Accueil » Hommes et femmes alliés » Qui est responsable du marasme social ? Hommes ou femmes ?
AIMELES Antiféminisme

Qui est responsable du marasme social ? Hommes ou femmes ?

Publié le 23 septembre 2021 par Léonidas Durandal à 9 h 32 min

ses responsabilités. L’époux n’a plus aucune prévalence dans son foyer. Il n’est plus qu’un demi-père, un demi-mari, et en somme un demi-homme.

Dans le même instant, je ne vois pas que la femme ait été privée de son statut de mère ou que celui-ci ait été remis en question. Au contraire, au fur et à mesure des évolutions sociétales, cette mère s’est retrouvée omnipotente. L’épouse a pu divorcer comme elle l’entendait, et elle a même gagné la possibilité de tuer ses enfants et de priver son mari des fruits de leur union.

Sous couvert de contestation, le discours de Joseph Ratzinger ressemble donc étrangement à celui du reste de la société qui a déresponsabilisé les femmes (tout en disant vouloir les libérer) pour tenter de s’arroger un pouvoir sur elles en gagnant leur assentiment. Car dans sa manière de penser, les femmes devraient se donner au plus offrant, en l’occurrence ici l’Eglise. Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Triste méconnaissance des femmes qui recherchent la force chez les hommes et non d’énièmes carpettes qui en sont encore à se poser la question de savoir si les dites femmes sont responsables de leurs actes/âme, ou pas, et en l’occurrence qui répondent ici par le négatif envers et contre toute l’histoire de l’Eglise. 

Et pourtant oui, comme le suggère Joseph Ratzinger, elles ne semblent pas s’être épanouies dans cette nouvelle société si à même de les « libérer ».

 

La responsabilité des hommes dans ce mouvement

Pas mal d’hommes ont souscrit au mouvement de « libération » de la femme, et l’ont même encouragé. J’ai déjà noté combien les puissants avaient été intéressés à soutenir le féminisme. Ou comment le féminisme pouvait se transmettre de père à fille. Est-ce à dire que les hommes ont été les initiateurs de ce mouvement, qu’ils en sont responsables et que de nos jours, nous constatons une masculinisation de la société ?

Initiateurs, quelques uns l’ont été. Il n’y a qu’à songer à certains révolutionnaires français avides d’égalité entre l’homme et la femme, ou bien à la loi Naquet de 1870 sur le divorce en France. Pourtant ceux-là ne peuvent masquer l’immense engagement féminin en faveur de leur « libération ». Les avorteuses ont agi entre elles, depuis toujours. Elles se sont toujours soutenues entre sœurs dans leurs crimes. Crimes qui ont été protégés par le silence des unes et des autres. Les planning familiaux sont remplis de femmes. Margaret Sanger crée le premier de ceux-là aux USA en 1916 à une époque soit-disant d’oppression de la femme. Idem pour les suffragettes. De nos jours, le nombre de féministes hommes est anecdotique en comparaison de l’engagement féminin pour soutenir cette idéologie.

Mais penchons-nous un peu sur ces hommes féministes. Selon Joseph Ratzinger, les femmes auraient été influencées par la société masculine. Mais les hommes eux, n’auraient-ils pas été influencés par quelque personne de plus d’importance en lieu et place de leur mère ? Voilà l’angle mort de tous les chevaliers maman : leur propre mère. Leur sainte mère, à laquelle ils identifient toutes les femmes et qui leur ferait faire n’importe quoi. Pourtant lorsqu’il s’agit de penser leurs actions et celles d’autres hommes, ne leur vient-il pas à l’esprit que cette femme si importante ait pu orienter leurs pensées. Non…

 

