Accueil » Etat de droit et politique » (Présidentielles 2017) Une femme ou le candidat des femmes
AIMELES Antiféminisme

(Présidentielles 2017) Une femme ou le candidat des femmes

Publié le 24 avril 2017 par Léonidas Durandal à 12 h 07 min

La putréfaction de notre pays progresse implacablement. L’incohérence d’une gauche inconséquente et divisée aura été sanctionnée par un échec. L’inconséquence d’une droite à papa à côté de la plaque aura abouti à une défaite. Ce deuxième tour des présidentielles 2017 vient de faire souffler un vent de dissidence contre les institutions. Mais pour quel résultat ?

Il est vrai qu’à travers François Fillon, c’est toute une bourgeoisie conservatrice et plutôt provinciale qui devait être cocue. C’était son destin. Déjà, lors des dernières municipales de Paris, celle-là avait choisi d’investir Nathalie Morizet pour des questions de boboïtude. Votant par intérêt et non pour défendre ses idées, contre le mouvement de la manif pour tous, elle avait réussi l’incroyable exploit d’échouer en sus. Loin de s’être amendée, ce même parti politique avait renouvelé cette performance durant la primaire des Républicains en votant François Fillon, contre Jean-Frédérique Poisson. Celui-ci n’aura même pas eu le temps de cocufier son électorat en endossant un costume présidentiel trop large pour lui, il l’aura fourvoyé avant, en menant une campagne gagnée d’avance qui devait les conduire à la défaite. Tous, des serial loosers qui n’auront même pas eu l’excuse de perdre avec honneur. Pour tout panache, François Fillon aura appelé à voter le soir même de son marasme pour celui qui l’avait pris par derrière en lui sortant des affaires venues de nulle part, et soutenu en cela par tout le complexe médiatique et militaire dévoué à la cause libérale-libertaire sans une once de concession. Cocu et pédéraste, il fallait le faire.

A gauche, le tableau n’en aura pas moins été pitoyable. Le rabatteur habituel de la gauche, Jean-Luc Mélenchon, se sera servi de son brio naturel masquant un communisme crasse pour surclasser l’homme choisi par le PS et ayant les mêmes convictions que lui. Tout cela pour faire élire le représentant de la banque. Là encore, une belle leçon de cocufiage au vu et au su de tous ceux qui voudront bien ouvrir un tant soit peu les yeux. Mais à gauche, le libertinage passera plus facilement qu’à droite. Le beau Macron vaincra les fausses réticences anti-libérales de ses détracteurs grâce à ses idées libertaires qui leur feront avaler la pilule encore une fois, envers et contre tout, surtout face à un Front National érigé en épouvantail pour donner bonne conscience à des électeurs sans religion.

Le système a donc été vaincu par le peuple qui sent bien le vent tourner, depuis plusieurs années, mais par qui et pour quoi ?

Le pour quoi est simple. Il est celui d’une France partagée de manière cohérente entre un idéal libéral-libertaire, et l’utopie d’un socialisme local. Entre une France qui se voudrait de droite et de gauche, et une France qui se voudrait ni de droite, ni de gauche. Entre une France mondialiste qui s’enrichit sur la misère de peuples dont elle se croit l’ami, et une France enracinée qui subit comme tous les autres pauvres de la terre, la férule de cette bourgeoisie à bonne conscience. Avec ses médias, sa finance, sa richesse, son côté rassurant car représentatif de l’élite, il faudrait un miracle pour que le peuple des oubliés prenne le pouvoir. Cependant il n’est pas de mon propos d’analyser ces questions sur ce blog. Je laisse à d’autres le soin de le faire. D’ailleurs, ce fond idéologique laisse plutôt une impression de cohérence, même si beaucoup d’électeurs en sentent l’amertume. Aujourd’hui, je veux plutôt m’intéresser aux personnes qui incarnent ces idéaux et montrer comment, plus que dans le fond idéologique, notre système est corrompu parce qu’il s’est choisi des personnes qui miment sa corruption.

Car loin de représenter un changement, Emmanuel Macron et Marine Le Pen sont les deux faces d’une même pièce décadente qui pense devoir en passer par une féminisation complète de la société pour s’en sortir. Les institutions masculines ne sont plus légitimes. Les femmes seraient la solution. Rien de neuf sous notre soleil civilisationnel déclinant. La droite fait appel à l’image de Jeanne d’Arc. La gauche élit la caricature du chéri de ces dames. Entre une femme et le candidat des femmes, au contraire du choix idéologique entre libéral-libertaire et souverainiste-socialiste, l’option personnelle sera univoque. Les hommes seront absents de ce second tour de l’élection présidentielle.

