Accueil » Questions idéologiques » Savoir exclure les femmes
AIMELES Antiféminisme

Savoir exclure les femmes

Publié le 9 avril 2018 par Léonidas Durandal à 20 h 46 min

place pour assouvir leurs désirs. Passons. Or cette logique utopique est en train de se répéter dans les relations humaines. Ainsi deux personnes de même sexe peuvent être considérées comme famille depuis que notre pays a autorisé les unions de duos à pulsions homosexuelles. Et nous le devons encore une fois à ces femmes majoritaires qui poussent à l’indifférenciation, en sous-main. Hier elles voulaient le confort. Aujourd’hui, elles veulent la tolérance niaise. Demain, elles se plaindront du manque d’humanité de notre monde…

Pour bien comprendre comment nous avons pu en arriver là, il faut revenir un peu en arrière et incriminer l’idéologie gauchiste. Par là, je veux dire la vision manichéenne du « dominant » et du « dominé », ainsi que le socialisme scientiste, religions primitives féministes s’il en est (La veuve et la tribu pourrait-on dire). 

Hier, le chevalier maman gauchiste promouvait les lumières du progrès, il voulait rééduquer les civilisations inférieures grâce aux connaissances scientifiques qui lui avaient permis, soit-disant, de se libérer de la tutelle de l’Eglise catholique. De nos jours, il est en train d’accomplir ce travail de destruction dans l’humanité même, en favorisant les unions de duos homosexuels, et plus généralement, tout un travail d’indistinction qui le rend très fier de lui. Son absence de remise en question a entraîné et entraîne le monde à sa perte, ou tout au moins, rend notre terre invivable, hideuse. Depuis peu, il a beau être souvent écologiste, il a oublié que ses idées scientistes sont à l’origine de cet échec cuisant, la preuve étant de son inconscience, sa manière de commettre à nouveau les mêmes erreurs avec l’humain. Quand ce socialiste échoue, il fait venir de plus féminisés que lui au pouvoir, des communistes. Ces derniers, orgueilleux, jaloux et avides d’une indifférenciation égalitariste folle, voudraient en revenir à un ersatz de religion catholique tout en restant matérialistes. Nous n’en sortirons pas si tous ces imbéciles continuent à phagocyter notre mémoire collective. Le gauchiste de demain sera certainement pro-famille, mais il sera trop tard. Dès aujourd’hui, notre Sainte Eglise doit les soumettre idéologiquement.

Pour cela, il faut que les hommes aient accès à des lieux d’où ils puissent naître, loin du regard de la mère. Car la mixité extermine la masculinité, invariablement, ce qui finit par détruire les femmes aussi.

Récemment, le maire d’une petite ville japonaise s’est effondré au milieu d’une arène sumo. Des secouristes femmes sont intervenues sur cette terre considérée comme sacrée mais il leur a été demandé expressément de la quitter. Premier scandale pour nous,féminisés. Le lendemain, effet ruche oblige, une mairesse dénonce fermement l’interdiction qui lui a été faite de prononcer son discours sur le dohyo. Elle argue qu’elle serait un être humain comme les autres (sic).

Voilà plus de 2000 ans que les compétitions de sumos mettent en avant la force masculine. A l’heure actuelle, l’esprit d’indistinction est en train de profaner ce lieu.

Un remake du spermatozoïde qui doit rester dans le cercle pour assurer sa survie

Etre humain ne veut pas dire indifférenciation entre hommes et femmes, ce que les femmes malades ont terriblement de mal à comprendre. Si cette femme avait voulu prouver que les femmes pouvaient faire de bonnes mairesses, elle aurait dû applaudir l’exclusion des secouristes femmes la journée précédente. Mais la féminisation entraîne forcément la féminisation totalitaire, et c’est une gageure d’estimer que nous pourrions rester évolués en accueillant les femmes largement dans tous les lieux de pouvoirs sociaux qui doivent rester principalement masculins pour se pérenniser.

Vieux réflexes, les gauchistes de maintenant, complètement féminisés, sont les premiers à relayer la cabale autour de la tradition japonaise. Eux qui se donnent souvent bonne conscience en voulant « protéger les peuples primitifs » et leurs traditions, redeviennent alors d’ardents censeurs. Tout d’un coup, la tradition ne leur convient plus. Ils ne la comprennent pas, et veulent de nouveau apporter la « civilisation » à ceux qui en manquent, sans respecter les gens et leurs croyances.

L’arène de Sumo représente la force sacrée masculine, rare, belle, magnifiée. Que des femmes puissent y pénétrer est une profanation de l’ordre naturel, c’est à dire, une profanation de la création qui peut seule nous donner une chance de pouvoir rencontrer un jour Jésus. Ce retour à l’indifférenciation matriarcale qui veut autoriser les femmes à entrer sur le dohyo de sumo, éloigne toujours plus les Japonais d’une libération par le Fils. Elle le sape à la base car elle « >

Lire la suite

14 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Le monde du travail depuis #MeToo" Nos majorum du 05/10/2019

    (Vidéo) "Travailler après MeToo" Nos majorum du 13/10/2019.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Pourquoi cette vague de décolletés sur Twitter ?" Le Point du 26/06/2019.

    Pour asservir les hommes en les maintenant dans un état d'excitation perpétuelle. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « Question sur le numéro d’écoute national anonyme et gratuit pour les femmes victimes de violences conjugales », Paternet du 13/12/2018.

    Il y a quelques femmes qui n’appellent pas durant les horaires. Il faut donc allouer 120 000 euros d’argent public pour celles-là. Au cas où ce serait vraiment grave.