir se hisser « >

Lire la suite

427 Commentaires

  1. Ping de Hélène de sexe femelle:

    RTant mieux si vous esperez toujours alors. Ce serait intéressant des mémoires j'espère vous lire bientôt 😀

    Eh bien, je vais avoir un peu de mal à donner une réponse claire parce que cela tient à beaucoup de choses et que j'ai eu moi même peu de mal à comprendre car 3 semaines m'ont suffit pour réaliser que cela détruisait mon corps. Je suis en début de trentaine, il y a 15 ans on distribuait la pilule comme des bonbons et on nous jurait que la pilule était inoffensive et sans effets. Les scandales sur les effets néfastes de la pilule n'avaient pas éclaté au grand jour donc pn croyait ce qu'on disait. Donc, vous êtes jeune, vous avez une libido élevée et on vous présente un moyen de batifoler sans les conséquences de la maternité vous sautez sur l'occasion. C'est ce qui je pense fait qu'on va la prendre au début. Après celle qui continue de la prendre…ça varie beaucoup. Certaines n'ont pas de symptomes et ne voient dpnc pas où est le problème. Le scandal des problèmes liés à la pilule n'avaient pas éclatés. Certaines ont peur de perdre leur compagnon qui peut ne pas comprendre ce revirement et ce retour au préservatif. Les méthodes naturelles sont impraticables sur un certain nombre de femmes, celle entre 18 et 25 sont plus ou moins fertiles tout le temps, ça ne marche pas non plud avec celle ayant un cycle irrégulier, celles avec un cycle long, celle qui n'ont aucun symptomes…et surtout avex les méthodes naturelles il faut etre ouvert à l'idée qu'un enfant peut tout de ême naitte. Cela arrive bien plus fréquemment qu'avec les hormones.

  2. Ping de Hélène de sexe femelle:

    Merci pour votre réponse.

    Nous nous rejoignons alors pour la contraception. Je me souviens avoir quitté mon premier petit ami car il voulait que je prenne la pilule au lieu du préservatif. Je m'étais dis qu'il voulait donc juste m'utiliser et je l'ai laissé. A l'époque, les gens ont trouvé que j'exagérais mais aujourd'hui cette position antipilule est plus acceptée. J'avais détesté cette impression d'être dans le corps de quelqu'un d'autre, mon corps etait comme séparé de moi alors que je le connais très bien depuis toujours, toutes ses réactions témoignent de quelque chose et la pilule perturbais cela.Lorsqu'à 24 ansje suis tombée enceinte de mon premier enfant je l'ai sentie au moment de la conception, mon mari m'avait traitée de folle d'ailleurs mais je lui soutenais que je sentais une sorte de feu sacré dans mes entrails. C'est pour cela d'ailleurs que je l'ai gardé alorsque très franchement c'était pas le meilleur timing. Je ne pense pas que c'est un simple amas de cellules mais je vais être honnête : si à l'époque mon mari ne m'avait pas garanti qu'il resterait, j'aurais avorté. Aujourd'hui avec ce que je sais je ne le ferait pas mais j'étais plus faible a l'époque bien que catholique pratiquante. Mon mari est russe et je ne l'avais pas encore rejoint ni épousé car il me restait une année d'étude. J'avais quelques économies car j'avais déjà commencé mon affaire mais si j'avais été seule nous serions devenues des cas sociaux ma fille et moi, ma famille ne m'aurait pas soutenue. Lorsque je lui ai dit, via skype, il est revenu en France sur le champs , est allé voir mes parents les a convaincu de me laisser rester dans le domicile familial pour trois mois et m'a fait venir 3 mois plus tard. J'ai terminé mes études à distance. Bref, si les hommes s'opposent a l'ivg d'accord je comprends la logique morale qu'il ya derrière mais dans ce cas qu'ils assument les responsabilités qui en découlent. Mais il est vrai, que j'ai choisi quelqu'un qui prenait ces engagements au sérieux , chose que beaucoup ne font plus. C'est pour cela que j'apprécie tout de même parler à des gens de droite parce qu'il y a une volonté de responsabiliser les gens vis à vis de leur choix qu'on ne trouve pas ailleurs. La vie en Russie y est aussi pour quelque chose, en France on la présente comme une zone d'oppression patriarcale. En vérité, ils vénèrent les mères, aident beaucoup les femmes et valorisent la féminité. Et ils sont très pragmatiques. Un peu trop d'ailleurs pour moi des fois hehe