Du général de Gaulle à François Hollande, la descente aura été vertigineuse en ce sens. Le général de Gaulle n’ignorait pas le pouvoir des femmes, mais il avait su le contenir jusqu’en mai 1968. Il était encore l’exemple vrai du chef de famille responsable, avec ses défauts et ses qualités, rappelé « >

Lire la suite

50 Commentaires

  1. Ping de gastirad39:

    Léonidas votre analyse de cette présidentielle est parfaite.

    « Les hommes seront absents de ce second tour de l’élection présidentielle. »

    Les votants, diabolisés par 40 ans de campagnes de haines féministes, privés de toute autorité dans la femmille moderne et par une justice sexiste, ne représentent qu’une minorité politique face aux 54% de votantes.

    S’ils sont absent de cette présidentielle, c‘est que de mesurettes politiques en lois féministes, cela fait 40 ans qu’on les pousse hors du champ social.

    Au point où nous en sommes, ils feraient mieux de refuser de voter : les mots démocratie, justice ne signifient plus rien pour eux.

    Cependant, je reste convaincu que cette élection est cruciale pour tous et TOUTES.

    Whirlpool voilà la clé de l’énigme.

    Car le féminisme n’est que le sous-produit de la mondialisation- délocalisation. C’est la mondialisation qui a fait perdre pied aux hommes-producteurs en les poussant au chômage de masse. C’est elle qui a renforcé le commerce et la finance métiers préférés des femmes.

    L’autre sous-produit, c’est ce que Chirac appelait « le traitement social du chômage ». Celui-ci nous a conduit au « créditisme », c’est-à-dire à l’expansion monstrueuse et sans fin de la « Dette ».

    Comprenons. La mondialisation signifie 2 évolutions différentes et complémentaires qui nous mènent à la ruine.

    1)      1) Délocaliser les productions vers les pays à « bas coûts » de main d’œuvre (un salaire français peut payer 40 chinois)

    2)      2) Importer ces produits vers les pays à « haut niveau de vie »

    Pour ceux qui initient cela, le profit est maximum. (incidemment la pollution aussi)

    Pour ceux qui  le subissent, c’est le chômage de masse. Hors, le « traitement social du chômage » repose sur nos impôts, puis sur la « Dette ». Ainsi les profits des mondialistes restent maximum.

    Le candidat Macron considère que le mondialisme est « une chance pour la France ». De plus il est féministe et dirigé par une femme. (comme le candidat Hollande en son temps). S’il est élu, les choses continueront comme par le passé.

    La candidate Le Pen est souverainiste et hors système. Il est peu probable que ses solutions soient valables économiquement. Si elle est élue, ce sera l’Aventure.

    Je dirai comme Mélenchon, chacun est libre de son choix.

     

    A moins que le Peuple ne décide de ne plus faire confiance à personne et de rendre la France ingouvernable… jusqu’à ce qu’une réelle démocratie soit instaurée.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Si ce n’est que la démocratie est peut-être le problème pour nous. La démocratie ne se conçoit que pour un peuple d’hommes valeureux. Pour nous, la démocratie est une occasion de chute, et il nous faudra soit devenir un peuple valeureux, soit nous choisir un substitut paternel républicain et/ou tyrannique éclairé, pour faire selon nos moyens.

      Vous faites encore des séparations entre féminisation et avidité des élites. C’est un même processus ontologique. Il n’y a pas de différence, aucune, entre un pays qui ouvre les cuisse et une femme qui gouverne.

      • Ping de gastirad39:

        Léonidas: »Vous faites encore des séparations entre féminisation et avidité des élites. »

        Pour moi, l’avidité des élites ne dépend du sexe qui gouverne. Il y eut par le passé, de mauvais rois et d’excellentes reines, et vice versa. Tout dépend de leur structure morale, de leurs conseillers, de leur façon d’interpréter l’évangile et le Bien Commun.

        Par contre je crois que les choix politiques ont des répercussions économiques.  Ce n’est pas un hasard si le mondialisme est lié à la création de millions d’emplois féminins  et à la perte de millions d’emplois masculins, au moment où apparaît le féminisme. Il est tout aussi évident que les bénéfices gigantesques de la mondialisation ont donné à une minuscule fraction de la population les moyens « d’acheter » des Politiques de façon à leurrer les populations.

        Enfin, si nous vivions réellement  en démocratie, c’est à dire si le peuple choisissait  ses dirigeants en toute liberté, au lieu d’être la proie de manoeuvres politico-financières, tout cela (mondialisation+ féminisme + Dette) n’aurait pu exister.

