Accueil » Paternité » Qui est le père Noël (100% spoiler)
AIMELES Antiféminisme

Qui est le père Noël (100% spoiler)

Publié le 25 décembre 2018 par Léonidas Durandal à 19 h 23 min

voulais être méchant, je rajouterais qu’ils n’ont pas su gagner cette bataille dans leurs propres familles. Ceci expliquant peut-être cela. A nouveau, décapiter le père, était dans la tête de tous les révolutionnaires en mai 1968, et un nouveau monde, toujours plus sanglant, s’imposait malgré eux.

Ainsi le père Noël a gagné au fur et à mesure que la représentation matérielle des pères diminuait, et dans les familles, et dans la société. Aujourd’hui, cet animal social bedonnant et rouge, règne sans partage sur toutes les autres, père laborieux et invisible d’une société de consommation où les enfants ont encore besoin de se distinguer de leur mère. Il apparaît une fois l’an, occupe tout l’espace dans les films, dans les séries, dans les discussions, dans les magasins. Il est le boss de cette entreprise mondialiste qui produit à gogo des objets dont nous n’avons plus rien à faire, même les enfants. Les scénaristes tentent de lui donner une femme, une fille, de leur faire jouer un rôle, mais l’affreux stéréotype sexiste persiste dans son essence comme figure masculine et toute puissante, cependant absent du quotidien des familles. Son alter ego, le père fouettard, qui punissait les enfants en cas de manquement, n’a pas supporté la concurrence. Il a disparu du fait d’une société qui a renoncé à sanctionner les enfants tant elle jouit de sa richesse sans avoir besoin de faire d’efforts.

L’unique figure positive et rassurante d’un patron d’industrie miséricordieux est marquée au fer rouge dans l’imaginaire des enfants, et l’ineffable sanction de l’enfant indiscipliné, sera son absence, le rien, le vide. Mais quel enfant est aujourd’hui puni en étant privé de cadeau ? Si les services sociaux l’apprenaient, il est certain que la famille qui appliquerait de tels principes éducatifs, subiraient une enquête, voire seraient privés de ses enfants. En vérité, la punition disparaît avec le père, au fur et à mesure que le non sens progresse.

Le petit garçon est appelé à s’identifier à ce père Noël pour devenir adulte, et donc produire de la richesse pour des filles-mères sans se poser de questions quant à la justice et l’humanité d’un tel sacrifice. Le mythe lui suggère qu’il n’aura de place dans la société qu’en dégageant pour les uns et pour les autres, comme son faux père l’a fait pour lui quand il était petit, des revenus.

Le père Noël, loin d’être une image patriarcale complexe, en est donc sa réduction à un seul de ses aspects, la production, image que les mères se gardent bien de détruire, et que même les féministes n’écornent que très indirectement, toutes sentant incidemment qu’elles en ont besoin.

Car entre une mauvaise image de père et pas de père du tout, le calcul est très simple. L’absence, l’indifférence est bien pire que l’exemple perverti. Chacun cherche à se rapprocher du sens de l’existence, pour ne pas s’enferrer dans la dépression. S’éloigner du Père, c’est s’approcher du suicide. Quand il y a absence, celle-ci est comblée par le désir pervers de l’enfant et de l’adulte en forme de pédékirastie. Pédékirastie soit à travers le lesbianisme et la recherche d’une image maternelle avec qui l’inceste pourrait être consommé. Ou pédékirastie à travers l’abus sexuel d’un homme sur un enfant, et surtout un jeune adolescent, à un âge où la pulsion sexuelle revient dans l’existence de l’individu puissance 10.

L’image fantasmatique de père, et celle du père Noël en particulier, cherche donc à écarter l’enfant du pire, en lui incrustant dans la tête une représentation « positive » de père, pour qu’il contribue à l’entretien des femmes plus tard. C’est le minimum syndical dans une société de consommation a-patride dont l’envers est de mettre en oeuvre une production rentable.

(ne lisez pas la suite si vous croyez encore au père Noël)

Pourquoi t’as tué le père Noël ?

Cependant, la vie du père Noël ne s’arrête pas là. A partir de 5 ans, l’enfant sort des limbes de la magie, et il va fatalement apprendre l’horrible vérité : le père Noël n’existe pas. Pourquoi construire une telle image pour la détruire ensuite ?

Eh bien, il faut que l’enfant apprenne à sortir de sa crédulité pour grandir. S’il continue à faire confiance aveuglément aux adultes, les plus méchants de la société le pervertiront. Il faut qu’il apprenne à « >

Lire la suite

10 Commentaires

  1. Ping de Cyrus de sexe male:

    Madame Manuela,

    Joyeux Noel et bonne année 2021 à vous et à votre famille. Santé, joie, prospérité et succès.

    Meilleurs voeux, 

    Cyrus

  2. Ping de Cyrus de sexe male:

    M. Durandal,

    Joyeux Noel et bonne année 2021, avec beaucoup de santé, de joie, de prospérité et de succès dans vos projets.

    Que Dieu vous couvre de ses bénédictions.

    Cordialement,

    Cyrus

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Blois : insulté et menacé, le Père Noël donne sa démission" Figaro du 17/12/2020.

    C'est vrai qu'un père Noël qui ne peut pas tout, ça frôle l'arnaque. 

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "C'est le pére Noël qui l'a dit …."  Juste papa du 01/12/2019.

    Et moi, je veux que les hommes dirigent leur famille, bien.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « La fillette qui a parlé à Donald Trump croit toujours au père Noël », L’Obs du 26/12/2018.

    Quand j’écrivais que priver un enfant de cadeaux pour Noël pour mauvais comportement, pourrait vous amener à perdre la garde de vos enfants. Ici, la simple surprise de Donald Trump face à l’immaturité de la gamine provoque une sorte de scandale jusqu’en France. 

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.