Accueil » Erreur idéologique » (Statistique Insee) Plus une région est féminisée, plus elle est pauvre
Antiféminisme Aimeles

(Statistique Insee) Plus une région est féminisée, plus elle est pauvre

Publié le 7 mai 2018 par Léonidas Durandal à 12 h 50 min

Nos décideurs n’ont qu’un objectif : réduire les inégalités hommes femmes sur le marché du travail. Ils ne s’intéressent pas à la prospérité de notre pays car ce sont des idéologues. S’ils affirment vouloir développer notre pays, c’est faux. Car si tel était le cas, ils s’interrogeraient sur les critères de réussite selon le sexe. Or, ils ne le veulent pas. Ils considèrent que l’entrée des femmes sur le marché du travail est forcément positive. Dans certains cas, il leur arrive même de fantasmer des femmes supérieures aux hommes, tant ils sont restés perméables à leur mère.

Mais la réalité est tout autre. Plus une région est féminisée, plus elle est pauvre. La pauvreté suit si bien l’insertion des femmes dans le monde du travail salarié que même dans notre pays dit développé, c’est encore le cas selon les régions. De 2012 à 2015, l’Insee le confirme. Les régions les plus riches sont, par exemple celles ou l’écart de salaire entre hommes et femmes est le plus important :

L’île de France, Rhône Alpes qui sont les régions les plus riches de France, et de loin, sont également celles où les inégalités salariales sont les plus fortes. A l’inverse, les régions connues pour leur pauvreté, Limousin Poitou-Charente, Nord, Corse, sont celles où les inégalités salariales entre hommes et femmes s’effacent.

En focalisant commune par commune, cette réalité devient d’autant plus significative. A un niveau régional, de grandes différences sont masquées par le lissage des moyennes. Mais à un niveau local, les dommages du tout féminisation apparaissent crûment. Si vous superposez la carte des différences salariales entre hommes et femmes par commune, et celle de la création de richesse par commune, cette règle ne semble souffrir d’aucune exception : l’égalité hommes femmes, c’est la pauvreté :

 

La pauvreté du centre de la France et au nord de Paris

 

Ecarts salariaux hommes femmes, plus grands au sud de Paris et Rhône Alpes

 

Pire encore, les salariés sont mieux rémunérés dans les régions où l’écart salarial entre hommes et femmes est le plus grand :

 

Ainsi, les régions où les hommes sont beaucoup plus payés que les femmes, sont aussi les régions qui payeraient mieux leurs salariés, en général. D’ailleurs, la carte des départements où les salariés sont le mieux payés le confirme aussi :

 

 

En relief, cela suggérerait que la reconnaissance professionnelle des femmes à égalité avec les hommes correspondrait à une injustice envers les hommes et à une moindre efficacité de l’économie, corrélée à une plus grande pauvreté. Cette hypothèse est confirmée par le taux d’emploi hommes-femmes qui ne joue pas comme un critère significatif :

 

Certes, la Corse, le Nord, détiennent la palme de la faible insertion professionnelle des femmes, tout comme le Nord de la région parisienne par rapport au reste de ce bassin d’emploi, régions plus pauvres s’il en est. Par contre, des départements très pauvres au centre de la France, connaissent une insertion professionnelle forte des femmes. Du coup, le seul critère qui reste significatif en matière de production de richesse, ne serait pas l’insertion professionnelle des femmes, mais l’importance de la différence de rémunération entre hommes et femmes ! Plus cette différence serait importante, plus les hommes seraient reconnus, plus les régions seraient riches (ce qui bénéficierait aux femmes).

Vous aurez aussi remarqué que la palme de l’égalité est détenue par les départements d’outre-mer (3ème carte), qui sont connus pour être largement plus pauvres que la métropole. Ceux-là ont un mode de fonctionnement plus proche de l’Afrique dont nous connaissons et l’importance des femmes et la forte propension à se développer…

 

Hypothèses

La reconnaissance particulière des hommes signifierait qu’un frein a été mis à la toute puissance des femmes. Dans les pays riches, les sentiments négatifs envers les hommes seraient moindres : jalousie, indifférence envers le père, mépris. Du coup, les mâles pourraient pleinement exprimer leur potentiel et enrichir la société.

Aujourd’hui, les régions agricoles de France qui sont en général, fortement féminisées, végètent, quelles que soient leur réussite (La Charente est un département rural qui possède la plus grosse filière exportatrice de notre pays grâce au Cognac, devant Airbus, mais c’est aussi un des départements “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

8 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “”À ce rythme, l’égalité salariale sera célébrée à la fin du XXIIe siècle””, L’Obs du 05/11/2018.

    Mais non, la féminisation engendre la crise qui devrait régler ce problème assez rapidement.

  2. Commentaire de Alban:

    Intéressant, j’ai partagé sur deux groupes facebook antiféministes.

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    ” Economistes : cherchez la femme” Les Echos du 22/05/2018.

    Ici, le premier boulot des femmes quand elles arrivent, c’est de faire des recherches sur la discrimination des femmes, recherche finalement orientée par le sexe de celles qui les entreprennent, recherches qui mènent à la guerre, tandis que nous perdons en efficacité pendant ce temps, recherche honteusement financée par l’Etat en France. 

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle