Accueil » Ambiance au travail » (Vidéo) Un exemple de féminisation dans le milieu médical
Antiféminisme Aimeles

(Vidéo) Un exemple de féminisation dans le milieu médical

Publié le 4 décembre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Si le lien n’est pas actif sur Rutube, essayez sur Dailymotion :

Féminisation du milieu médical et… par LeonidasDD

Si les deux liens précédents ne sont pas actif, voir sur Youtube :

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

3 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    L’homme qui l’a coopté, défend envers et contre tout cette psychiatre qui avait relâché son patient meurtrier malgré tous les avis de ses collègues :

     

    Article du Nouvel Observateur du 31/12/2012 

     

    Mauvaise gestion du risque, naïveté de formateurs masculins face à des femmes.

  2. Commentaire de anonyme_idf:

    870e4c7608dc16d45587f9a17147d3bb

    Merci pour votre travail. Sur la conclusion, c’est on ne peut plus vrai, il suffit de voir en région parisienne la multitude de boutiques de parfums ou prêt-à-porter où les vendeuses passent leur temps à se repoudrer le nez, à se pouponner et à jaqueter entre elles ou à répondre à leurs textos. Vsou avez bien fait de prendre comme exemple le milieu de la santé, car là c’est encore plus dramatique: autant on peut se passer de parfum, autant la santé, c’est primordial, c’est pas pour rien qu’on appelle çà des professions de foi!

    Vidéo que je vais faire tourner.

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      dad0bb8416af8cea57475981ff142636

      Merci.

       

      J’espère un jour tomber également sur un témoignage de professeur. Pour bien connaître le milieu, la féminisation y a été terrible (il n’y a qu’à voir les résultats de l’Education Nationale).

      J’aimerais bien aussi montrer un jour le double discours de celles qui sont maintenant une majorité dans ces milieux : genre « je fais mon travail comme une petite fille sage » quand en fait c’est « je ne pense qu’à ma gueule ». Avis aux amateurs s’ils tombent sur un documentaire de ce genre.

       

      Notre société est vermoulue de ces narcissiques sans père. Il faut les dénoncer.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription