Accueil » Hommes et femmes alliés » Qui est responsable du marasme social ? Hommes ou femmes ?
AIMELES Antiféminisme

Qui est responsable du marasme social ? Hommes ou femmes ?

Publié le 23 septembre 2021 par Léonidas Durandal à 9 h 32 min

noreferrer »>il n’y a qu’à voir les délires féministes concernant le clitoris et sa longueur), elles restent des femmes incomplètes. Or supérieures aux hommes par bien des aspects humains, privilégiées par nombre de chevaliers maman, elles imposeront dans leur milieu professionnel, leurs manières de voir. Voilà pourquoi les valeurs féminine prennent toute la place dans une situation de mixité.

A son époque, Joseph Ratzinger ne pouvait connaître le résultat d’un tel mouvement. Or loin de se masculiniser, la société s’est féminisée, tout en devenant stérile, car les femmes sont devenues, j’insiste, incomplètes à force d’avoir voulu être omnipotentes. Et les hommes ont été privés d’espace dans leur métier.

 

La poule et l’oeuf

Les hommes qui ont voulu la promiscuité avec les femmes, ou l’égalité si vous voulez, animés d’utopies louables, ont contribué à l’effondrement, tout comme les femmes jalouses des hommes. Ici comme ailleurs, le manque de vraie religion a provoqué un mimétisme destructeur. Le mécanisme de ruche a permis aux femmes d’imposer leurs vues grâce à une solidarité de circonstance et une force morale supérieure, face à des hommes pourtant plus efficaces.

En un sens hommes et femmes ne sont pas spécialement coupables de la débâcle. Nous sommes et nous serons toujours solidaires dans la chute (et dans la réussite). Par contre, ce mouvement de dégénérescence est bien un mouvement de féminisation totalitaire, et celui-là a été enclenché par des hommes trop perméables aux femmes, en compagnie de femmes jalouses des hommes. Voilà les deux catégories sexuées qu’il nous faut combattre, et non un sexe particulier (si ce n’est les combattre en nous). 

Sur ce chemin de lutte, nous trouverons peu de femmes pour nous accompagner, tant il est paradoxal pour l’une de celles-là de s’opposer à une sœur. Je l’ai constaté et je le constate encore régulièrement autour de moi. Si j’émets une critique trop prononcée des femmes en compagnie d’une femme, même d’accord avec moi, celle-là s’arrêtera en chemin par peur d’encourager une colère bien masculine et qui la desservirait, le pense-t-elle au plus profond de ses gènes. Ainsi, les hommes sont effectivement responsables en premier lieu de cette féminisation totalitaire, non pas parce qu’ils auraient perverti les femmes, mais parce qu’ils en ont été les victimes dociles, et qu’ils ne peuvent attendre d’une femme d’endosser leurs responsabilités d’homme. En somme, les hommes ne devraient pas attendre des femmes qu’elles se comportent comme leur mère. C’est immature et ridicule au possible. Et puis pourquoi une femme qui par essence a du mal avec les limites, s’en donnerait sans qu’un homme ne les lui impose ? 

Joseph Ratzinger conclut son chapitre sur les femmes sur le nécessaire retour du culte marial. Sur ce point, il a raison et il a tort en même temps. Tout d’abord, n’aurait-il pas dû s’interroger sur le retour de ce culte marial juste avant l’effondrement (fin 19ème ou durant Vatican 2). Il y a bien un culte marial malsain et déconnecté de Jésus, qui porte tort à la vraie foi. Un culte marial diabolique vécu comme celui d’une déesse mère et qui aveugle ses pratiquants. Mais il a raison en ce que le vrai culte marial porte en lui une image féconde de femme, source d’inspiration pour tous, hommes et femmes, un culte donc très nécessaire dans notre époque où bien des femmes ont perdu le nord, et où bien des hommes ne savent même plus ce qu’est une femme, s’ils ont jamais su ce qu’était un homme. Pour peu que les catholiques ne résument pas Marie à une mère et nous aurons avancé un peu. 

4 Commentaires

  1. Ping de Guy Bernard de sexe male:

    Bonjour Monsieur Durandal

    Je suis heureux de retrouver la possibilité d'émettre des commentaires concernant votre combat contre le féminisme. Je vous propose une suggestion d'article ou bien d'ouvrir un débat sur une réflexion concernant la misère sexuelle qui sévit de plus en plus concernant au moins 50 % de la population masculine en particulier en France . Sachant que la prostitution en France est devenue prohibée et lorsqu'elle existe ,est organisée d'une manière totalement indigne à la condition humaine.

     

    Merci pour votre travail

     

    Guy Bernard

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonjour M Bernard et heureux de vous retrouver.

      Je dois vous avouer que je vis en ermite, et que je commence à avancer en âge, et donc d’autant plus coupé de mes congénères. Heureusement, Emmanuel Macron nous a privé de toutes nos libertés publiques et je renoue avec la civilisation en manifestant. Je rencontre de nombreux jeunes hommes qui m’ont l’air tout aussi perdus que moi à leur âge mais beaucoup plus conscients de leur situation. Alors qui sait, ça débouchera peut-être sur un article. Je tiens toutefois à vous rappeler qu’en tant que catholique, je suis un chemin de chasteté. Ou plutôt j’essaie de le suivre. Et j’aimerais bien qu’il aboutisse et faire effectivement un article dessus. Sur un sujet annexe, vous me lirez plutôt d’ici peu, sur les étapes d’arrêt de la masturbation, et le bonheur que cela apporte.

      Pour rejoindre une peu vos préoccupations, je vois autour de moi un nombre incroyable de petits blancs célibataires et qui n’auront jamais d’enfants. Au delà de la misère sexuelle, la misère affective me préoccupe beaucoup beaucoup plus. L’une découlant de l’autre. La misère sexuelle de notre société, c’est surtout la misère d’une société qui a misé sur la sexualité en la coupant des relations affectives, et reproductives, et qui en paye le prix par plus de solitude.

      M.D

  2. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Nous offrirez-vous bientôt une méditation métaphysique de haut vol sur la victoire des Taliban en Afghanistan et les perspectives que cela ouvre, s'il y en a, pour les religieux occidentaux ?

    Cordialement,

    Cyrus

    P.S. Je note qu'aucun des anciens commentateurs, à part moi, n'a encore commenté vos articles.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Bonsoir M Cyrus,

      S’il y a bien un endroit au monde où rien ne change, c’est bien en Afghanistan. Ce pays répète inlassablement son histoire depuis au moins les invasions mohamétanes. Si l’on y songe, c’est assez dingue. A tel point que je me demande même si c’est réellement une histoire religieuse. Certains commentateurs imaginent que le monde change très vite. A vrai dire, sur le temps long qui m’intéresse, c’est rarement le cas. Regardez en Europe. Nous rejouons l’arrivée de Cromagnon en nous croyant novateurs.

      M.D

      PS : pour nos anciens commentateurs : ils se sont peut-être perdus ? 🙂

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.