        Et cela ne dépend pas uniquement de la valeur morale du Peuple et de ses dirigeants, mais aussi de la mise en place d’institutions vraiment démocratiques, qui pourraient s’inspirer de celles de Solon à Athènes il y a plus de 2000 ans.

        • Ping de Léonidas Durandal:

          La démocratie, c’est le pouvoir des femmes, et c’est exactement ce que nous vivons aujourd’hui. Quant aux exemples de reines bonnes gouvernantes, elles se comptent sur le doigt d’une seule main. Proudhon que je lis en ce moment dis que toutes ces femmes ont eu un homme pour les guider, et que sinon, elles ont été des gouvernantes catastrophiques. Il n’y a pas de hasard à cela, mais plutôt une longue continuité.
          Il n’y a pas le féminisme et le système d’un côté, c’est qu’il ne peut y avoir de système sans féminisme et vice versa. Il y a une cohérence entre le point de vue personnel et général, sinon le système qui n’aurait pas la caution de la base, s’effondrerait. C’est d’ailleurs un peu ce qui arrive en ce moment. Nous obtenons ce que les femmes désiraient : la richesse et la sécurité. Les hommes ont travaillé pour cela, critiquant leurs propres aspirations guerrières et fuyant une religion qui se féminisait. Cela ne nous a pas rendus heureux pour autant.

          • Ping de gastirad39:

            Léonidas:

            Le sous titre de votre blog est :  « Hommes et femmes sont complémentaires » J’adhère totalement à cette idée.

            Par contre quand vous dites :  « La démocratie, c’est le pouvoir des femmes », j’avoue ne pas comprendre. Si vous parlez de notre fausse démocratie actuelle oui.

            Mais il s’agit d’un système politique où le Peuple élit des « représentants » qui ne représentent qu’un pouvoir occulte, dont le seul but est l’enrichissement d’une caste, contre les intérêts fondamentaux de ce peuple, même au prix de l’anéantissement de ce Peuple.

            La mécanique de la délocalisation-mondialisation nous mène à la ruine économique et les Etats féministes connaissent tous une démographie suicidaire.

             

            A mon sens, une autre démocratie est possible et absolument nécessaire.  

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Alors elle ne s’appellera plus démocratie. Les femmes sont incapables de gouverner, elles ne comprennent rien à la politique et elles détestent cela. C’est un poids mort majoritaire dans nos sociétés que l’on peut facilement influencer à coup de campagnes émotionnelles sur la moralité personnelle d’untel ou d’untel. Depuis que la situation se complique, j’entends de plus en plus de femmes refuser d’aller votre par peur de faire une bêtise. Beaucoup ont conscience que ces problèmes les dépassent et qu’elles risquent de faire effondrer le système de par leur participation, un système qui paradoxalement leur est entièrement dévoué. Discutez avec de femmes de politique, vous verrez leur niveau de conscience et leurs réflexions sur le sujet. Pourquoi d’ailleurs à votre avis, les idées sont totalement absente du débat depuis des années, et que les médias ne se concentrent que sur la posture de tel ou de tel candidat. Le débat, l’engagement, l’affrontement, les femmes détestent cela, raison pour laquelle en partie, elles ont voté majoritairement pour E Macron. Ce dernier est d’accord avec tout et tout le monde, et elles veulent croire qu’un tel monde des bisounours est possible (comme dans la famille où elles veulent préserver la pax familia). Comme en Italie avec M Renzi, je pense qu’elles vont vite déchanter. A force de repousser le conflit, il grossit.

  2. Ping de Cyrus:

    Bonjour à tous,

    J’espère que vous allez bien. Si je comprend bien votre désarroi collectif, en fait, votre candidat idéal, c’est lui (nous pourrions le surnommer « Le Grand Caché » de cette élection) : 

    Je crois que vous adorerez ces idées politiques.

    Et une conférence sur le catholicisme social (surtout à l’attention de M. Durandal, mais tous les autres sont cordialement invités à la regarder  :

    https://www.youtube.com/watch?v=3VfTxNs5WdE (période des questions et des réponses)

    Que pensez-vous de cela ? Mme Manuela ? Mme Sonya ? M. Kasimar ?

    Et, bien sûr, M. Durandal ?

    Cordialement,

    Cyrus

     

  3. Ping de Cyrus:

    Bonjour à tous,

    J’espère que vous n’êtes pas trop amoché par ces résultats catastrophiques. Depuis le Québec, je suis avec vous de tout coeur et  partage votre peine. J’ai mal à mon être parce que j’ai mal à ma France. J’aurais voulu M. Asselineau en tête pour le second tour, mais il n’a pas pu faire plus que 0,9 %. Le résultat m’a choqué. Qu’il est faible !