    Vous avez raison pour l'immigration. Ça m'embête un peu de l'admettre en tant qu'enfant d'immigrés gabonais mais oui bien souvent les harceleurs sont noirs et arabes on ne va pas se mentir. C'est cultuel, j'ai compris comment les gérer en allant au pays pendant les vacances. Les africains sont plus directs, en France onne veut pas froisser. Les africaines quand on les aborde elle tchip, disent de dégager sans passer par 4 chemins et soulignent ce qui ne leur plait pas physiquement chez le dragueur. En réponse, pour sauver son honneur il dit que c'est une fille facile ou qu'elle n'est pas si belle de toute façon. Les gens se parlent plus dans la rue aussi, sans raison pour discuter pas juste pour draguer alors ce comportement ne parait pas aussi étrange dansce contexte qu' en europe. Elle avait pas entièrement tort Seclin quand elle disait qu'elle allait dehors pour se rendre d'un point A à un point B pas pour discuter. Il est vrai que je me questionne beaucoup vis-à-vis du multiculturalisme. Ça marche que dans des conditions très définies : classe sociale équivalente qui ont les mêmes valeurs (souvent bourgeoises), religions très ancrées mais en même temps pratiquées mollement parce que l'on est né dedans et que l'on est sur de ses traditions, connaissance de son pays d'origine qui fait que l'on se voit comme un ambassadeur de son pays d'origine, éviter qu'une communauté soit sureprésenté car elle fera bande à part inévitablement et enfin, communauté réduite. En france, souvent les nouveaux français ne connaissent ni les codes français ni les tradutions de leur terre d'origine. Ils sont sans culture et étrangers partout. Qu'est ce qui vous fait dire qu'ils ont peur des femmes ? Vous dites aussi cela des musulmans mais je n'ai jamais bien compris pourquoi. Mes parents l'ont presenti et on fait le choix de déménager loin en grande banlieue afin que l'on soit immergé dans la culture française et nous envoyait au Gabon en été. Nous nous en sommes sortis et nous ne sommes pas complexés mes frères et soeurs et moi même mais nous sommes malheureusement des cas rares.Notez comment les étudiants africains qui viennent à l'âge adulte s'intègrent bien mieux que les français colorés. Je ne remercierai jamais assez mon père d'avoir pris ces décisions. J'ai tout de même un reproche à faire à l'Etat français : il était bien mal avisé de parquer tous les immigrés au même endroit. Et, il faudra aussi si les français veulent vraiment limiter l'immigration, qu'ils pensent à un modèle économique qui puisse s'en passer. Donc cela passe par les naissances mais aussi se battre pour que leurs gouverneurs arrêtent de défendre leurs intérets économiques en Afrique. Ça profite à peine au peu français du reste. Mais oui, une immigratiob controlée dans tous les pays me semble normale. Je me fais un peu de soucis pour mes enfants. Pour l'instant, ils sont très russes mais ils commencent à me demander d'où je viens et donc d'où ils viennent et ma biculture complique les choses.

    Je crois que je ne me suis pas bien expliquée pour les viols. Vous parlez du degré de culpabilité mais je voulais dire moi dans l'allégorie de la maison volée qu'on ne dit pas que le voleur n'est pas un voleur parce que la porte est ouverte.On dit au propriétaire de faire plus attention la prochaine fois mais on ne dit pas que le voleur est innocent ou que le propriétaire voulait qu'on lui prenne ses biens. Les discours "elle était habillée comme une chaudasse donc forcément elle était consentente" sont pour moi erronés.

    Je vois ce que vous voulez dire pour les féministes, mais même en mixité les fgarçons doués . Ca a été une constante en tout cas dans mes études supérieures, littéraires en plus. Une grosse tête garçon, deux trois filles très douées elles aussi mais mois que lui, 4/5 qui travaillent beaucoup,2/3 garçons qui travaillentbeaucoup, le ventre mou d'élèves moyen des deux sexes et le cancre dont on ne tirera rien qui est lui aussi un garçon. Si leur plan c'était d'empêcher l'autonomie ( dans quel but d'ailleurs ? Pourquoi ça les gêne ?) eh bien c'est raté. Je pense tout de même que la piste de non respect de la féminité est à garder. Surtout pour les mouvements venant des Etats-Unis. D'ailleurs, les femmes antiféministes, pro féminines sont plus nombreuses là bas aussi. Ce n'est pas pour rien je pense.

    D'ailleurs puisqu'on parle des résultats académiques, je n'ai pas choisi de commenter sur cet article en particulier par hasard. Je suis (ça fait pas très humble dit comme ça) plus intelligente que la moyenne et cela a plutot été un atout dans ma vie amoureuse. Mon mari m'aime en partie pour ça. Il est intelligent aussi et il dit que ça lui fait du bien de ne pas avoir en permanence à ralentir pour expliquer sa pensée dans le détail lorsqu'on parle. Je pense aussi que cela aide ma famille de bien des façons. Je cerne bien les gens, je presdens bien les choses. C'est quelque chose de différent de ce que mon mari peut faire par exemple. Il a une grande capacité de concentration. J'ai accepté le fait qu'il me battra toujours aux échecs et qu'il apprend tout plus vite. Ça rend humble, j'avais l'habitude d etre celle qui comprend tout plus vite avant sa rencontre. Par contre, les rapports personnels, les codes implicites ca lui passe complètement au-dessus. Pourtant il est plus sociable que moi mais je cerne plus vite les gens que lui. Je l'ai aidé à pacifier ses rapports avec plein de gens. On se complète bien. Le problème des femmes intelligentes qu'elles ne veulent pas dire à voix haute c'est que pour respecter leur mari, elles ont besoin de le percevoir comme encore plus intelligent qu'elles. Et quand on est dans les extremes de la courbe c'est dur à trouver. Mon dieu, je n'arrive pas à croire que j'ai verbalisé ça, voilà quelque chose qu'il y a même deux ans je n'aurais pas admis même dans l'nonymat qu'offre internet. Quelque part, c'est vrai que cela rend orgueilleux l'intelligence chez une femme. Plus que chez un homme, car ça donne trop de pouvoir à un âge où ne peut que mal l'utiliser… je crois que ce besoin de quelqu'un de plus intelligent vient de là. Avant de rencontrer mon mari, je devais me controler pour ne pas manipuler les hommes de ma vie. Je savais que tôt ou tard j'allais complètement les controler donc je mettais un terme à la relation avznt de tomber dans mes travers…ou quand je sentais que j'étais allée trop loin même si l'homme concerné ne s'en rendait pas compte.En fait je savais parler dans une langue qu'ils comprenaient (une fausse logique qui tenait la route) pour leur faire faire tout ce que je voulais. Tout en ayant l'air innocent et moins intelligente qu'eux. Très malsain. Qui sait, sans les conseils de ma mère qui a eu le même problème, j'aurais fini moi aussi peutvetre dans une relation toxique et/ou violente. Mais pas de ça avec mon mari ma "logique" est démontée avec des vrais arguments et il me disait souvent quand on était plus jeune " arrête de faire l'idiote ! Tu sais que j'ai raison"

    Vous dites "Puissent hommes et femmes savoir se rencontrer au bon moment". Je dirais dans les deux cas, plutot jeune. 20 pour les filles environ 25 pour les garçons. Pour d'une part protéger les filles des hommes qui ne veulent pas s'engager et d'autres part pour que les hommes aient une certaine maturité sans être devenus complètement amers et cyniques.

