Accueil » Homme en lutte » Récit d’un blocage des routes le 17 novembre 2018
Antiféminisme Aimeles

Récit d’un blocage des routes le 17 novembre 2018

Publié le 18 novembre 2018 par Léonidas Durandal à 14 h 37 min

J’ose l’espérer, même si j’en doute. Tout comme lors du débat sur les unions stériles, j’ai peur qu’ils aient misé sur le remplacement de civilisation plutôt que sur sa perpétuation…

Au contraire, la culture du Français de souche l’a ici porté à réagir, en masse, non à se replier sur sa communauté stricto sensus comme le font trop souvent les Mohamétans, ou les tribus en provenance d’Afrique, ou encore les castes financières et les individualistes qui les singent.

Ces Français de souche sont bizarrement porteurs d’une tradition ancienne de France éternelle que, tout comme la common decency, je pensais disparue. A l’époque où la loi a rendu obligatoire le gilet jaune dans chaque voiture, ces hommes et ces femmes  l’affichaient sur le dossier de leur siège de voiture par volonté de se montrer de bons citoyens responsables. Ces mêmes braves gens l’ont désormais retourné et en ont fait le symbole de leur révolte. Le peuple plein de bonnes intentions a appelé de ses vœux la justice. Qui pourrait la lui refuser ?

Je ne veux pas idéaliser ces personnes remplies de bon sens qui ont participé au mouvement. Souvent impulsives, méconnaissant les règles de base du droit et trop soucieuse de respecter la loi, elles vivent le groupe comme un moyen de survie. Mais quelle force que la culture tout de même, qui permet de résister au plus grand lavage de cerveau qu’un état n’ait jamais organisé en direction de sa population. Cette résistance n’est pas totale, mais quand même. Sans aucun moyen financier, après la sape de l’éducation nationale, de l’idéologie communiste, du clientélisme socialiste, il fallait le faire pour se rebeller en alliant l’art et la matière.

Chez nous, les organisateurs de la manifestation se sont évertués à nettoyer le lieu du rassemblement après la manifestation. De toutes les manières, à part quelques punks, personne ne l’avait sali. Le contraste était saisissant avec les cortèges dits « écologistes », de gauche antifa ou nuit debout par exemple, qui ont toujours laissé après leur passage les rues à l’état de porcherie. Il est beau dans ce cas de prétexter des questions environnementales pour refuser de participer au mouvement. L’hypocrisie, encore. Il s’agissait surtout pour les organisations syndicales, le bon bourgeois de gauche, le fonctionnaire servile, de se trouver une bonne excuse pour préserver ses intérêts en protégeant le gouvernement en place, malgré sa mauvaise gestion du pays.

Les policiers ne se rebelleront pas non plus. Alors que les forces de l’ordre manquaient pour arbitrer les altercations, j’en ai fait part à l’un de ceux-là qui m’a répondu qu’il leur était impossible d’intervenir plus puissamment parce qu’ils manquaient de moyens. Ils manquent surtout de moyens parce qu’ils se sont fait acheter et qu’ils ne bougeront pas le petit doigt pour lutter contre cet état de fait. Manqueront-ils de moyens quand il s’agira de taper sur la gueule de tous les pauvres si le mouvement allait trop loin. J’en doute.

La France ne manque pas de moyens. Elle manque d’individus déterminés, capables de se remettre en question, catholiques. Ceux-là devraient comprendre qu’accueillir toute la misère du monde, c’est surtout tuer le prolétariat local et fomenter les guerres civiles de demain. Bien entendu, le bourgeois qui pour l’instant, est peu touché par ce phénomène, voire en profite, peine à le comprendre. Il ne fréquente plus de blancs pauvres. A la décharge de celui qui vote à droite, ces petits sont peu nombreux à venir désormais à l’Église, sauf pour quelques baptêmes folkloriques. Le lien a été rompu dans notre société. Et nous le devons à la gauche, à cet esprit malfaisant qui dit vouloir faire le bien autour de lui, mais qui n’est qu’un esprit de démagogie, de corruption des mœurs, d’absence d’éducation, stérile dans son imaginaire, lascif dans sa cruauté.

A mon avis, ce n’est pas aux pauvres de se ranger aux idées des bourgeois. C’est aux bourgeois d’aller tendre une main secourable aux pauvres. Aujourd’hui, les bourgeois ne sont pas venus, ont abandonné leurs frères, certainement effrayés à l’idée de se salir ou d’être commandés par plus intelligents qu’eux. Les journaux vous raconteront de long et en large les incidents qui ont eu lieu, minoreront la mobilisation. En tout état de cause, je veux dire pour l’histoire, que ce qui a été pris, n’est plus à prendre, que ce fut un beau mouvement du coeur, qu’il faut du courage quand on a encore juste de quoi manger, que d’aller se battre contre une décadence annoncée.

Que ce premier avertissement lancé à Emmanuel Macron et à tous les gagnants sans conscience, « >

Lire la suite

57 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Riposte américaine à la «taxe GAFA»" Figaro du 03/12/2019.

    Comme quoi le diable a porté pierre. Notre perte de souveraineté va nous permettre d'échapper à un nouvel impôt. Merci Donald Trump. 

     

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Christian Estrosi interrogé sur la pertinence de la création d’un camp de concentration pour Gilets Jaunes (VIDÉO) », NDF du 11/04/2019.

    Personnellement j’ai noté dans mon entourage une « marcheuse » qui envisageait le massacre des gilets jaunes avec soulagement, sinon envie.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Gilets jaunes : mon courrier des lecteurs est rempli de mépris social », Libération du 08/02/2019.

    Si maîtriser l’orthographe pouvait vouloir dire compétent, notre pays n’irait pas si mal.

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « RÉVOLUTION ! LES GILETS JAUNES – 12/01/2019 » Nous voulons vivre du 12/01/2019.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.