Accueil » Femme moderne misérable » (Vidéo) Le vrai scandale Weinstein : le témoignage sur la prostitution des actrices
Antiféminisme Aimeles

(Vidéo) Le vrai scandale Weinstein : le témoignage sur la prostitution des actrices

Publié le 26 octobre 2017 par Léonidas Durandal à 7 h 59 min

Harvey Weinstein, producteur progressiste d’Hollywood, a été mis au pilori par ceux qui l’encensaient juste avant. Accusé d’agressions sexuelles, et désormais de viol, il a même réussi à déclencher une chasse aux sorcières généralisée contre « les hommes », accusés de tous les maux (surtout s’ils sont blancs et qu’ils ont plus de 50 ans évidemment).

Or la semaine dernière, un témoignage crucial publié par l’Obs, est passé inaperçu alors qu’il montre un aspect très différent de cette affaire. Si quelques actrices auraient été malmenées par le producteur, une majorité seraient sorties de sa suite avec le sourire et auraient bénéficié par la suite de ses largesses. Ainsi, son chauffeur affirme que de nombreuses inconnues sont devenues célèbres grâce à lui. L’arbre des fausses agressions cacherait la forêt d’une prostitution généralisée de femmes qui auraient profité de ses services. Ces « actrices » se seraient servies de la faiblesse du bonhomme pour arriver à leurs fins.  La propagande féministe masque actuellement ce fait avéré, dont l’ampleur, les noms, les circonstances exactes n’ont pu être déterminés.

 

Si la vidéo n’est pas visible sur Rutube, aller sur Dailymotion en cliquant ici

 

Il est certain que la réputation d’Harvey Weinstein était telle qu’elle était l’objet de plaisanteries dans le milieu cinématographique, et même jusque dans les séries télévisées et les émissions. Dès lors, il est difficile d’imaginer que toutes celles qui se sont retrouvées dans sa chambre d’hôtel étaient là par hasard, excepté les très jeunes actrices, en des temps reculés. Au mieux, certaines « victimes » ont été tentées de passer à l’acte avant d’être prises par les remords. Dans le cas général, elles s’y sont retrouvées de leur plein gré, conscientes de ce qu’elles faisaient et poussées par l’appât du gain. 

 

Comme toujours, l’écran féministe

En plus de donner un sauf-conduit aux principales coupables, le sacrifice du bouc émissaire Harvey Weinstein nous empêche d’aborder ce problème sereinement pour lui trouver des solutions.

Le vrai scandale Weinstein est celui d’un chantage, et non celui de pseudos agressions sexuelles. Probable chantage d’Harvey Weinstein sur quelques unes de ces femmes (et cela reste à prouver), mais surtout relation de prostitution acceptées par une majorité de celles qui sont passées par sa chambre et qui aujourd’hui, ont intérêt à se taire, ou pire, à l’accuser de viol pour se couvrir, et pour continuer à se faire payer sur la bête

Il est à penser que si des Harvey Weinstein n’existaient pas, le chantage et les mauvaises manières auraient moins cours dans notre société progressiste. Mais il est aussi à penser que si une majorité d’actrices ne se comportaient pas en putains, de tels hommes n’auraient même pas l’idée d’agir comme il a agi.

Les médias se posent la question : comment Harvey Weinstein a pu prospérer aussi longtemps. La réponse est pourtant simple : il a bénéficié de la protection de toutes celles qui lui devaient leur emploi.

Encore aujourd’hui, le féminisme, en se focalisant uniquement sur le problème Harvey Weinstein protège des femmes malhonnêtes, parce qu’elles sont femmes, quitte à permettre qu’un tel système de prédation prospère en handicapant les actrices qui elles, ont refusé ce genre de relation. 

Si le féminisme avait un avenir, il n’utiliserait pas ce concept de domination patriarcal qui en l’occurrence est incapable d’expliquer pourquoi un seul homme a profité du système tandis qu’elles ont été des centaines à se satisfaire de sa faiblesse.

Le féminisme, en confondant le père et l’absence de règles, montre ainsi qu’il est avant tout un mouvement rempli de personnes à l’esprit obsédé par des considérations personnelles, celles-là même qui leur permettent de nous donner Harvey Weinstein comme un modèle d’oppression patriarcal, alors qu’à l’évidence, il a failli dans sa masculinité en cédant aux lanternes de la libération sexuelle. 

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

6 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Je vais te tuer »: Salma Hayek raconte Harvey Weinstein, « son monstre » », L’Express du 13/12/2017.

    Là on a de la belle révisionniste.

     « Mais pourquoi tant d’entre nous, en tant qu’artistes féminines, devons-nous faire la guerre pour raconter nos histoires alors que nous avons tant à offrir? », demande-t-elle ?

    La vraie phrase étant « Pourquoi devons nous faire l’effort de nous prostituer ? »

  2. Commentaire de Messaoud:

    Je me sens vieux. Il faut vraiment être tombé de la dernière pluie pour ne pas être au courant de ce qui se passe dans le milieu du cinéma.

    Est-ce une « convention sociale » de faire semblant d’être étonné ?

     

     

     

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « « Pierre Bergé n’avait aucune limite, il était entouré d’esclaves sexuels. » Révélations choc d’un ex-amant », Breizh du 02/11/2017.

    Ben, si on devait harceler des femmes parce qu’elles se prostituent et des pédés tortionnaires, où le monde irait-il ? Heureusement, que la science et leur argent ne leur permet pas de vivre éternellement, sinon jamais la vérité ne se saurait.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) Jean-Pierre Mocky sur les actrices qui se prostituent :

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription