Accueil » Ambiance au travail » (Témoignage) « Mon boulot de consultant consiste à viriliser des incompétents féminisés »
AIMELES Antiféminisme

(Témoignage) « Mon boulot de consultant consiste à viriliser des incompétents féminisés »

Publié le 4 avril 2020 par Léonidas Durandal à 16 h 20 min

J‘ai reçu ce témoignage qui m’a paru intéressant pour illustrer l’ambiance nouvelle qui est en train de s’imposer en entreprise suite à la féminisation des esprits. Je pense que nous sommes nombreux à partager ce ressenti. Par bien des aspects, il me rappelle le fonctionnement de nos élites actuelles face à la crise que nous connaissons. Et des personnes qui votent pour elles, quoi qu’il arrive. Ce témoignage restera anonyme pour protéger la dite personne de représailles qui ne manqueraient pas de lui tomber dessus dans le cas contraire. L’incompétence n’interdit pas la méchanceté.

***

Je suis consultant en entreprise. Mon rôle est de protéger l’autorité et l’intégrité du dirigeant, de renforcer sa dominance dans le cadre de confrontations directes avec des adversaires, de renverser des situations de rapport de force en sa faveur.

Un jour… « Un jour, dans un café bondé, je parlais avec une femme. Je ne la connais pas. C’est elle qui m’interpelle et entame une conversation avec moi. Après un premier échange de banalités, sa prose bascule immédiatement vers le thème de la discrimination contre les femmes. Son langage, c’est celui d’un robot. Elle ne pense pas, elle récite, elle idéologise, elle méprise. Elle vomit des émotions. Une fois essoufflée par sa harangue visqueuse, elle se tait.

Je laisse passer un silence, je me redresse, et je scrute la salle de ce café bondé. Et je lui dis : « regardez autour de vous ! Regardez bien ! ». Et du doigt, je passe en revue cette salle où s’entassent les gens, tous occupés à boire un café ou une bière. Il y a hommes, femmes, enfants. Je lui laisse le temps de scruter la foule. Ma réaction l’interpelle ; elle ne voit pas où je veux en venir, mais elle se prête à l’exercice. Puis je lui dis ceci : « Regardez-bien. Dans cette salle, et partout dehors… il n’y a – aucun – homme. » Et immédiatement, elle comprend, elle saisit. Elle sait de quoi je parle. Elle garde le silence. Et puis, elle me répond le plus honnêtement du monde… “c’est pas grave”. »

Le fond du problème

Pour fonctionner dans l’entreprise, il faut être une femme ou un homme dévirilisé. L’homme viril doit abandonner tout respect pour lui-même, tout sentiment d’honneur, toute vertu. Mon client doit accepter cette castration obligatoire s’il veut conserver son rang social. Mais, c’est aussi parce qu’il est châtré par son organisation féminisée, qu’il n’a plus aucun contrôle sur rien. L’homme viril est devant une impasse. Soit, il valorise sa virilité, donc son caractère, mais se fait ostraciser. Soit, il choisit l’acceptation sociale, y perd son âme et toute possibilité de leadership. Mais pour l’homme masculin (ndr : le scripteur fait une distinction entre homme viril et masculin, le second ayant les apparences de la masculinité sans virilité), cette castration obligatoire est une aubaine. Car elle lui permet de markéter sa faiblesse, et son absence de courage moral devient un levier d’acceptation sociale.

Mon offre de valeur

Ce que je vends, c’est de la virilité. Par ma manière d’agir, penser, percevoir et de formuler les situations, je réinjecte de la virilité dans les organisations et je permets au dirigeant de l’exercer.

Ma difficulté commerciale

Aujourd’hui, l’Homme Viril a totalement disparu de l’entreprise, de la politique, de la société. Il ne reste que l’Homme Masculin et la Femme. Donc statistiquement, mon acheteur c’est soit l’Homme Masculin, soit la Femme. Or, il s’avère que la confrontation avec la pensée virile est une chose qu’ils détestent ou méprisent, car elle révèle leur imposture : ils sont insipides, impuissants, incompétents, narcissiques, ils n’ont aucun honneur et ne travaillent que pour eux-mêmes. En clair, ils n’ont rien à faire à un poste de direction : ce sont des aberrations sociales. Le contact avec la personne virile les discrédite et va détruire l’image qu’ils se font d’eux-mêmes. L’homme viril est autant la solution au problème de l’entreprise qu’il est une menace pour ses dirigeants.

La souffrance de mon client (l’Homme Masculin et la Femme)

Il a « >

Lire la suite

12 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Au travail, comment sortir du syndrome de la "bonne élève"" Marie Claire du 23/06/2020.

