Accueil » Femme moderne misérable » Un monde stérile au féminin
AIMELES Antiféminisme

Un monde stérile au féminin

Publié le 1 octobre 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 07 min

qui se reproduisent sans savoir.

Image issue de l’article, « Je suis une femme indépendante »

Les hommes pantins d’autrefois valaient toujours plus que les pédales pédophiles d’aujourd’hui que vous avez fait incuber dans vos sacs à foutre. Prétentieuses qui n’avez confiance qu’en vous, la contestation que vous avez orchestrée envers les hommes est trop grande. Croyez-vous qu’un seul homme puisse vous affronter, et sur le terrain de l’intimité, et dans la vie sociale, et pouvoir survivre ?

Aucun ne le peut. J’ai dû sacrifier le social, tout ce qui faisait de moi un homme, pour pouvoir continuer à vivre. Et encore voulez-vous tuer cet élan qui pensez-vous, ne vous sert à rien car il ne vous sert pas. Car je ne rapporte pas du fric pour entretenir votre système à filles-mères. Et la crise est là. Les salopes sans leurs enfants d’abord. Les autres peuvent crever dans la rue, il faut d’ailleurs les mettre à la rue ou qu’ils retournent au turbin, même s’ils ne le peuvent pas. C’est eux ou vous. Le choix est vite fait.

Vous êtes les fonctionnaires qui jetez ces hommes à la rue. Vous êtes de ces oppresseurs qui collectez l’impôt pour nourrir le monstre social qui enfante à votre place désormais. Vous êtes de celles qui ne supportez pas qu’un homme ne participe pas à l’économie, soit inutile comme vous dites, sauf si c’est votre fils, et encore. Mais surtout vous ne supportez pas qu’il ne nourrisse pas sa famille même si c’est pour agir en humain. En ce moment, vous ne tolérez que l’esclavage, sexuel dans l’intimité, économique dans la société. Vous poussez ce monde au crime. Et la crise ne va pas arranger les choses.

Je ne ferai pas gagner d’argent à cette société là pour payer vos non-emplois. Et pourtant je serais capable de toutes vous nourrir, vous et votre incompétence jalouse, encore des années, grassement, malgré la crise. Je suis né pour ça, pour faire chier le fric du bout de mes doigts quand l’envie m’en prend, faire du pognon avec n’importe quoi, n’importe comment et dans n’importe quelle condition. On ne se refait pas. Mais quand je vois la tronche du marché de l’emploi, j’ai beau aimé ça, non ce n’est plus pour moi.

Car avec vos réflexes dans la vie publique, vous avez tué tout ce qui était bon dans la vie publique. Vous l’avez pervertie. Il n’y a plus ni frein dans la bêtise, ni limites, ni aventure, vous les petites filles sages à qui on ferait faire n’importe quoi pour qu’elles puissent conserver une bonne image d’elles-mêmes. Toute velléité de femme se transforme irrémédiablement en merde. On ne le dira jamais assez : la femme est faite pour accueillir pas pour décider.

Quand la télé nous donne à voir de ces femmes ambitieuses professionnellement, je suis partagé entre une envie de vomir et un sentiment de pitié sans fond. Tout comme quand je vois un nègre de maison sur un écran, dans une équipe de sport, par exemple présenté de façon à nous vendre le multiculturalisme. Les nègres que je fréquente ne sont pas des pancartes publicitaires, image servile de blanc à laquelle notre bien pensance compte les faire adhérer et nous faire adhérer. Les femmes que je fréquente se foutent pour la plupart de leur métier. Elles voient bien que les femmes « ambitieuses » ne réussissent plus rien du tout. Seulement entre notre faiblesse d’hommes et leur petit confort, elles ont vite fait de choisir quitte à laisser crever leurs parents, et laisser crever leurs enfants, et foutre dehors leur compagnon.

Les hommes ont aujourd’hui peur de s’engager. L’inverse serait étonnant. Il n’y a plus aucune contre-partie au mariage. Les femmes gagnent tout et ne perdent rien, quelles que soient les décisions qu’elles prennent. Et comme elles ne sont pas meilleures que les hommes, en de telles circonstances, elles abusent. En toute bonne conscience, et sous les encouragements d’une société qui vit au-dessus de ses moyens. Elles se font alors engrosser. Cela ne va pas plus loin. Quand ce petit système s’effondrera, où trouverez-vous mesdames des hommes capables de ramasser vos gamelles , vous qui avez tout investi ? Les pauvres paieront, comme d’habitude.
Car le pauvre est le moindre de vos soucis, malgré vos récriminations. Vous vous nourrissez de la pauvreté de plus petits, voilà pourquoi vous les aimez. Tant et si bien que vous croyez que le pauvre est comme vous : qu’il a besoin d’argent pour sortir de la rue. Foutaises. Dans notre société riche, « >