    Si M. Asselineau était devenu Président de la République, ce qu’il est destiné à être à mon humble avis, j’aurais bien vu Jean-Pierre Chevènement revenir au Gouvernement, mais cette fois, pour le diriger en tant que Premier Ministre (compte tenu de son expérience, de ses contacts, de son patriotisme et de sa droiture morale et de sa rigueur intellectuelle). J’aurais bien vu Nicolas Dupont-Aignan à la Présidence de l’Assemblée nationale. M. Jean Lassalle, Ministre de l’Agriculture et de l’Aménagement du Territoire. M. Jacques Cheminade au Développement économique et à l’Initiative Stratégique. Mme Natacha Polony ou M. Jean-Paul Brighelli ou M. Marc Le Bris ou Mme Farida Belghoul au Ministère de l’Instruction Publique (ex-Éducation Nationale). M. Éric Naulleau ou M. Jean-Marc Fumaroli ou M. Philippe de Villiers au Ministère de la Culture et M. Alain Escada (Civitas) au Ministère de la Famille et de l’Enfance (moyennant l’obtention de la nationalité et de la citoyenneté française). Pourquoi pas d’ailleurs le Général Didier Tauzin au Ministère de la Défense et M. Philippe Ploncard d’Assac au Ministère de l’Intérieur (lutte contre la Franc-Maçonnerie, les réseaux terroristes islamistes, les réseaux sionistes, les réseaux homosexuels, les réseaux féministes, les réseaux néo-conservateurs, les réseaux européistes et otaniens, etc.).

    M. Durandal, dans une telle configuration gouvernementale (incomplète, j’en conviens), vous auriez pu être directeur de cabinet d’un Ministre, Président d’une commission parlementaire de l’Assemblée nationale (à la condition d’être élu député au préalable) ou même conseiller du Président de la République ou conseiller du Premier Ministre.

    Malheureusement, comme vous l’avez très bien souligné, nous avons raté le coche en 2017, mais malheureusement comme nous l’avions fait déjà depuis l’élection présidentielle de 1974. Bref, ne pas élire les bonnes personnes pour gouverner est une habitude politique bien ancrée dans les moeurs politiques françaises.

    En tout les cas, les cinq prochaines années promettent d’être infernales.

    Quoiqu’il arrive, que Dieu vous garde et vous bénisse et j’espère que votre blogue ne sera pas fermé.

    Avec tout mon amour pour la France,

    Cyrus

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Rassurez-vous, s’il est dans les habitudes de M Macron d’écraser l’opposition en bon libéral qu’il est, mon blog est trop petit pour changer le monde politique, et ces gens le savent. Je crois que pour l’instant, ils feraient plus de bruit à me censurer qu’à me laisser dans les tréfonds du web.
      Regardez ce qui est arrivé à M Asselineau. Quoique je ne partage pas son évanescence en matière sociétale, il était plutôt cohérent, entouré de militants motivés et actifs. Mais le système électif l’a broyé, comme il en broiera bien d’autres.
      Dans des périodes saines, ce sont effectivement des personnes comme moi qui gouvernent. Mais dans des périodes comme la nôtre, nous sommes reclus à travailler l’opinion publique, avec des résultats plus ou moins aléatoires. Mais ne soyez pas trop déçu. Les défaites sont une invitation à travailler notre espérance et à nous en remettre à Dieu, au Christ et au Saint Esprit. Rien ne remplacera jamais la religion catholique, et même islamique, surtout pas un système politique de corrompus.

    • Ping de kasimar:

      Beaucoup trop amoché en ce qui me concerne, en revanche les élections ont probablement été truqués et si vous analysez bien la situation politique, tout a été mis en place par la caste financière pour faire élire leur favori. J’aimerais voir leur tronche si Marine Le Pen est élue 😉

  4. Ping de Lolo:

    Léonidas, qui avez-vous voté? Lequel de ces candidats  a trouvé grâce à vos yeux sensibles et larmoyants? Qui donc allez-vous voter?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Vous n’avez donc encore rien compris. Mon but principal est de faire réfléchir les gens, pas de leur donner du prêt à penser sous forme de slogans publicitaires. Et si je m’emploie parfois à des raccourcis, il y a un fond derrière. Vous êtes dans votre délire de complot complotiste, parce que vous n’arrivez pas à envisager la complexité du monde et de beaucoup d’êtres humains autres que vous. La pensée vraie, est faites de millions de nuances. Vous avez les réflexions d’une brute. Et comme toutes les brutes, vous êtes manipulable à souhait. Comme tous les jeunes en fait. On vous a dit, il y a les complotistes et les gens bien. Vous allez déchanter, car même parmi les complotistes, il y a des gens qui ont de belles qualités humaines.
      Misérable incroyant, si je vous demandais de voter à ce jour, ce serait pour le Christ qui rend libre et qui me permet de pondre des articles comme celui-là, qu’à l’évidence, vous n’êtes pas en mesure de comprendre.