    Voilà, voilà merci pour votre réponse, cést assez éclairant d'échanger avec vous. Si je peux me permettre, vous avez l'air un peu déprimé dans vos réponses ces temps-ci. Tenez bon, je pense sincèrement que la prochaine génération saura mieux s'organiser que nous. Je vous souhaite aussi, si ce n'est pas déjà le cas, une vie de famille harmonieuse.

    Hélène

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Ne faites pas l’idiote. Ahaha, je rigole. Non, je ne suis pas déprimé. Je crois que je suis en train d’atteindre ce que j’attendais depuis des années. Je crois que je commence à maîtriser mon sujet. La vérité est laide, très très laide. Et je m’y suis fait. Je suis devenu plus froid, plus pragmatique. Je ne m’énerve presque plus quand je lis des bêtises ou quand j’en vois.

      Dernièrement, il y avait ce pauvre garçon reçu chez thinkerview, qui défendait l’idée que la crise de la masculinité n’existait pas. Je n’ai même pas eu un haussement d’épaule suite à son intervention que je n’ai pas regardé jusqu’au bout. Avant, je me serais senti obligé de faire une vidéo en réponse. Mais désormais, je me sens au-dessus, non je ne le sens pas, je le sais. Ces gens là sont devenus comme des détails pour moi, c’est presque malheureux d’en être arrivé là, et en même temps, il fallait que mes sentiments soient en accord avec mes idées.

      Je regarde de plus en plus les commentaires d’articles aussi, et je constate que le bon sens ne s’est pas perdu, pas tant que nous ne l’imaginons. J’essaie aussi de le prendre en compte. Comme vous dites, la nouvelle génération arrive mieux armée, quand elle s’informe. Le gauchisme est de plus en plus rapidement perçu chez le jeune, pour ce qu’il est : une maladie.

      Ce que vous avez ressenti dernièrement chez moi, en vérité, ce ne sont que les effets inévitables de l’âge. La jeunesse est vive, fougueuse, elle est capable de gaspiller une énergie extraordinaire dans des impasses. Un bon terroriste a 30 ans. Pour ma part, je ne veux pas surjouer la jeunesse, faire comme tous ces faux jeunes, qui me faisaient déjà pitié quand j’étais un petit con. J’ai perdu de l’énergie, oui, et c’est comme ça, mais j’ai aussi gagné en pertinence. Le monde change chère Hélène (permettez moi cette petite familiarité qui ne prête pas à conséquence eu égard à la distance qui nous sépare) et mon temps passe.

      En ce moment, je pense à écrire la vraie histoire du mouvement anti dénaturation du mariage, la vraie histoire militante de droite de ces dernières années. J’en ai été un observateur et un acteur privilégié, bien caché mais impitoyable pour porter des coups à l’adversaire. Les jeunes militants pourraient en tirer quelques profits…

      J’ai des envies d’écrire mes mémoires, comme si j’étais à la fin de ma vie. Je n’ai jamais été aussi rempli d’espérance pourtant, jamais aussi fort dans la conscience de mes fragilités, alors je me dis que c’est l’âge qui fait ça.

      Contre toute apparence à cause des idées novatrices que j’ai lancées en matière d’entretien d’un blog, je suis un dinosaure du web, un vieux machin. La plupart ont abandonné, la plupart très vite, et je suis toujours là, aussi irréductible, mais avec le sentiment d’en avoir vu beaucoup passé, et que si cette expérience a participé à sauver mon âme seule, je ne fais parti que d’un grand « tout » indéfini qui me dépasse de beaucoup… Ah l’heureuse illusion de la jeunesse de pouvoir tout changer. Qu’elle est nécessaire. Qu’elles s’est éloignée de moi. Mais voilà que je m’égare encore.

      J’avais seulement une dernière question à vous poser : je dois vous avouer que je n’ai jamais pu comprendre que des êtres humains aient pu volontairement se bourrer d’hormones (contraception). Est-ce que vous savez comment et pourquoi une telle folie est possible dans la tête d’une femme ?

      M.D

  3. Ping de Hélène de sexe femelle:

    Bonjour Monsieur,
    Je vous suis depuis plusieurs années, depuis 2015 je crois mais je n'ai jamais commenté. Nous parlions de l'émergence des mouvements masculinistes et antiféministes avec des amis genre mgtow et de fil en aiguille je me suis retrouvée ici.Je ne suis toujours avec vous, mais on manque d'avis dissidents dans les médias normaux alors je suis devenue une lectrice assidue.

    Je suis d'accord avec vous sur l'affaiblissement du rôle du père et de ses effets néfastes. Je suis française né de parents africains et je suis persuadée que certaines pratiques ( la polygamie et aujourd'hui les "2e bureau", la filiation matrilinéaire dans certaines régions) affaiblissent la place des pères et sont à l'origine de nos retard en terme de développement.

    Vous mentionnez plusieurs fois qu'une femme devrait rester en toutes circonstances. Partir au moindre problème non mais la tromperie et la maltraitance sont à mon avis des raisons légitime de partir. Je suis un peu partiale à ce sujet. On loue les femmes qui restent avec leur mari volage en Afrique, on va même jusqu'à leur reproxher leurs tromperies. J'ai l'impression que ce laxisme, cette "impunité" ne fait que favoriser les comportements immoraux des femmes vénales et des hommes volages.

