Accueil » Femme moderne misérable » Un monde stérile au féminin
AIMELES Antiféminisme

Un monde stérile au féminin

Publié le 1 octobre 2015 par Léonidas Durandal à 11 h 07 min

il aurait besoin de retrouver sa famille, ses enfants, ses repères que vous lui avez pris en tuant l’idée de bon père de famille. Il hait votre monde. Il sent le pauvre, le mensonge, l’aliénation, le collier au cou, les manques de miséricorde individuels.

Vous ne vivez que par la haine. Tel est le monde que vous, femmes de France, occidentales, plutôt de gauche, avez construit en laissant les pires d’entre vous prendre le pouvoir. Un monde d’égoïstes enfermés et pleins de haine. Une haine cachée, sourde, détournée, par derrière, un monde de haine au féminin. Voilà pourquoi notre monde s’écroule. Voilà pourquoi vous n’arrivez même plus à vouloir d’enfants, que vous tuez les autres, ou que vous nous mettez dans des conditions déplorables pour les faire.

Qu’il est triste ce monde stérile que vous avez construit. Qu’il est triste ce mensonge perpétuel, du tout va aller bien. Du le monde de demain féminin nous appartient. De la tyrannie de quelques femmes immondément fortes sur toutes les autres. De votre inconscience.

Vous préférez les chefs hommes, et il y a une bonne raison à cela. Le chef homme est une des dernières garanties qu’un milieu féminisé ne va pas s’effondrer définitivement. Implacablement le chef femme détruit, abuse, stérilise. Peu dans la société sont aussi ridicules que des chefs femmes sauf quand elles singent les hommes. Dans l’imitation vous êtes reines, ça oui, ou pour faire des enfants. Mais jamais vous ne saurez créer dans le monde à la hauteur des hommes, sauf exception. En vérité quand une femme a eu un enfant, que peut-elle faire de mieux ? Elle n’a plus rien à conquérir. Et quand elle n’a pas fait d’enfants c’est encore pire, elle ne connaît rien à la vie.

Je vous regarde de haut femmes prétentieuses, vindicatives et brutales de France 2015, avec mon pénis en bandoulière. Vous ne le prendrez jamais vivant celui-là. Il lui faudra toujours pénétrer, résister, persister, faire vivre, à travers vous ou pas. Opprimez, cherchez la vérité dans l’affrontement, adolescentes éternelles, il reste droit. Je le réserve à une goulue qui en vaille la peine, il en existe, et surtout à une qui ne voudra pas se battre contre moi avec le phallus qu’elle n’a pas, mais qui acceptera de se soumettre à sa réalité de femme, consciente de son utérus, effrayée par sa possible hystérie. Et je ne saurais que trop conseiller à tous les hommes de faire de même. La femme phallique est une utopie sans lendemain derrière laquelle rien ne repousse. Pas d’enfants. Pas de croissance. Pas d’invention. Pas de génie. Pas de famille. Pas de nature. Pas de paix. Pas d’amour. De l’incohérence seule.

Vous avez fait de nous objectivement vos ennemis. Il ne nous reste que le fantasme. Vous ne me ferez plus courir derrière vos chimères. Les femmes ont besoin des hommes. L’inverse est moins vrai. Il suffit pour cela de dominer sa pulsion, et de vous la cracher au visage en signe de mépris. Je ne vous demanderai jamais plus de me respecter, je le serai à jamais, sûr de moi face à vos invectives pour dominer, devant vos doutes et vos remises en question permanentes pour déstabiliser ou vous rassurer, et votre constante recherche de force.

Ainsi l’homme que vous avez voulu voir naître est né. Il ne vous idolâtre plus, il vous méprise. Il a passé le désert que vous lui avez imposé de traverser, et aujourd’hui il est bien curieux : vous qui ne dominez que par mépris de nos passions, que ferez-vous avec un homme qui les domine ?

115 Commentaires

  1. Ping de Guy Bernard de sexe male:

    Votre texte est si fort, mon cher Léonidas, qu'il me fait penser tout d'un coup au style dévastateur d'un paragraphe gravé dans un roman de Céline contant  avec justesse une certaine médiocrité de la  nature humaine . Si fort et si puissant qu'il aurait pu s'imprimer à la suite de son oeuvre prémonitoire d'un déclin en devenir de l'humanité occidentale , si cet immense écrivain avait vécu et visité notre répugnante civilisation du second millénaire………………….

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "La PMA sera remboursée aux femmes ayant dépassé l'âge à cause du confinement" AFP du 11/06/2020.

    Quel déploiement de marketing pour faire croire aux femmes qu'elles ne seront jamais stériles grâce aux mesures gouvernementales. Pitoyables politiciens. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les parents isolés peuvent signaler les supermarchés qui refusent leurs enfants, annonce Marlène Schiappa" Figaro du 11/04/2020.

    C'est étonnant, cette manière de faire de la politique à partir de cas personnels, d'être ministre des femmes et de défendre maintenant les "parents isolés" parce qu'un avocat s'est vu refusé l'entrée d'un magasin avec son enfant. Dans ce cas précis, les gens ont-ils peur des enfants, ou des parents qui n'éduquent pas leurs enfants ? Difficile à dire. Mais tout est confondu, tout est mélangé, tout est politisé de manière étrange avec les féministes. Et le résultat, c'est une intervention de l'état, là où il ne devrait pas intervenir. 

     

  4. Ping de Cyrus de sexe male:

    Bonsoir M. Durandal,

    Dans un monde stérile au féminin, voilà un extrait juteux, immensément jouissif, qui vous fera grandement plaisir, de type BOUM BOUM BOUM, POW POW POW, BBBBBBBBRRRRRRRRRRRRRR, RRRRRRRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! : https://www.youtube.com/watch?v=InR1YucTABQ

    Vous allez rire comme un dingue et suis certain que vous lui piquerez quelques-unes, sinon la totalité de ses '' punchlines ''. L'homme de la vidéo n'est-il pas thermonucléairement destructeur ?

    Une bonne nouvelle : lisez la section des commentaires et ça vous réchauffera le cœur sur l'état du pays.

    Cordialement,

    Cyrus

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    "Richard Lynn : « Mes travaux sur les différences raciales de QI pourraient nuire à certaines minorités » [Interview]" Breizh du 24/02/2020.

     Il est probablement impossible d’introduire des politiques visant à augmenter la fécondité de ces femmes qui ont presque été éduquées pour ne pas avoir d’enfants. Il est également probablement impossible d’introduire des politiques visant à réduire la fécondité de celles qui ont un faible niveau d’intelligence.

    Bon sang, 62 de QI pour les aborigènes. Ca vole quand même bien près des pâquerettes. 

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    "Les naissances baissent pour la cinquième année consécutive" Figaro du 14/01/2020.

    Les populations immigrées et d'origine immigrées n'arrivent même plus à faire augmenter le nombre de naissances. C'est donc un effondrement de la natalité dans les populations autochtones qui explique là le phénomène, mouvement qui signe là un remplacement total. 

     

    Des enfants de plus en plus fabriqués avec l’aide de la technique :

    « En France, un bébé sur 30 est désormais conçu grâce à une assistance médicale » Figaro du 14/01/2020.

    • Ping de Guy Bernard de sexe male:

      Ubuesque constat…………………..  . Voici le tableau que l'on peut observer dans une ville comme Aix en Provence , à deux pas du Pasino, j'aperçois ce jour,  traverser la rue une grosse femme Africaine , habillée comme telle, trainant seule une armada de pas moins de 7 progénitures de 4 à 10 ans. Et au volant de mon véhicule à un feu rouge , de me poser une simple et unique question , quel sera l'avenir de ces enfants ?????????????

      • Ping de Léonidas Durandal:

        L’avenir de ces enfants, pour la plupart, ce sera leur présent. Nous ne pouvons pas assimiler une telle masse d’immigrés. Ils vivront donc comme au pays, et peut-être même en pire car beaucoup de pays d’Afrique sont en train de se développer. Ils vivront dans une tribu africaine dans la violence d’une banlieue française. Grâce au socialisme.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    "Ne pas avoir d'enfant : une réponse de plus en plus courante à la crise climatique" Figaro du 02/12/2019.

    Ou le résultat de la maltraitance des enfants. Combien d'années vont-ils mettre pour se sortir de leurs chimères ?