Accueil » Enfance détruite » Profils de tueurs en série : de la décomposition familiale au terrorisme
Antiféminisme Aimeles

Profils de tueurs en série : de la décomposition familiale au terrorisme

Publié le 29 avril 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

réglé le conflit qui l’opposait à sa société d’accueil, à sa famille, à son environnement de banlieusards qui la méprisait. Aujourd’hui, à n’en pas douter, elle est devenue une héroïne pour toute une génération de pratiquantes et ne manquera pas de faire des émules auprès de jeunes femmes victimes du discours féministe de notre société.

 

Chris Harper-Mercer, le tueur de l’Oregon.

10.01.15-chris-harper-mercer

Le 1er octobre 2015, Chris Harper-Mercer âgé de 26 ans, entre dans un campus de l’Oregon, demande à une classe d’étudiants ceux qui sont chrétiens et ceux qui ne le sont pas. Il loge alors une balle dans la tête des premiers et tire dans les jambes des seconds. Il abat 9 personnes, il en blesse 9 autres avant de mourir dans des circonstances à préciser, certainement en se suicidant.

Familialement : issu d’une famille décomposée, ses parents ont divorcé et il avait également une demi-soeur. Il n’avait plus de contacts avec son père et entretenait une relation trouble avec sa mère, celle-ci l’appelant par exemple « Mon bébé » à l’âge de 26 ans.

 

Socialement : distant, inamical, gêné, il vivait sur internet. Il suivait sa mère lors de ses déménagements. Il a fréquenté un lycée pour adolescents émotionnellement fragiles, établissement composé principalement d’enfants vivant avec un seul de leurs parents.

 

Psychologiquement : enfermé dans une relation incestueuse avec sa mère. Il voulait investir le monde « pour rendre les gens heureux », mais n’en avait pas les moyens. « L’extérieur » le heurtait. Dans ses profils sur internet, il mettait en avant sa spiritualité, mais une spiritualité opposée au Christianisme. Il est à penser que cette religion ait représenté pour lui une sorte de « point d’ancrage » fort contre lequel s’affronter pour grandir.  Son père était absent, il a mis à l’épreuve Dieu. A rapprocher de Brice Bernard en France qui lui, plus proche d’une guérison, avait demandé l’intercession du Christ pour se sortir de l’inceste.

Autre particularité, sa relation amicale avec sa soeur. Ils ont vécu les mêmes épreuves dans la même famille, ou presque, et cela les a rapprochés. Ce soutien n’aura pas suffis à lui faire voir plus clair dans sa vie.

 

Explication : Chris Harper-Mercer a voulu devenir connu à défaut d’avoir été reconnu. Il a voulu affirmer qu’il était vivant en éliminant des innocents. Enfermé dans sa relation avec sa mère, immature, les notions de bien et de mal n’existaient pas pour lui. Ne comprenant pas que le monde ne l’aime pas comme sa mère, ne pouvant lui-même enfanter pour donner son trop plein d’amour (pervers), ne sachant construire autrement, il a décidé de détruire, de haïr. Il est à penser que chez lui, ces deux notions de haine et d’amour se confondaient également comme celle de bien et de mal.

Ironie de l’histoire, l’Etat de l’Oregon dans lequel Chris Harper-Mercer a commis son forfait a légalisé le jour même l’usage récréatif de marijuana. Les journalistes n’ont pas fait le rapprochement. Encore une fois, ils ne se sont posés la question que de la libre circulation des armes aux USA. Evidemment pour eux, la drogue est préférable aux armes puisqu’elle permet de se détruire individuellement sans faire trop de vagues dans le reste de la société.

 

 

Frères Kouachi :

kouachis

 

Le 7 janvier 2015, à 34 et 36 ans au moment des faits, ils entrent dans les locaux de Charlie Hebdo et déciment l’équipe de rédaction. 12 personnes sont assassinées en tout, journalistes, policiers, personnel compris. Ils sont rattrapés au bout de 3 jours et meurent les armes à la main.

 

Familialement : fratrie de 4 individus, leur père décède tôt. Leur mère meurt un peu plus tard en 1995 alors que les deux frères Kouachi sont déjà placés à l’assistance publique.

 

 Socialement : malgré des talents certains, aucun des deux frères n’est capable psychologiquement de suivre jusqu’au bout un parcours scolaire exigent. Le plus gros diplôme que l’un d’entre eux décrochera, sera un BEP hôtellerie. Vivant d’ennui et de petits boulots, l’Islam radical devient leur seul point d’ancrage dans la vie.

 

Psychologiquement : en insécurité affective complète dès leur plus tendre enfance (mère défaillante) ayant certainement eu un modèle de père corrompu, la violence et le soutien entre frères, puis entre frères mohamétans devient leur seule logique de vie.

 

Explication : le cocktail explosif occidental par excellence. Haine de l’autochtone, ici le « Gaulois », famille traditionnelle incapable de survivre dans la modernité individualiste, ascendants dévalorisés, vécu incohérent, misérable, haineux, violent, et l’Islam pour toute forme d’explication rationnelle à des pulsions déviantes. Les choix des gouvernements français aussi bien en termes de politique extérieure (déstabilisation du « >

Lire la suite

47 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "La dérive de Sara et Thomas qui rêvaient de faire sauter la tour Eiffel (les noms ont possiblement été changés par l'Obs)" L'Obs du 15/11/2019.

    Ils ont interpellé la jeune fille le 10 février 2017, menottée au pied de son lit, chez sa mère assistante maternelle dans la région de Montpellier. Sara venait d’avoir 16 ans. 

    Et ça doit pas être mieux pour notre Thomas. 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « PMA : les pères sont-ils obsolètes ? », Le Point du 24/12/2018.

    Références sur le manque de père des enfants terroristes.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Quand le FBI dresse le portrait-robot des auteurs de fusillades », Les Echos du 22/06/2018.

    Comme d’habitude, les Américains ne réfléchissent pas aux causes. Ils vont droit au but pour régler le problème dans l’urgence. Du coup, nous n’apprenons pas grand chose. Le type est stressé, en conflit familial ou professionnel, a des problèmes psychologiques et avec l’autorité, la surprise…

    Etude comportementaliste inutile disponible en Anglais ici.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    « David Puaud, chercheur monstre », L’Express du 07/05/2018.

    Pas l’ombre du début d’une explication familiale ? Le problème serait la désindustrialisation et l’alcoolisme ? Ca sent un peu fortement la forfaiture intellectuelle. Parce qu’en matière de désindustrialisation, j’ai connu une telle région, et heureusement que l’immense majorité des gens ne se sont pas transformés en psychopathes tueurs d’autostoppeurs. Ce sont vraiment des explications superficielles.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Fusillade en Floride: Nikolas Cruz, encore un ado solitaire et amateur d’armes », AFP du 15/02/2018.

    Apparemment, les « repères masculins » de l’entourage de sa mère adoptive, n’auront pas suffit à celui-là. L’Express, l’AFP comme les autres journaux ne s’étendent pas sur le sujet. Ils préfèrent que les gens n’aient pas d’armes et crèvent de leurs souffrances, en silence.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Interrogations autour d’un secret d’enfance de Nordahl Lelandais », L’Express du 10/02/2018.

    Papa est absent, le directeur pédophile homosexuel en profite pour lui apprendre l’amour.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « La vérité sur la tuerie de Sutherland Springs » ER du 13/11/2017.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.