    Je ne suis pas d'accord avec vous concernant l'avortement. Il ne s'agit certe pas d'un geste anodin et pose des questions morales. Ceci étant dit, la majorité des avortements se font durant les premieres semaines après la conception. Il s'agit d'un rond de quelques milimètres qui ne sent pas la douleur. La question devient plus compliquée après que l'embryon devienne un fetus. Mais à ce moment là, la loi française ne permet plus d'avorter. Pour moi, c est la bonne limite. Il semble que dans les milieux de droite, beaucoup s'imaginent que seules les femmes dévergondées avortent. Or, de ce que je vois autour de moi, il y a de tout : femmes mariées, étudiantes en relation stables, catholiques, musulmanes…je pense tout simplement que la grossesse met la femme dans une grande vulnérabilité et l'envie de tout arrêter lorsque les conditions ne sont pas favorables est une réaction viscérale que l'homme ne pourra jamais appréhender totalement. Un peu comme une amputation pour empêcher le corps entier de mourir. Je comprends néanmoins ceux qui veulent l'interdire car il est vrai que cet embryon c'est tout de même un potentiel être humain et a par conséquent quelque chose de sacré. Par contre, je ne comprends pas pourquoi vous êtes contre la contraception. Même les femmes mariées l'utilisent. Comment controler les naissances sinon ? Je sais que vous êtes catholique et que vous souhaitez une grande famille mais vous êtes un cas rare. Même vos co religionnaires l'utilisent. Ce n'est économiquement pas possible d'avoir des familles d'une dizaine d'enfants comme à l'époque. Vous reprochez cela au féminisme mais honnêtement, je pense que c'est juste un des effets de la vie moderne. C'est mécanique, dès qu'un pays s'industrialise les femmes ont moins d'enfants et ce même dans les pays plutôt traditionalistes. D'ailleurs, dans un monde où la mortalité infantile est faible et la plupart des enfants atteignent l'âge adulte, a-t'on vraiment besoin de famille avec 8 enfants ? 2 ou 3 cela suffit je pense. Sauf bien sur, pour ceux qui veulent plus.

    Votre article sur les violences m'a choquée. Je ne pense pas que ce soit acceptable. Vous aimez parler de relation toxique a la place de mari violent et quelque part vous avez raison. Mais souvent ces hommes là frappent toutes les femmes qui passent leur chemin donc, qu'ils aient une tendance naturelle ou qu'ils se mettent systématiquement avec des femmes malades ils ont un problème à régler. Surtout que souvent quznd un jour les ayant trop frapper, la femme décide de le quitter, ils font des scènes, pleurent, jurent qu'il ne recommencera plus. Donc ils veulent la garder leur folle !

    En ce qui concerne le harcèlement de rue et les viols il y a certes de fausses accusations. Et on devrair punir bien plus sévèrement celles qui mentent. Là ou je rejoins les féministes c'est lorsqu'elle dénonce le "victim-blaming". Les femmes devraient avoir des tenues décentes et il n'est surement pas consrillé de se balader en mini jupe seule en pleine nuit dans un coin mal famé. Néanmoins un viol est un viol et la tenue de la victime ne devrait etrz prise en compte. Si je laisse ma maison ouverte et que je me fais voler, le voleur est-il moins coupable car j'ai été négligeante ? Je ne pense pas. D'ailleurs, toutes les fois où je me suis faite embêtée dans la rue j'étais très couverte. Je peux vous détailler ma tenue la fois qui m'a le plus marquée, j'avais 16 ans et un type s'est permis de me tripoter la cuisse et a essayé de m'embrasser. C'étais en période de revision de bac fblanc. J'avais les traits tirés car j'avais pas dormi. J'avais un jean , des bottes, un pull large et j'etais emmitouflée dans une doudoune. J'avais un corps peu formé. Les cheveux attachés dans un chignon mal faits. A 20 ans, âge ou j'étais plus féminine et objectivement plus belle qu'à 16, on ne m'harcelait plus car j'avais perdu mes airs de bébé innocent. La vérité c'est que ces emmerdeurs des rues se dirigent vers les filles qui ont l'air jeune et vulnérable pour pouvoor en abuser plus facilement. Aujourd'hui, un homme me fait ça je lui fait une scène, je lui en colle une. A l'époque, je suis restée tétanisée. Les femmes deviennent moins misandres en viellissant en général. Je crois que c'est parce qu'on est confronté à tout ce qu'il y a de plus laid chez l'homme avant de voir ses beaux cotés. L'inverse se produit chez l'homme, il idéalise la femme puis se rend compte que c'est une mortelle avec plein de défauts.

    Pour ce qui est de la carrière c'est un peu compliqué. Je ne pense pas que les femmes au foyer sont opprimées, surtout pas en occident où la plupart le sont par choix. Par contre je crois qu'il y a eu une volonté de pouvoir développer ses talents d'une part et de reconnaissance d'autres part. Or, de nos jours, les gens perçus comme doués et qui sont reconnus spnt ceux qui ont su faire de leur passion, une carrière. Ou, au moins qui font de l'argent. Je ne pense pas que la fémininité soit reconnue : les métiers féminins rapportent peu, les femmes au foyer sont perçues comme paresseuses. Les qualités perçues comme féminines: la gentillesse, la douceur, l'empathie, la maternité…sont vues comme des faiblesses. Vous même, vous parlez en permanence de " société féminisée", d'"homme féminisé" comme quelque chose de mauvais. Lorsqu'une femme se masculinise, on la dit orgueilleuse comme si elle voulait s'élever à une place qui n'est pas la sienne. Et les hommes féminins sont plutôt vue comme des êtres qui se rabaissent. Une jolie fille qui joue au jeux vidéos c'est une fille cool mais un beau garçon qui fait de la danse classique, c'est une tapette.Une matheuse impressionne plus qu'une femme de lettres. Pour moi le féminisme est une réaction à ce mépris " bon puisqu'être une femme n'inspire pas le respect, faisons comme les hommes". Et voilà où nous en sommes. Ça me fait un peu penser aux noirs qui voulaient singer les blancs en toute chose pour prouver leur valeur…puis il y a eu un retour aux sources, retour à la coiffure affro, au tissus africains, à certains remèdes traditionnels. Je pense que les féministes devraient oeuvrer dans ce sens d'ailleurs, exiger que la féminité soit respectée. Certains courants le font et ils ont tous mon soutien.