La masculinisation de la société : un faux semblant

Revenons donc sur le constat de la masculinisation évidente de la société. Car oui, comme le décrit Joseph Ratzinger, la culture technique et de l’efficacité semblent s’être imposées partout, culture masculine s’il en est, et qu’il aurait tort de vouloir mépriser. L’humanité lui doit ses progrès et sa survie. Or, à y regarder de plus près, un mouvement bien différent semble se dessiner. L’accroissement du poids de l’état a permis aux femmes de devenir fonctionnaires et de faire perdurer leurs valeurs dans le travail salarié. Avec le résultat qui nous est désormais connu : la tyrannie et l’inefficacité. Et tout cela sur le dos des hommes vrais créateurs de richesses, grâce à l’impôt. J’entends que des femmes sont efficaces, créent leur propre structure et réussissent dans la vie, si tant est qu’elles ne réussiront jamais tant qu’en devenant maman. Pourtant la très grande majorité des réussites professionnelles sont encore masculines dans un monde où les femmes ont pourtant été favorisées.

Et puis, dès que des femmes investissent un secteur en masse, celui-ci s’effondre. Chez nous, l’hôpital, la « >

Lire la suite

4 Commentaires

  1. Ping de Guy Bernard de sexe male:

    Bonjour Monsieur Durandal

    Je suis heureux de retrouver la possibilité d'émettre des commentaires concernant votre combat contre le féminisme. Je vous propose une suggestion d'article ou bien d'ouvrir un débat sur une réflexion concernant la misère sexuelle qui sévit de plus en plus concernant au moins 50 % de la population masculine en particulier en France . Sachant que la prostitution en France est devenue prohibée et lorsqu'elle existe ,est organisée d'une manière totalement indigne à la condition humaine.

     

    Merci pour votre travail

     

    Guy Bernard

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour M Bernard et heureux de vous retrouver.

      Je dois vous avouer que je vis en ermite, et que je commence à avancer en âge, et donc d’autant plus coupé de mes congénères. Heureusement, Emmanuel Macron nous a privé de toutes nos libertés publiques et je renoue avec la civilisation en manifestant. Je rencontre de nombreux jeunes hommes qui m’ont l’air tout aussi perdus que moi à leur âge mais beaucoup plus conscients de leur situation. Alors qui sait, ça débouchera peut-être sur un article. Je tiens toutefois à vous rappeler qu’en tant que catholique, je suis un chemin de chasteté. Ou plutôt j’essaie de le suivre. Et j’aimerais bien qu’il aboutisse et faire effectivement un article dessus. Sur un sujet annexe, vous me lirez plutôt d’ici peu, sur les étapes d’arrêt de la masturbation, et le bonheur que cela apporte.

      Pour rejoindre une peu vos préoccupations, je vois autour de moi un nombre incroyable de petits blancs célibataires et qui n’auront jamais d’enfants. Au delà de la misère sexuelle, la misère affective me préoccupe beaucoup beaucoup plus. L’une découlant de l’autre. La misère sexuelle de notre société, c’est surtout la misère d’une société qui a misé sur la sexualité en la coupant des relations affectives, et reproductives, et qui en paye le prix par plus de solitude.

      M.D

  2. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Nous offrirez-vous bientôt une méditation métaphysique de haut vol sur la victoire des Taliban en Afghanistan et les perspectives que cela ouvre, s'il y en a, pour les religieux occidentaux ?

    Cordialement,

    Cyrus

    P.S. Je note qu'aucun des anciens commentateurs, à part moi, n'a encore commenté vos articles.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonsoir M Cyrus,

      S’il y a bien un endroit au monde où rien ne change, c’est bien en Afghanistan. Ce pays répète inlassablement son histoire depuis au moins les invasions mohamétanes. Si l’on y songe, c’est assez dingue. A tel point que je me demande même si c’est réellement une histoire religieuse. Certains commentateurs imaginent que le monde change très vite. A vrai dire, sur le temps long qui m’intéresse, c’est rarement le cas. Regardez en Europe. Nous rejouons l’arrivée de Cromagnon en nous croyant novateurs.

      M.D

      PS : pour nos anciens commentateurs : ils se sont peut-être perdus ? 🙂

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.