Accueil » Lutte contre la pilule » Pour quoi la pilule contraceptive n’est pas encore interdite ?
Antiféminisme Aimeles

Pour quoi la pilule contraceptive n’est pas encore interdite ?

Publié le 19 juillet 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Dernièrement vous avez peut-être entendu parler de dépôts de plainte concernant les pilules de 3ème et 4ème génération. En effet, des femmes sont mortes, d’autres ont été handicapées à vie. Au Canada, ce ne serait pas moins de 23 femmes qui seraient mortes de la prescription de cette nouvelle génération de pilules (Le Monde du 11/06/2013).

Mais l’arbre de la pilule de 3ème génération et 4ème génération cache la forêt des pilules de 1ère et 2ème génération. Les femmes qui boivent beaucoup moins d’alcool que les hommes, ont une nourriture beaucoup plus équilibrée, une physiologie plus résistante, ces femmes connaissent pourtant de nombreux accidents cardiaques, beaucoup plus que les hommes. En 2009 par exemple, 66 833 hommes sont morts d’un accident cardiaque contre 77 510 femmes (série courte Insee). Mais ce n’est pas tout. Des études insistantes montrent depuis plusieurs années l’incidence de la prise de pilule sur la santé des femmes. Elles sont pourtant encore 55,5% à la prendre tout âge fécond confondu en France (Le Monde du 16/01/2013).

 

 

Une estimation parlante pour 1999.

 

Une petite estimation très basse peut permettre à un lecteur non averti de saisir l’ampleur du phénomène, de donner un ordre de grandeur pour celui qui veut bien s’informer. En gros, si on compte 60 % de femmes en âge de procréer qui prennent la pilule contraceptive en 1999 (L’humanité 2002), si on prend les 24 680 690 femmes de plus de 15 ans en 1999 (et donc en enlevant les filles de moins de 15 ans qui n’ont presqu’aucune chance de faire un accident cardiaque) par rapport au 30 090 468 femmes au total en 1999 (série longue Insee) et en obtenant donc un ratio de 82,02% de femmes concernées par les chiffres de mortalité cardiaque par pilule, en comptant qu’il y a deux fois plus de chance pour une femme qui prend la pilule de faire un tel accident cardiaque selon cette étude internationale qui sous-estime certainement selon ses propres termes, le phénomène :

 

130719pilule

http://www.affection.org/sante/contraception/cardio.html

 

En incluant à tout cela, les 88 844 mortes en 1999 d’un accident cardiaque :

 

S’il y a deux fois plus de femmes qui ont eu un accident mortel en prenant la pilule (x) par rapport à celles qui ne l’ont pas prises (y), on en arrive à :

x + y = 88 844 mortes en 1999

et

2y=x

 

Soit x= 59 229

 

Si on enlève à ce nombre de femmes qui prenaient la pilule et qui ont eu un accident cardiaque, celles qui auraient eu quand même un accident cardiaque sans prendre la pilule, on arrive à un surcroît de mortalité de 29 614 femmes. Mais comme il n’y a que 60% des femmes qui prennent la pilule en 1999, on en arrive à

29 614 * 0,6 = 17 768

 

Et comme je veux retrancher les filles de moins de 15 ans qui n’ont jamais pris la pilule bien que leur probabilité d’avoir un accident cardiaque est quasi nulle :

 

17 768 * 0,8202 = 14 573 femmes en âge de procréer en 1999 sont mortes d’un accident cardiaque à cause de la pilule, estimation basse.

 

Il s’agit bien d’un scandale aussi important que celui de l’amiante pour les hommes.

 

Depuis le début des années 2000 des médications plus appropriées ont permis de réduire les chiffres (INVS 2008), et la pilule de 3ème et de 4ème génération sont venues améliorer la situation sanitaire des femmes sur ce point, et contrairement à ce qui est avancé dans nos journaux :

 

Dans ce groupe d’âge, l’incidence totale paraît être plus faible chez les utilisatrices de pilules récentes, parce qu’il y a moins de cas d’AMI dans ce groupe. (rapport international sur la contraception orale de 1999)

 

Si la pilule de 3ème ou de 4ème génération sont si décriées, c’est grâce à des malades faisant face à des maladies rares plus procéduriers qui ont fait valoir leurs droits devant la justice. Au début des années 70, les peuples occidentaux étaient bien naïfs et ils faisaient confiance à des institutions politiques et médiatiques qui les avaient trahis depuis longtemps. Ils prenaient les médicaments dont on les gavait comme autant de remèdes magiques. Désormais le peuple s’il ne sait pas toujours bien quand on se joue collectivement de lui, il ne veut pas être le dindon de la farce quand il est la victime du système. Il porte plainte, et il en parle dans les journaux, en particulier dans les médias “>

Lire la suite

45 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    ““Cosmopolitan” vante le nouveau contraceptif hormonal Kyleena”, RITV du 21/02/2018.

    Les vaches vont pouvoir continuer à avoir des relations sexuelles sans avoir de petits veaux. Meuhhhhhhhhhh !

    • Commentaire de Lou:

      Le soucis avec la pilule, c’est qu’on s’imagine que seule les femmes papillonant à droite et à gauche ou celles dans des relations immatures prennent la pilule. Or, je connais beaucoup de femmes catholiques mariées qui la prennent.Souvent elles ont déjà plusieurs enfants. Et elles se justifient en disant que financièrement, un autre enfant serait très mal venu. Certaines arrivent a placer cela en prière et que Dieu ne leur présentera pas une charge qu’elles ne pourront porter mais les autres… Enfin, c’est compliqué

    Laisser un commentaire

    Ne laissez votre courriel que si vous voulez que votre gravatar soit affiché

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.