    Et pourquoi pas se faire greffer une paire de couilles ?

  2. Ping de Manuela de sexe femelle:

    Le plus difficile pour une entreprise c'est de recruter les plus compétents. Pour ce faire il faut aussi une personne compétente.

    Le plus difficile pour les salariés c'est de bosser avec une personne compétente mais dépressive, donc inefficace car trop hantée par ses problèmes personnels réels ou fantasmés.

    Les femmes les moins compétentes recherchent la sécurité (l'embauche) à tel point que certaines sont plus douées à épier leurs collègues qu'à faire leur travail. (orgueil, complexe d'infériorité)

    Les personnes fragiles, (les femmes si vous voulez) ne cherchent pas la liberté de prendre des risques mais cherchent plutôt la sécurité du salariat et tous ses avantages (mutuelle, CE, primes…) 

    Une entreprise préférera toujours, pour faire la merde, la mère célibataire (qui dort avec son smartphone pour ne pas louper une mission) esclave de sa cupidité, non pas parce qu'elle doit nourrir ses gosses, ses enfants lui servent seulement à faire du chantage auprès de qui veut l'entendre, mais parce qu'elle a l'espoir d'être la "favorite" à l'embauche. 

    Les entreprises se veulent solidaires et empathiques en réalité elles cultivent les faiblesses des salariés… (communisme)

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Tout le monde a connu ces bonnes poires de femmes qui se croient indispensables et dont on profite jusqu’à la trogne, parce que finalement, elles ont un complexe d’infériorité. J’en ai connu des célibataires, et des mariées aussi, indifféremment. La vrai règle du jeu, c’est de poursuivre son intérêt, et c’est très bien ainsi. Faire du fric. Il n’y a pas de morale à ça. D’ailleurs, je déteste encore plus les femmes compétentes dans ce cas, car elles tirent les salaires des personnes compétentes vers le bas. Ce sont les pires. Celles-là devraient immédiatement retourner aux fourneaux parce qu’elles portent tort au groupe et en plus, aux personnes compétentes. Elles créent un monde inhumain à cause de leurs complexes, où la concurrence est exacerbée. Elles trichent sur leur salaire en se faisant sous payer pour pouvoir assouvir leur soif d’insertion, et ce faisant, elles faussent toutes les grilles de rémunération. Et ça, il y en a à la pelle, surtout des jeunes, en début de carrière. Cependant, il arrive aussi que certaines, casées, continuent sur ce chemin et finissent bonnes poires à la retraite, ayant tiré vers le bas tous les salaires des braves travailleurs.

      • Ping de Manuela de sexe femelle:

        J'ai pris exprès le pire exemple que j'ai rencontré. Vous avez évidement raison même des femmes mariées se comportent de cette façon.

        Je n'ai pas souffert directement de ces rencontres au contraire avec ces femmes j'ai appris beaucoup sur les hommes grâce à elles, généralement les femmes se confient beaucoup à moi je crois qu'elles ont besoin d'être rassurées par une femme qui n'est pas de nature complaisante.

      • Ping de Mindstyle de sexe male:

        Actuellement en cours de démission à cause de la folie des femmes au travail.

        Aucune équipe. Des femmes qui cherchent à tirer la couverture à elle et à tenter de s'attribuer des pouvoirs pour lesquels elles sont complètement illégitimes.

        Trouvez-vous normal qu'une simple assistante de direction contrôle le rendu final de mon travail (alors que je suis à un niveau Bac+8 dans mon domaine) et me fasse des critiques et remarques pour de simples questions de formes, au gré de ses envies simplement pour me pourrir auprès de mon employeur ? Ce dernier entre d'ailleurs dans le jeu de son assistante qui joue sur le formalisme exacerbé à l'extrême pour se donner de l'importance. La procédure à respecter évolue au gré de l'animosité qu'elle entretient à l'égard des autres collaborateurs.

        Sans oublier celle qui vient d'arriver, une jeune collaboratrice qui a quasiment tenté un "putsch" (qui a néanmoins échoué) pour être la sous-chef, et qui avait officiellement décrété qu'elle allait désormais contrôler le travail de tous… 

        Je confirme bel et bien la servilité de ces pauvres femmes qui envoient des mails dès 5h du matin, ou 22h le soir, cette espèce d'hyper-implication morbide sans aucun sens; elles ne savent même pas pourquoi elles travaillent, ni quelle est la vision voulu pour l'entreprise.

        De mon côté, j'ai décidé de quitter cette folie. 

