Accueil » Enfance détruite » Une société capitaliste d’enfants mal sevrés
AIMELES Antiféminisme

Une société capitaliste d’enfants mal sevrés

Publié le 8 septembre 2016 par Léonidas Durandal à 15 h 38 min

cette génération tant qu’elle peut rêver d’avoir le dernier portable à la mode, ou le dernier vêtement qui fera d’elle une personne reconnue, et dont le conformisme en exercice le plus récent est le couple.

Cette génération, mais pas toute cette génération. Il y en a qui résistent. Face à la crise, l’échange de produits d’occasion court-circuite l’imposition injuste, mais aussi la gabegie. L’intérêt des adolescents pour la téléréalité montre une réelle aspiration pour les sentiments humains et les conditions de leur durabilité. La différence sexuée est toujours aussi marquée chez les internautes dont ils font la promotion. Le partage, parfois le courage et le désir de débattre existent chez eux plus que chez nombres d’adultes défraîchis. Enfin, il persiste une audience pour la dissidence sur le net en matière d’humour et d’idées politiques, M Dieudonné M’Bala M’Bala et Alain Soral en étant les résurgences les plus visibles, forcément masculines.

Un enfant en bas âge a besoin de la présence de sa mère. Les familles ont besoin d’hommes reconnus

Cette société est malade de l’absence de ses mères, et paradoxalement de leur trop grande présence. En fait, ce mouvement de balancier n’est pas assez contre-balancé par une présence masculine d’autorité reconnue dans les familles. Aux hommes de se montrer dignes d’être aimés. Aux femmes de leur faire une place pour que les enfants soient aidés en toute mesure avant de quitter le foyer et s’émanciper. Aux femmes de s’occuper de leurs enfants, quand il est temps.

39 Commentaires

    • Ping de 100pourcenteduque@parunefemme.com:

      Monsieur Léonidas,
      Cher Léo,

      Il y a le mec qui prend le selfie et celui qui prend photo de celui qui fait le selfie.

      Le premier prend le selfie pour faire le cake sur les réseaux sociaux, le second pour faire de la dénonciation sur les réseaux sociaux.

      Je crois que je mets les deux dans le même panier.

      Bon ceci étant l’histoire est parfaite un « male blanc »  pris à défaut alors que la victime est une femme …..  c’est très male toxicité tendance.

      BORN TO BE TOXIC

       

       

       

      • Ping de Léonidas Durandal:

        De ce point de vue, ce pourrait être cocasse. Cependant, le type a quand même perdu les pédales. C’était bon qu’il soit dénoncé.
        Nous gagnerons en crédibilité en étant justes.
        Un homme doit toujours être juste.
        Celui-là a voulu se la péter pour de la veine gloriole. C’était du n’importe quoi.

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    «  »Je me sens en compétition avec ma nounou » », L’Express du 16/05/2018.

    Les mêmes qui vous disent que la patrimoine génétique n’est rien, laissent l’éducation de leurs enfants à d’autres. Si le patrimoine génétique n’avait pas d’importance, elles ne seraient plus rien pour leurs enfants.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    « Non, l’internat n’est plus une punition ! », Le Point du 08/05/2018.

    Si quitter sa famille à 10 ans n’est plus une punition, quelles familles avons-nous construites ?

  3. Ping de Cyrus:

    Bonjour à tous,

    Lorsque la politique française se détache de sa finalité morale – catholique – il faut en comprendre l’une des raisons. Voici un magnifique téléfilm à voir et à revoir (les acteurs sont excellents dans leur rôle) : https://www.youtube.com/watch?v=xxgg3cU3B2E

    Dîtes-moi ce que vous en pensez.

    Cordialement,

    Cyrus

  4. Ping de Cyrus:

    Bonjour M. Durandal,

    Bonjour à tous,

    Pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et les malheurs de la France en particulier, je pense que le visionnement de cette vidéo s’impose (et la lecture des livres de ce philosophe aussi ; certains étant plus facile d’accès que d’autres) : https://www.youtube.com/watch?v=PWcBKVcz12E

    Dîtes-moi ce que vous en pensez.

    Cordialement,

    Cyrus

    • Ping de Cyrus:

      Rebonjour M. Durandal,

      Avez-vous regardé les deux liens web ci-haut ?

      Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

      Cordialement,

      Cyrus

      P.S. Êtes-vous allé voir Star Wars Épisode VIII : Les derniers Jedi ?

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Il faut que vous sachiez M Cyrus, que je n’ai pas le temps, ni toujours les moyens matériels de faire ce que j’ai envie. J’aimerais avoir le temps d’aller voir des milliers de films et de lire également. Mais j’ai rarement le temps et l’argent pour le faire. Par exemple, sur votre lien sur la loi de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, il me semble en connaître assez par rapport aux thèmes de mon blog. Et entamer des discussions culturelles sur d’autres sujets m’est presque impossible. J’essaie de consulter vos liens au maximum. Mais ne me demandez pas d’en faire le commentaire en plus. J’en ai rarement le temps, et je préfère consacrer le peu que j’ai à la lutte contre le féminisme. Merci de comprendre ma position.

      • Ping de Léonidas Durandal:

        Ca y est. Je l’ai vu. C’est sacrément plus réussi que l’autre. Dommage que ce soit toujours pour nous vendre de la merde progressiste. Je suis certain que le Rian Johnson pourrait faire quelque chose de sa vie, s’il avait un jour les coudées franches.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Récit d’un burn-out: « Ma chance, c’est d’être tombé malade avant d’être mort » », Les Echos du 21/12/2017.

    Sur 6 personnes lors d’une réunion de soins, 4 faisant partie de professions intellectuelles. Ici, l’enfant mal aimé  durant son enfance a l’impression qu’il doit travailler jusqu’à l’absurde pour faire plaisir à maman, soit de crever, ce qui est le comble de l’inefficience. Dans un autre style mais…

    « Entre divorces et burn-out, les sacrifices des proches d’Emmanuel Macron », Le Point du 20/12/2017.

    Il y a pire que de servir les femmes dans le secteur marchand. Il y a de servir l’Etat protecteur de ces dames.