    Je m'égare. Je disais donc que la carrière vient d'un besoin de reconnaissance. Mais aussi, évidemment d'un besoin d'argent. Je ne pense pas que la division homme femme du travail soit née d'une volonté de l'homme d'oppresser. Je pense qu'elle a émergé parce que cela faisait sens à une époque où les travaux étaient très physiques et que tenir une maison prenait énormément de temps. Mais aujourd'hui a l'heure de la mécanisation, de l'électroménager et de l'économie tertiaire, l'arrangement ne fait plus sens. Je pense que la soumission de la femme faisait partie du compromis. De toute façon, celui qui a les ressources, décide. Mais encore une fois, je ne pense pas que l'homme soit naturellement plus doué pour décider. Après tout, faire tourner une maison demande aussi des qualités de leadership. Et je ne vois pas pourquoi, lorsuqe le travail ne demande pas de force physique, l'homme devrait porter seul le fardeau d'apporter de l'argent. Je pense que c'est possible de faire en sorte de créer une organisation qui permettrait aux femmes de combler leurs aspirations personnelles et aussi d'avpir une famille. Je pense qu'il faudrait séparer les filles et les garçons à l'école. Les garçons chahutent, ont besoin de plus de pauses. Jusqu'à un certain âge, ils sont plus immatures. En général, ils ralentissent les filles. Je pense que l'on pourrait établir un programme où les filles obtiendraient le bac à 15 ans. Celle voulant faire de longues études termineraient à 25 ans environ avec une moyenne de 20 ans pour l'âge du master. Et 18 pour le niveau licence. Ça leur permettrait entre 15 et 25 d'établir une carrière/ trouver un mari avec qui fonder famille. Et avoir des enfants avant 30 ans. Je pense que la plupart des gens sont trop immatures pour avoir des enfants avant 25 ans. Il me semble d'ailleurs que le cerveau n'est pas fini avant cet âge. Je pense qu'une moyenne de 24-25 au premier enfant avec quelques personnes plus matures qui se marient plus jeunes vers 18, 19 ans permettrait une bonne fécondité de 3/4 enfants par femme. Bon, c'est un peu utopique, il faudrait faire admettre a l'éducation nationale que filles et garçons ne se developpent pas pareil et rappeler que la fertilité chute a 35 ans ce que beaucoup de femmes ne veulent pas entendre mais peut-etre que quelques ecoles privées pourrait commencer et si cela marche peut etre que l'EN suivra. Pour ce qui est du sexe, je ne suis plus catholique donc je ne suis pas nécessairement pour l'abstinence jusqu'au mariage. Nous nous marions bien tard aussi. Marie avait 14 ans il me semble quand on l'a mariée à Joseph. Mais ne faire l'amour que pour des relations longues et prendre le temps de se connaitre avant de passer à l'acte me semble être une bonne idée. S'abstenir un an par exemple ? Les amourettes tiennent rarement deux mois.

    Moi, je veux une grande famille mais cela m'embêtait de n'avoir que la source de revenu de mon mari pour vivre. Du coup j'ai entrepris. Je vends des formations en lignes, j'en conceptualise d'autres pour des clients. Je publie des livres numeriques aussi. Tout ceci peut se faire n'importe où selon mon emplois du temps je travaille beaucoup à certaines périodes, moins à d'autres. J'ai investis une partie de cet argent pour me faire un revenu passif. J'ai ainsi pu rejoindre mon mari chéri dans son pays avec plus de sérénité. Nous attendons aujourd'hui mon 5e enfant. Pas mal de mes activités sont en vérité des choses qui font travailler l'argent pour moi. J'ai donc du temps pour m'occuper de mes enfants et parfois j'ai de l'argent en plus pour vivre pluq agréablement. Mon mari paie l'essentiel mais mes revenus améliore l'ordinaire. Je raconte ceci car je pense qu'en vérité ce qui se joue c'est une véritable réorganisation de la société. Et je crois avoir plus ou moins reussi à construire une vie de famille agréable dans tout ce chaos ( après moults erreurs !) Nous vivons le plus grand bouleversement depuis l'invention de l'écriture je pense. Et je pense que l'on doit repenser l'école, l'organisation du travail, le " temps plein" n'a plus trop de sens. Peut etre devrait on parler plus donner des objectifs aux gens et les laisser s'organiser. Avec peut etre des réunions hebdomadaires pour voir où tout le monde en est. Ou bien faire comme les femmes hollandaises qui font énormément de mi temps.

    Bref ce message était bien long. Je réagis un peu à tout ce que j'ai pu lire ici depuis environ 4 ans. Tout cela pour dire que vous soulevez souvent des points intéressants mais je ne pense pas que le féminisme soit mauvais. Celles de la 1ere heure avaient à mon avis raison de se battre pour une égalité devant la loi. Le statut de mineure est ridicule. La 3e vague bruyante, les féministes intersectionnelles sont un cancer. Par contre, j'ai une certaine sympathie pour les féministes différentialistes qui admettent les différences entre les sexes mais admettent que nous avons tous une part de féminité ou de masculinité que l'on devrait laisser s'exprimer. Elles veulent aussi une reconnaissance de la féminité et non pas juste des femmes. En vérité, une mère sans discipline (qualité masculine) est une mère désorganisée et inutile. Un homme ne sachant pas gérer un minimu les rapports interpersonnels est très isolé et peu même se voir ralenti sa carrière. Il nous faut un certain équilibre.

