Accueil » Paternité » Réécrire une mythologie féministe haineuse des pères de Laurence Neuer
AIMELES Antiféminisme

Réécrire une mythologie féministe haineuse des pères de Laurence Neuer

Publié le 18 octobre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

s’émeuvra du sort de Francis ? Depuis quand l’accusation doit-elle faire la preuve de ce qu’elle avance ? En plus, depuis des années, Francis a le culot de demander des révisions de pensions à la baisse, eu égard à la faiblesse de ses revenus. Mais quelle impudence ! « Une peine d’emprisonnement ferme de huit mois me semble pleinement justifiée », conclut-elle.

 

La présidente chuchote quelques mots à l’oreille du greffier qui siège à côté d’elle. Les spectateurs, prochains prévenus et victimes, sont cramponnés à la scène. « On ne peut pas accuser M. J. de ne pas s’intéresser à ses enfants, martèle son avocat. La preuve, il a toujours versé une somme d’argent pour montrer qu’il assumait son devoir. » Et l’argent c’est comme cela qu’un père doit montrer à la justice qu’il s’intéresse à ses enfants en 2011 en France.

Mme La juge se contrefout des délires de l’avocat de Francis et poursuit sa conversation privée avec Mme Le greffier. Essayant de faire valoir les droits de son client, l’avocat de Francis marque un temps d’arrêt. Puis, il poursuit et ceci malgré le mépris affiché de ces femmes : « Mon client touche le RMI et bénéficie d’une allocation de retour à l’emploi, ce qui lui permet à peine de payer son loyer. Mais il a une promesse d’embauche et va donc pouvoir à nouveau s’acquitter de sa pension alimentaire », promet-il. Avant de solliciter la relaxe de son client, « ou, du moins, la mansuétude du tribunal pour stopper le mandat d’arrêt décerné à son encontre ».

 

Le tribunal va-t-il donner une chance à Francis de payer 360 euros avec le SMIC qu’il devrait toucher prochainement ?

 

Même pas.

 

Le passif bétonné de Francis n’atteindra pas les rives d’une quleconque clémence judiciaire. Touché, coulé. Le prévenu écopera de 14 mois de prison ferme (au-delà des réquisitions de Madame Le Procureur), mandat d’arrêt à la clé, outre 2 000 euros de dommages et intérêts à verser à son ex-épouse (il faut bien récompenser celle qui a fait œuvre de justice et qui souffre tant du manque d’argent de son rémiste de conjoint).

 

Voici comment on rend la justice en France en 2011. Oui, il y a bien des martyres. Ils sont nombreux. Ce sont des hommes. Ce sont des pères qui refusent leur servitude. Ce sont des hommes.

 

esclavage

17 Commentaires