         

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Salaires, confiance en soi, violences… Le « coaching » féministe se réinvente" Libération du 22/05/2020.

    Le parasitisme reste le même, ou comment apprendre à être payée au-dessus de sa valeur, tout en chouinant. 

    • Ping de Aquila de sexe male:

      C'est une blague comme d'habitude.

      Ce que les femmes ne comprennent pas dans la négociation salariale, c'est l'esprit qu'il faut avoir, esprit qu'elles n'ont pas. Je m'explique.

      Pour négocier votre salaire à la hausse, il faut avoir de l'aplomb. C'esy à dire que vous devez accepter le fait que votre employeur le refuse, et s'il le refuse, vous devrez partir car ce n'est pas ce que vous valez, donc un autre vous l'offrira. Ce que les femmes oublient, c'est leur valeur réelle et l'acceptation de perdre leur emploi. Pour négocier votre salaire à la hausse, vous devez accepter de perdre votre emploi, car l'employeur qui sait que vous resterez dans son entreprise, vous dira non, ou vous offrira une augmentation ridicule. Vous aurez votre augmentation si vous mettez en jeu votre emploi sur la table. Encore faut-il que vous ne soyez-pas un "interchangeable" comme le sont 90% des managers.

      Et mettre son job sur la table pour risquer plus, aucune femme ne sera prête à le faire. Pourquoi? Parce que ça demande des couilles; et ce qu'une femme demande, c'est des guaranties, donc un salaire bas.

      Et je ne parle pas des jobs des femmes, qui ne sont que de la foutaise. Si votre job consiste à broyer du vide, n'espérez pas une augmentation. 

  4. Ping de Chen de sexe male:

    le systeme se deterioire depuis longtemps mais il se deteriore : on vit sur un volcan mais en faisant la fete

    .Le mouvement mgtow prend une telle ampleur au japon, aux etats unis que ca commence a devenir des problemes nationaux et le vote trump est bien une sorte de dernier avertissement, le mvt des gilets jauines en grande partie piloté par les femmes montre a quel point elles paient, elles aussi tres lourd

     

    soyons patients mais ca ne sera peut etre pas de notre generation

    • Ping de Aquila de sexe male:

      Si vous demandez au "grands" MGTOW qui font des vidéos (Colttaine, Stardusk, Human, etc.), ils vous diront que la manosphère est en recul depuis 10 ans. Que le retrait des hommes, n'est pas le fait d'une prise de conscience ou d'un refus, juste de leur incapacité à se trouver une femme qu'ils cherchent tous désespéremment. 

      Quand à demander aux femmes qui possèdent plus des 3/4 des richesses des pays developpés et qui n’en produisent qu'1/4 (redistributions de l'état et par les divorces), allez leur demander plus de justice en faveur des hommes, et vous verrez comment vous serez reçu! Y compris chez les gilets jaunes!

      Au contraire, les femmes sont les grandes bénéficiaires de ce système. Les femmes ne souffrent pas autant qu’elles le laisse entendre! Et comme tous les grands MGTOW disent, les femmes souffrent moins que les hommes dans ce système, mais c'est elles qui se plaignent le plus. 

      En analysant (sans wishful thinking), vous constaterez que le mvt MGTOW est microscopique. Que le Japon n'est pas touché par ce mvt, les herbivores/hommes féminisés japonnais qui sont des incels ne sont en rien des "red pills", bien au contraire!

      Vous faites commes tous les autres: vous attendez que ça se détériore et vous vous imaginez qu'un jour il sera plus facile d'agir. Or, plus vous attendez que le système se détériore, plus il sera difficile d'agir pour les hommes libres dans le future. C'est une erreur de jugement grave (lâcheté contemporaine de la bien pensance, y compris chez les MGTOW) que de croire qu'attendre vous permettra d'agir mieux dans le future. Au contraire! 

  5. Ping de PeterPanpan de sexe male:

    Le retour de manivelle est pour très bientôt ..et ..ca va faire mal… tres mal..

    • Ping de AQUILA de sexe male:

      Je crois justement qu'il est possible qu'il faille attendre très longtemps pour voir un retour de manivelle. Le système se détériore depuis 200 ans, et il est toujours aussi solide! Il peut encore tourner longtemps en perdant toujours plus en efficacité et raison d'être. Le FED vient d'annoncer qu'ils injecteraient 2300 milliards de USD dans les entreprises en risque de faillite: les managers peuvent être incompétents, il s'en foutent puisque leur petite maman "FED" les sauvera.  L’incompétence a de beaux jours devant elle.

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.