Accueil » Homme en lutte » Rocky Balboa, pour quoi les hommes se battent ?
AIMELES Antiféminisme

Rocky Balboa, pour quoi les hommes se battent ?

Publié le 26 octobre 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

une époque où les relations monétaires étaient directes, devient complet maintenant que les femmes ignorent de plus en plus la nécessité qu’ils ont d’eux. Ainsi les hommes acceptent leur petite tyrannie quotidienne, bien éduqués, de mieux en mieux chaque année, et ils vont nourrir un autre petit tyran dès que le premier a été satisfait, qui de l’argent, qui d’un enfant, qui d’une vie sans enfant, qui d’une présence rassurante. Immanquablement les bons partis, les pigeons diraient certains passent de femmes en femmes, jusqu’à ce qu’il ne leur reste plus que leurs illusions.

 

Si nous sortions de cette tyrannie, en réalité, nous ne saurions plus trop quel est le sens de notre combat, nous serions perdus. Il est si facile de se battre pour l’idée que l’on se fait des femmes et non pour les femmes réelles que nous avons devant les yeux. En vérité, à tout leur pardonner, à ignorer leurs crimes, leurs pulsions de morts, leurs avortements, les infanticides, leurs mensonges devant les tribunaux, leurs calomnies et leurs radotages sanguinaires, leurs égoïsmes quant à leur progéniture, nous en avons fait des irresponsables. Et nous aimons tant cette image d’enfant en elles que cette absurdité ne semble vouloir connaître de fin. D’irresponsables, beaucoup ont franchi le pas de la monstruosité. Nous n’avons plus à nos côté que des parasites qui nous rendent la vie impossible et dont nous nous croyons entièrement dépendants. Certaines vont même jusqu’à flatter nos vices pour asseoir leur position (et on ne peut comprendre les femmes de pédophiles qui ont participé activement au crime, sans comprendre cela).

 

Il est une erreur historique terrible qui vient de je ne sais où, certainement du puissant inconscient collectif des femmes, erreur sur laquelle il serait temps de revenir. Cette erreur nous a fait nous battre pour nos femmes avec l’aide de Dieu, erreur sacrilège qui plaçait la femme au-dessus de Dieu. Hier, nous nous battions pour nos femmes avec l’aide de Dieu, sûr et certain de notre fait. Aujourd’hui la situation dramatique que les hommes connaissent sur le plan de leurs libertés pourrait avoir quelque chose de très bon : enfin, nous pourrions sortir de notre esclavage d’homme. Enfin, nous pourrions prendre conscience de la tyrannie psychologique imposée depuis des années aux maris conciliants que nous avons été ou que nous projetons d’être.

Loin de créer une nouvelle société, nous pourrions, en prenant en compte le niveau de bassesse que de nombreuses femmes ont atteint, exiger de vrais partenaires à nos côtés. Oui, nous pourrions enfin nous assumer en tant qu’hommes, et demander des comptes à nos femmes, non pas pour chronométrer leurs heures de vaisselles comme certaines se sont plues à le faire pour nous, mais pour obtenir d’elles un engagement, et de la sincérité, et surtout, une forme de réciprocité dans la dépendance. Les hommes peuvent-ils continuer à vivre ainsi, dépendants affectivement de femmes qui les méprisent intérieurement tant elles leur ont fait faire n’importe quoi. Personnellement, je ne le veux pas pour moi et je ne crois pas qu’aucun homme digne de ce nom puisse le vouloir. Le futur peut donc prendre deux issues viables pour les hommes :

 

_ Soit nous exigeons d’être protégés des femmes par la loi, de nouveau, comme nous le fûmes par le passé.

_ Soit nous pourrions exiger, dans l’interdépendance qu’objectivement nous avons d’avec les femmes, de vraies contreparties de leur part.

Ceci nous ne l’avons jamais connu.

 

esclavage

 

26 Commentaires