    • Ping de kasimar:

      Et vous laissez moi deviner, vous avez voté pour Macron ?

  5. Ping de sonya:

    moi perso j’ai déchiré ma carte à l’annonce des résultats .je ne souhaite plus participé à ce jeu de dupe que ce sont les élections

     

  6. Ping de Manuela:

    Merci, pour cet article qui me donne envie de prendre des sédatifs.

    Voilà Emmanuel Christian Grey est élu.

    Pourquoi vous n’êtes pas devenu psy?

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Parce que je ne suis pas assez humble.

      • Ping de Manuela:

        Monsieur Léonidas « l’orgueil chez un esprit supérieur, se tiendra toujours dans de justes limites. » c’est de Jane Austen.

        « Humilité apparente, et dont il ne faut pas être dupe. Ce n’est souvent que dédain de l’opinion et parfois même prétention dissimulée. »

         

        • Ping de Léonidas Durandal:

          Ne vous inquiétez pas, j’ai téléchargé un de ses livres, et je vais finir par le lire !

          • Ping de Manuela:

            Ah, c’est très bien.

          • Ping de Lou:

            Par pure curiosité lequel avez-vous choisi ? Je pense qu’Emma vous intéressera dans un point de vue antiféministe. Au début du roman, elle ne souhaite pas se marier parce qu’elle se juge trop riche et trop intelligente pour les hommes de son entourage (je caricature mais vous voyez l’idée).L’évolution de son personnage est ntéressante.

          • Ping de Léonidas Durandal:

            Bon, j’ai choisi le plus célèbre « Orgueil et préjugé », mais si vous pensez qu’il y en a un de plus intéressant, dîtes le moi tout de suite, car en général, je ne lis pas deux livres du même auteur.
            Ah oui, vous voulez dire que Emma n’est pas le nom d’un personnage récurrent de ses romans mais le titre d’un de ses livres ?
            Si d’un point de vue antiféministe c’est mieux..

          • Ping de Lou:

            Oui c’est cela « Emma » est le titre du roman et le prénom du personnage principal.C’est son premier roman et bien qu’il ne soit pas mal, « Orgueil et préjugés » est bien mieux écrit. Et maintenant que j’y pense, d’un point de vue antiféministe, il est intéressant aussi. Les deux plus jeunes sont trop proches de leur mère vulgaire et qui dit un peu trop ouvertement vouloir les marier à un homme riche. Elles deviennent coquettes et cruches.Celle du milieu est « savante » mais sotte, elle répète des lieux communs et se prend trop au sérieux. Leur père tout en désapprouvant leur conduite, laisse faire et ne s’oppose pas assez à sa femme. Les deux aînées sont plus sérieuses, plus pieuses, plus polies et même si ce n’est pas explicitement dit dans le livre, on peut laisser penser que leur père, plus énergique à l’époque a dû plus intervenir dans leur éducation. Les deux livres sont pas mal en fait et chacun montrent l’importance des deux parents dans l’éducation (la mère d’Emma est décédée, si la jeune fille ne veut pas se marier c’est aussi parce qu’elle ne veut pas laisser son père « sans femme »).

          • Ping de Manuela:

            Ce qui est intéressant dans le roman EMMA c’est l’évolution de l’héroine grâce aux remontrances de M. Knightley.

            Orgueil & Préjugés illustre à merveille le côté calculateur de certaines femmes,  le roman est avant tout romantique même si il aborde certain sujet intéressant comme la frivolité, l’ennui dans le mariage, le véritable amour…etc

            Et surtout la déclaration d’amour de Darcy…;)

             

             

             

          • Ping de Léonidas Durandal:

            J’ai lu la première phrase, qui me plaît. Ce sera donc Emma.
            Dites-moi, selon votre description, Jane, ça a l’air d’être la crème du Harlequin !

          • Ping de Manuela:

            Oh Jane Austen est bien au-dessus des Harlequin.

            Sinon pour ORGUEIL & PREJUGES vous pouvez toujours voir le feuilleton en 6 épisodes, avec le couple charmant Jennifer Ehle et Colin Firth si cela peut vous évitez de les lire