    Bonne journée,
    Hélène

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Chère Hélène,

      Tout d’abord merci pour votre message. Comme de nombreux internautes, vous préférez rester dans l’ombre et observer. Moi-aussi j’aime beaucoup agir de la sorte, je comprends cette volonté comme de ne pas interférer, mais du coup la première fois que vous intervenez, voilà que vous mettez le paquet si j’ose m’exprimer ainsi.

      Je suis d’abord désolé d’avoir mal été compris, j’ai dû mal m’exprimer parfois, mais je n’ai jamais suggéré sérieusement qu’une femme dût rester auprès de son mari en toute circonstance. Au contraire ai-je défendu l’idée de séparation de corps tout en restant unis par le mariage. D’ailleurs, les personnes qui divorcent s’aperçoivent bien vite qu’elles ne peuvent pas délier les liens de leur vie passée aussi rapidement qu’elles l’avaient fantasmé, surtout en présence d’enfants.

      De même, je ne suis pas contre la contraception, mais je défends le dogme catholique, ici concernant les méthodes naturelles. Les couples grandissent dans la chasteté, c’est à dire savoir respecter le corps et les attentes de l’autre. Les féministes disent défendre le corps des femmes alors qu’elles les bourrent d’hormones pour les rendre disponibles tout le temps à la pénétration. Vous m’expliquerez la cohérence de celles-là si vous la trouvez. A l’inverse, et si nous cherchions à nous élever un peu, je ne dis pas réussir à s’élever, mais seulement chercher à le faire, avoir foi en cette humanité qui a déjà passé tant et tant d’obstacles ?

      Là où vous m’avez parfaitement compris, c’est à propos des infanticides par avortements. Vous défendez le point de vue des femmes. En certaines circonstances, elles le vivraient comme une sorte « d’amputation pour empêcher le corps entier de mourir » me dîtes-vous, expression qui fait sens pour moi. Or ne trouvez-vous pas normal que je défende celui des hommes qui est le tabou de l’assassinat ? Un homme qui se respecte ne peut mélanger la vie et la mort dans une indifférenciation étrange, en utilisant des arguments qui n’en sont pas, par peur d’affronter la vérité (qu’est-ce que cet amas cellulaire que vous décrivez, une vie n’est-elle pas toujours en devenir ?). Oui, l’homme doit rappeler les règles, la loi universelle. Il est le garant de l’élévation civilisationnelle, quitte parfois à s’exposer à l’opprobre publique. Car ce rappel est un travail ingrat qui vous vaut la rancoeur des femmes, des enfants, et de tous les hommes féminisés, une majorité en vérité, raison pour laquelle la démocratie est si peu propice à l’élévation des civilisations sauf chez les peuples forts et homogènes. Car ces mots qui font mal, élèvent. Ils rendent la personne qui les entend fragile, mais plus consciente du monde, et plus respectueuse des autres aussi, et d’elle-même. Il n’y a malheureusement pas de progrès sans souffrances. C’est le lot de toute personne, pour vous aussi. Mais vous le savez déjà.

      Sur les viols, vous avancez qu’une femme ne devrait pas prendre de risques, mais qu’elle n’est pas responsable si elle a pris des risques. Propos très féminin. Et vous utilisez une allégorie de la maison volée qui était ouverte. Le voleur est-il moins coupable parce qu’il n’a pas eu à forcer la porte ? Eh bien oui en droit français. Le vol avec effraction est beaucoup plus puni que le vol par opportunité (je ne me rappelle plus du terme exact). La loi nous indique ici qu’une propriété doit être protégée, et que si vous ne mettez pas des moyens en oeuvre pour ce faire, vous devez moins vous plaindre si vous avez été victime de la jalousie d’un passant. En exposant vos biens au regard des autres, vous les avez tentés. Il est alors interdit de jouer sur une forme de justice distributive sans évaluer votre propre responsabilité dans un incident. De toutes les manière, et c’est malheureux de le dire, lorsqu’un drame se produit, il n’y a que des coupables.

      Pour défendre le féminisme, vous arguez que ce mouvement prendrait ses sources dans un mépris des femmes en général. Moi, je pense qu’il naît du refus de considérer nos positions comme asymétriques entre hommes et femmes. La femme qui a tout et qui veut s’élever aux métiers d’hommes, est tentée par le totalitarisme. Un homme qui réussit à sortir de l’influence de sa mère, gagne en autonomie. L’une qui cherche à conquérir les compétences masculines (notez que je ne parle pas de métier), sera toujours prisonnière de sa jalousie, tandis que l’autre devra assumer les difficultés de sa condition. Cela se retrouve dans votre analyse des différences scolaires. Oui, les filles avanceraient bien plus vite en groupe à l’école, sans mixité. Mais à votre avis, pourquoi les féministes ont promu cette même mixité ? Parce qu’elles veulent pouvoir contrôler cette frange des hommes qui seront toujours plus productifs, plus intelligents que la moyenne de ce groupe de filles. Du coup, les filles dans leur ensemble sont tirées par le bas à cause de leur jalousie, et cela en serait risible, si notre système scolaire n’en était pas devenu un vrai cloaque. Ces féministes perspicaces sont aussi terrifiées à l’idée que les hommes reforment groupe, car dès lors, elles perdraient automatiquement tout ce qu’elles ont conquis et qui ne tient que par des mesures sociales toujours plus oppressives (dénigrement des garçons, humiliation du masculin, empêchement à former des « boys club », vampirisation des salaires masculins par l’impôt, autorisation des assassinats pour les femmes et appropriation des enfants après une séparation etc etc…).