Lire la suite

115 Commentaires

  1. Ping de Guy Bernard de sexe male:

    Votre texte est si fort, mon cher Léonidas, qu'il me fait penser tout d'un coup au style dévastateur d'un paragraphe gravé dans un roman de Céline contant  avec justesse une certaine médiocrité de la  nature humaine . Si fort et si puissant qu'il aurait pu s'imprimer à la suite de son oeuvre prémonitoire d'un déclin en devenir de l'humanité occidentale , si cet immense écrivain avait vécu et visité notre répugnante civilisation du second millénaire………………….

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "La PMA sera remboursée aux femmes ayant dépassé l'âge à cause du confinement" AFP du 11/06/2020.

    Quel déploiement de marketing pour faire croire aux femmes qu'elles ne seront jamais stériles grâce aux mesures gouvernementales. Pitoyables politiciens. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les parents isolés peuvent signaler les supermarchés qui refusent leurs enfants, annonce Marlène Schiappa" Figaro du 11/04/2020.

    C'est étonnant, cette manière de faire de la politique à partir de cas personnels, d'être ministre des femmes et de défendre maintenant les "parents isolés" parce qu'un avocat s'est vu refusé l'entrée d'un magasin avec son enfant. Dans ce cas précis, les gens ont-ils peur des enfants, ou des parents qui n'éduquent pas leurs enfants ? Difficile à dire. Mais tout est confondu, tout est mélangé, tout est politisé de manière étrange avec les féministes. Et le résultat, c'est une intervention de l'état, là où il ne devrait pas intervenir. 

     

  4. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Dans un monde stérile au féminin, voilà un extrait juteux, immensément jouissif, qui vous fera grandement plaisir, de type BOUM BOUM BOUM, POW POW POW, BBBBBBBBRRRRRRRRRRRRRR, RRRRRRRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! : https://www.youtube.com/watch?v=InR1YucTABQ

    Vous allez rire comme un dingue et suis certain que vous lui piquerez quelques-unes, sinon la totalité de ses '' punchlines ''. L'homme de la vidéo n'est-il pas thermonucléairement destructeur ?

    Une bonne nouvelle : lisez la section des commentaires et ça vous réchauffera le cœur sur l'état du pays.

    Cordialement,

    Cyrus

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Richard Lynn : « Mes travaux sur les différences raciales de QI pourraient nuire à certaines minorités » [Interview]" Breizh du 24/02/2020.

     Il est probablement impossible d’introduire des politiques visant à augmenter la fécondité de ces femmes qui ont presque été éduquées pour ne pas avoir d’enfants. Il est également probablement impossible d’introduire des politiques visant à réduire la fécondité de celles qui ont un faible niveau d’intelligence.

    Bon sang, 62 de QI pour les aborigènes. Ca vole quand même bien près des pâquerettes. 

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les naissances baissent pour la cinquième année consécutive" Figaro du 14/01/2020.

    Les populations immigrées et d'origine immigrées n'arrivent même plus à faire augmenter le nombre de naissances. C'est donc un effondrement de la natalité dans les populations autochtones qui explique là le phénomène, mouvement qui signe là un remplacement total. 

     

    Des enfants de plus en plus fabriqués avec l’aide de la technique :

    « En France, un bébé sur 30 est désormais conçu grâce à une assistance médicale » Figaro du 14/01/2020.

    • Ping de Guy Bernard de sexe male:

      Ubuesque constat…………………..  . Voici le tableau que l'on peut observer dans une ville comme Aix en Provence , à deux pas du Pasino, j'aperçois ce jour,  traverser la rue une grosse femme Africaine , habillée comme telle, trainant seule une armada de pas moins de 7 progénitures de 4 à 10 ans. Et au volant de mon véhicule à un feu rouge , de me poser une simple et unique question , quel sera l'avenir de ces enfants ?????????????

      • Ping de Léonidas Durandal:

        L’avenir de ces enfants, pour la plupart, ce sera leur présent. Nous ne pouvons pas assimiler une telle masse d’immigrés. Ils vivront donc comme au pays, et peut-être même en pire car beaucoup de pays d’Afrique sont en train de se développer. Ils vivront dans une tribu africaine dans la violence d’une banlieue française. Grâce au socialisme.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    "Ne pas avoir d'enfant : une réponse de plus en plus courante à la crise climatique" Figaro du 02/12/2019.

    Ou le résultat de la maltraitance des enfants. Combien d'années vont-ils mettre pour se sortir de leurs chimères ?