Accueil » Homme en lutte » Une petite gifle et leur monde s’effondre
AIMELES Antiféminisme

Une petite gifle et leur monde s’effondre Des résultats de la féminisation

Publié le 15 juin 2021 par Léonidas Durandal à 10 h 31 min

avoir à assumer les conséquences de ses décisions. Il ne mérite pas sa place de bourgeois. Il l’a usurpée à force d’injustice. Il déchoit. La meilleure attitude qu’il pourrait adopter, serait celle d’un conservateur qui s’assume. Au moins là, serait-il au clair avec ses idées.

Nous sommes dans un pays où un lâche qui s’est pris une bouffe publiquement, voit sa côte de popularité augmenter. N’est-il pas en l’occurrence, la victime de sa médiocrité, et cette gifle n’était-elle pas amplement méritée ? Les sondages n’auraient-ils pas dû rester inchangés ? Eh bien non. Une partie de la population qui a constaté à quel point il était incompétent, préfère se rallier à sa cause parce qu’il s’est révélé être un faible et un lâche, parce que cette partie de la population se sent elle-même lâche et insécurisée dans son corps. Il faudrait beaucoup de conditions pour être autorisé à voter dans une démocratie viable.

 

Nous sommes dans un pays où le peu d’opposition tentant de résister à la féminisation totalitaire des esprits, essaie de justifier, au mieux, la baffe par l’idéal chevaleresque du donneur de baffe. Comme si cette baffe ne méritait pas d’être défendue pour ce qu’elle est : un acte politique très fort, d’une personne ayant renoncé à l’assassinat de son opposant, mais qui entendait tout de même remettre à sa juste place notre chef de l’état en pleine campagne électorale (financée par le contribuable, énième passe droit de notre monarque socialiste). Ainsi, même la vraie opposition dans notre pays, ne conçoit plus l’engagement physique dans la lutte et paraît surprise que certains de ses militants aient été pris à partie sur ce mode là, tandis que par le passé, c’était systématiquement le cas. Qu’ils soient de droite ou de gauche, tous les commentateurs essaient de jouer les vierges effarouchées face à ce genre d’incident. C’est à celui qui se dira le plus victime, ou le moins agresseur. L’attaque n’est plus glorieuse ni méritée. L’attaque n’est même plus défense. Et pourtant…

Notre monde a donc perdu tout sens de l’esthétique. Cette baffe magistrale a été condamnée de tout bord et sanctionnée judiciairement avec la caution de l’opinion publique. Personne n’y a vu une envolée lyrique « Monjoie Saint Denis, A bas la macronie », ni une remise en ordre du monde, ni un acte viril éblouissant, qui aurait pu tempérer la dénonciation publique hypocrite. De mon bord, j’ai entendu « hurluberlu », « rêveur », « gentil garçon », et à la rigueur, « chevalier », « Don Quichotte ». Notre gifleur se serait donc situé, au mieux, du côté des moulins à vent. J’aimerais bien qu’il en tourne beaucoup des comme ceux-là dans notre pays.

Qu’est-ce qu’un pays où aucune virilité n’est permise, où celle-ci est impitoyablement sanctionnée, et n’est défendue par personne, ne serait-ce par une extrême minorité ? (moi) Voilà ce qui devrait être appelé « pays féminisé » et rendre honteux celui à qui lui appartient. Car dans ce pays, l’incohérence règne, mais aussi la laideur morale, l’absence de culture, le manque d’engagement, le politiquement correct en résumé. Tout ce qui est inhumain. Et ce pays décadent, malgré son calme apparent, n’est pas loin du chaos, et du tyran qui l’accompagne. A vrai dire, il vit déjà de chaos et de tyrannie, tout en prétendant lutter contre.

Laisser un commentaire

Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

-

Votre sexe SVP :

-

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.