      Faire tourner la maison demande des qualités de « leadership », dîtes-vous, et vous avez raison. Mais ces qualités sont aux antipodes de ce qui est demandé en entreprise. La famille a besoin d’écoute, de tolérance, de compréhension, de temps. Tout ce qui pousse une entreprise à la faillite, immanquablement. S’il y a un milieu où les femmes sont complètement inadaptées, c’est bien pour faire du fric. D’ailleurs elles détestent cette idée de « faire du fric » et elles pensent surtout à leurs enfants quand elles travaillent, quand elles ne cherchent pas à bétonner leur position. Dans un article de l’Express dernièrement, ce journal relatait le harcèlement d’une femme patronne sur une de ses employées. La première la qualifiait d’improductive par rapport au salaire qu’elle touchait. Et l’autre, au lieu de se barrer de l’entreprise, elle a attaqué la boîte aux prud’hommes !!! Incompréhensible pour un homme. Voilà d’ailleurs pourquoi les femmes chassent facilement les hommes des secteurs qu’elles investissent en masse : les hommes compétents n’imaginent même pas qu’une entreprise les jugeant improductifs, pourrait les garder, et qu’ils pourraient y rester. Mais la plupart des femmes l’imaginent très bien parce qu’elles ne sont pas là pour servir l’entreprise, mais pour se servir. Et d’ailleurs, jamais un homme en tant qu’employeur n’aurait été aussi abrupte que cette femme ne l’a été, sauf un de ces petits pervers féminisé. Dans un monde normal, l’homme l’aurait virée, sans faire d’esclandre. Mais nous ne sommes pas dans un monde normal, car dans le nôtre, il faut protéger la veuve et l’orphelin. Du coup les entreprises fonctionnent mal à cause du droit du travail et tout le monde est mal au boulot, sauf les indépendants comme vous qui sont pressés fiscalement tel des citrons, l’état socialiste leur faisant payer au prix cher, leur petite autonomie financière.

      Si vous vous intéressez aux acquis masculins chez les femmes et aux acquis féminins chez les hommes, les analyses junguiennes sont très pertinentes. Elles n’enlèvent rien à nos différences et si vous avez raison de dire que nous vivons un bouleversement équivalent à celui de l’apparition de l’écriture, voire plus important, les invariables entre hommes et femmes, sont toujours aussi présent derrière un mince voile créé par la richesse.

      Je vous rejoindrais sur la bêtise des couples violents où l’homme pervers cherche le contrôle et revient vers sa folle de femme. Cependant, ce n’est qu’un cas sur 2 ou 3. La plupart des couples violents, c’est comme avec Jonatan Daval, le pauvre type qui est poursuivi de reproches par une hystérique, un homme faible qui finit par craquer face aux injures. Voilà le quotidien de nombre d’hommes : des reproches, des femmes qui testent vos réactions par des moyens plus ou moins voilés, qui cherchent les limites parce qu’elles ne les ont pas trouvées étant enfant. Des hommes faibles qui se retrouvent avec de petites princesses, voilà le gros de la troupe des violences dites conjugales. Régler cela en croyant taper encore plus sur les hommes, c’est vouloir remettre tout le troupeau dans le sérail, parce qu’il y aurait 2-3 vaches folles. De l’esclavage organisé, comme quoi là encore le point de vue féminin sur les rapports intimes transféré au politique ne peut aboutir qu’à des catastrophes d’envergure.

      Je vous rejoindrais encore sur le profil psychologique des agresseurs de rue. Ils cherchent une enfant qui saura les rassurer tant ils ont peur des femmes. Ils sont à la limite de la pédékirastie d’un certain point de vue. Maintenant, il est du rôle des petites filles de grandir, et se faire aborder dans la rue y participe, savoir réagir face au monde aussi. Vouloir mettre hommes et femmes derrière un voile, rétablir une forme de ségrégation au nom d’une situation provoquée par des mères abusives, c’est un peu fort de café. Les femmes sont majoritairement favorables à l’immigration de masse dans notre société, elles sont majoritairement favorables aux modèles familiaux désagrégatifs (divorces, PMA, union de duos, adoption d’enfants par des duos homosexuels etc…). Elles ne peuvent pas se plaindre par la suite de subir les conséquence d’un retour tribal. Elles veulent le pouvoir, d’accord, mais elles auront la tribu et la violence qui va avec. L’un ne va pas sans l’autre. Chercher à se passez d’hommes a été très grave de plusieurs point de vue d’ailleurs.

      Enfin, j’en terminerai sur votre phrase pleine de bon sens, qui a le don de mettre en lumière bien des quiproquos qui existent entre hommes et femmes, et que je veux garder comme une petite perle précieuse : « Les femmes deviennent moins misandres en viellissant en général. Je crois que c’est parce qu’on est confronté à tout ce qu’il y a de plus laid chez l’homme avant de voir ses beaux cotés. L’inverse se produit chez l’homme, il idéalise la femme puis se rend compte que c’est une mortelle avec plein de défauts. »

      Puissent hommes et femmes savoir se rencontrer au bon moment.

      M.D

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « Lisa Bouteldja, la « beurette » militante » L’Obs du 13/01/2018.
    Cet article aurait bien été en commentaire de l’article de neomasculin sur le culte de l’attention.

  5. Ping de Olivier:

    Bonjour, Monsieur Léonidas Durandal.

    Mes compliments pour ce blog remarquable, que je découvre.

    J’ai lu ce réjouissant billet, en particulier, après avoir été intrigué par son titre provocateur lequel, en même temps, m’a vaguement inquiété quant à ma santé mentale puisque, depuis toujours, je soutiens qu’il n’y a rien de plus agréable que la compagnie d’une femme intelligente.

    Il s’avère simplement que, pour moi, l’intelligence féminine vraie relève de la sensibilité que vous évoquez et qu’une fois levée cette apparente contradiction, nous sommes donc pleinement d’accord.

    Comme disait Vialatte : « Et c’est ainsi qu’Allah est grand » !

    Avec mes sincères remerciements pour le plaisir que me procure la lecture de votre prose, je vous souhaite une bonne continuation sur la voie verticale.

    P.S. : connaissez-vous « Le Message Retrouvé », de Louis Cattiaux ?

    http://www.lemessageretrouve.net/

  6. Ping de Galland Clara:

    Ton article est une honte.

     

    Tu veux sans doute une femme moche, soumise et stupide comme toi pour te rassurer.

     

     

    A partr du moment ou une femme possède une grande qualité : beauté, intelligence, don… elle sera toujours méprisée et rabaissée par des hommes qui ont sûrement un quotient intellectuel inférieur à la moyenne.

     

     

    Pourquoi tu crée un site sur l’anti féminisme ?

    Tu n’aimes pas les femmes ? Tu veux les violenter ?

     

    Ton article est une atteinte à la liberté des femmes et tu mériterais une garde à vue pour écrire ce genre de propos.

     

     

     

    Les hommes comme toi font partis de ceux qui ne feront jamais avancer le monde et la société.

    Clara Gld, 21 ans, gentille, un peu intelligente, mignonne, sympa, tournée vers les autres, ne supporte pas l’injustice. Et toujours célibataire et fière de l’être. Ne veut qu’un enfant ou adopter.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Avis à la population. Une jeune femme féministe très très généreuse sur le site antiféministe aimeles cherche… à rester seule car elle est fière d’être célibataire. Elle refuse de pondre parce que nous sommes déjà trop dans ce monde. Et comme cela, elle n’aura pas à affronter les affreux questionnements induits par son horloge biologique. Selon ses propres dires, elle n’est pas très intelligente, mais elle se bat pour défendre les femmes intelligentes, dont elle ne fait pas partie bien entendu, car elle est modeste. Si elle insulte les méchants hommes, et se donne le droit de déformer leurs propos, c’est qu’elle a raison contre eux, raison pour laquelle elle ne veut surtout pas en rencontrer un. Car les hommes ressemblent tous à Léonidas Durandal. Quand les hommes ne seront plus comme Léonidas Durandal, elle acceptera de tomber amoureuse. En attendant, elle continuera à cultiver l’amour de l’humanité avec son chat chat. Maouuuuuuuuuuu.
      Je vous autorise à vous caresser en pensant à moi.

      • Ping de Lou:

        Vous savez, j’ai trouvé votre site via cet article. J’ai toujours trouvé ça dommage l’utilisation du mot intelligente dans votre texte.Dans un monde ou l’intelligence et la rationalité sont portées aux nues car c’est sois-disant grâce à elles que l’on se fait une place dans ma société, vous provoquez des réactions sentimentales. Vous touchez aussi au sentiment d’infériorité que beaucoup de femmes ont.A partir de là, c’est fini, les lectrices seront dans la réaction pas dans le vrai débat. Vous expliquez ici que les hommes n’aiment pas les femmes orgueuilleuses et carriéristes mais je doute fort qu’une femme capable de raisonner et cultivée rebute les hommes ( il suffit de voir les déclarations d’amour envoyées à Virginie Vota ).Peut-être devriez-vous expliquer que l’intelligence, ce n’est pas forcément faire carrière. Enfin, c’est une suggestion. Certaines réagissent comme ça parce qu’on leur a dit toute leur vie intelligence= avoir des bonnes notes à l’école + faire carrière, elles vous découvrent ici, lisent votre articles en diagonale et repartent encore plus confirmées dans leurs convictions alors que d’autres articles pourraient les faire se remettre en question.

        • Ping de Manuela:

          Je crois que les hommes intelligents ont peur des femmes sensibles.

           

           

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Les « hommes intelligents » ont été parfois poussés dans les études par une mère avide. Du coup, ils ont un rapport parfois malsain à la féminité : ils ont peur des femmes « normales » qu’ils identifient à des femmes de pouvoir qui pourraient les écraser comme leur mère. Du coup, ils renouvellent le schéma familial en prenant une femme déséquilibrée qui saura, étonnement, les rassurer. Vraiment, je voudrais que vous incluiez cette donnée dans nos débats, je le répète, et je vais être peut-être plus précis pour ne parler que de ce que je connais bien : les hommes ne choisissent pas de qui ils tombent amoureux. Le rapport qu’ils ont développé avec leur mère est central pour expliquer leurs attirances. Je sais que ce n’est pas exactement pareil pour les filles qui scrutent de manière bien plus objective, leurs potentiels prétendants. Cependant, même les femmes, plus tard, peuvent être bouleversées par une rencontre avec un homme, au point d’en oublier tous leurs principes. Je ne veux pas être méchant, mais cela se produit souvent quand les impératifs reproductifs ont été dépassés.

          • Ping de Manuela:

            Ce n’est pas facile d’élever des garçons, pourtant je croyais que c’était plus simple que d’élever une fille. Je ne cherche pas à excuser les mères abusives mais je crois qu’elles le sont tout autant avec leur filles et les conséquences sont tout aussi dramatique pour certaines. Et d’ailleurs les femmes abusées par leur mère, se mettent souvent avec des hommes qui partagent des points communs avec leur mère à elles.

             

    • Ping de Xiep:

      Et à 50 ans, tu deviendras la vache à lait d’un gigolo tanzanien qui te frappera et te piquera ton fric. Et sache que je ne te plaindrai pas.

  7. Ping de Cyrus:

    Bonjour Monsieur Kasimar,

    À votre message du 6 février 2017 à 20h15, je pense que votre initiative est très bonne. Pardonnez-moi d’avoir tardé à vous répondre.

    Je vous souhaite un bel été.

    Respectueusement,

    Cyrus

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.