Accueil » Enfance détruite » Rapport Jouanno au Sénat : les mensonges féministes sur les jouets pour enfants
AIMELES Antiféminisme

Rapport Jouanno au Sénat : les mensonges féministes sur les jouets pour enfants

Publié le 19 décembre 2014 par Léonidas Durandal à 23 h 06 min

appareils pour garçons. Un tel jouet ne sollicite pas les compétences techniques des filles. P35

Les compétences langagières des filles seraient moins importantes que les compétences techniques des garçons. Quelle manipulation verbale incroyable ! Il faut bien être une fille et savoir user de son langage pour réussir à soutenir un tel paradoxe au moment même où on réussit à convaincre autant de monde d’une telle fable. Et ce qui devrait être normalement pris comme signe de domination de leur part, se retourne dans leur bouche en apparence d’oppression. Leur aptitude au langage est telle, que la plupart des hommes n’y voient que du feu. Ainsi, ceux-là ne peuvent comprendre comment elles contrôlent les lois et la société, sans forcément avoir de représentants dans les assemblées. Dans ce cadre, qui domine, qui est exploité ? En tout état de cause, n’y-t-il pas une supériorité du langage qui contrôle les personnes sur la production de biens ? En vérité, les hommes produisent toujours moins de biens en direction de femmes qui ont pour objectif, et de les contrôler personnellement, et de contrôler la production de ce monde matériel. Tel est bien le totalitarisme de toujours quand il s’accorde au féminin : vouloir dans une hystérie folle, tout contrôler.

 

Les propositions de loi : accentuer le contrôle sur la société.

Porposition n°1 : créer une charte de vente des jouets pour désexuer les jouets pour enfants et leur environnement (p49).

n°2 : création d’un label de bon comportement des sociétés pour les jouets.

N°3 : encourager le CSA à interdire toute distinction entre fille garçon dans les médias.

N°4 : organiser le boycott de marques qui oseraient aller contre ce mouvement (le boycott de marque reste pourtant illégal en France, mais un rapport du Sénat peut le préconiser et citer même le site internet Macholand qui le pratique en toute illégalité protégé en cela par toute notre société misandre…)

n°5 : assainir les commandes publiques de jouets pour les obliger à respecter la dite charte.

N°6 : encadrer tous les métiers de la petite enfance, en leur donnant des repères en matière d’indifférenciation (ainsi qu’aux animateurs de centre aéré)

n°7 : former les institutionnels de l’école (professeurs, psys, bibliothécaires) à la mise en place d’activités de jeu mixtes.

N°8 : faire jouer les enfants à des jeux mixtes durant les activités périscolaires.

N° 9 : lancer une grande campagne médiatique sur de nombreux supports pour « sensibiliser » le public à moins de sexuation.

N°10 : favoriser la réutilisation des jouets. Ici, je ne comprends pas bien pourquoi le site leboncoin.fr est pointé du doigt alors qu’il permet justement cette réutilisation…

 

Ces propositions et ce rapport liberticide ont été adoubés par tous nos journaux ou presque. Au pire, ils ont été accueillis par le mépris de certains qui ont cru bon pouvoir le prendre de haut (boulevard Voltaire). Ces propositions et cette manière de travailler, ne sont pourtant pas anecdotiques. Ils sont bien au centre de la dynamique occidentale. Nous ne devrions pas tout miser sur l’argent tandis que d’autres s’occuperaient de gérer nos croyances. Car notre économie est attaquée par notre faiblesse en matière de dogme, et non l’inverse. Ces questions devraient être prises au sérieux, et ne plus jamais être laissées aux féministes seules. Cependant, personne à l’heure actuelle n’est en position de défendre la complémentarité filles-garçons, et ceux à la pointe de la résistance, n’ont aujourd’hui pour ambition que d’éluder la question. Nous en sommes éloignés d’autant d’une possible sortie de crise.

 

Pourquoi les jouets sont de plus en plus sexués dans un monde de moins en moins sexué ?

Je crois que poser la question, c’est déjà y répondre. Les enfants sont en perte de repères parce que les adultes ont démissionné de leurs responsabilités. Les parents ne semblent plus ni hommes ni femmes, ou de moins en moins. De plus en plus, leurs rôles se confondent. Pourtant les différences biologiques et de caractère persistent. Cette incohérence est vécue comme une perte d’identité pour les petits enfants filles et garçons. Ils compensent alors en se bricolant une personnalité fantasmée à partir de l’achat de jouets, personnalité qui les rapproche de ce qu’ils ressentent au plus profond d’eux, de ce qu’ils aiment en vérité (et notamment bricoler pour les garçons, discuter pour les filles). Dans un monde où la société est sexuée, les enfants ont le droit de jouer autour des normes. Car à tel age, ils savent qu’ils vont travailler, prendre époux ou épouse, avoir des enfants, les pouponner ou les ouvrir « >

Lire la suite

17 Commentaires