Accueil » Eglise/Religion » Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.
AIMELES Antiféminisme

Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.

Publié le 8 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

dont la foi catholique a dû progressivement se séparer pour faire survivre l’idée du vrai dogme.

 

Pourquoi nous sommes nous tant déchirés autour du culte marial sinon parce qu’une erreur s’est mélangée à la révélation christique ?

 

Allons du côté de la révélation.

Les Evangiles ne sont pas la révélation directe de Jésus. Ils sont des faits rapportés. Parmi ces Evangiles peuvent sourdre certaines imprécisions, et il n’est pas étonnant d’y trouver des incohérences quand l’imaginaire du peuple s’est emparé de lui. On sait d’ailleurs que l’imaginaire populaire, ou les croyances anciennes, se sont infiltrées dans les Evangiles, car l’Eglise a dû en écarter certains, dits « apocryphes » véritablement trop délirants à certains moments. Il n’est pas dit que ces Evangiles apocryphes soient entièrement faux. D’ailleurs ils recoupent parfois les 4 Evangiles que nous avons retenus, mais ils sont très suspects. A l’inverse, si les 4 Evangiles que nous avons retenus historiquement sont très proches de la vérité révélée, il n’est pas dit qu’ils ne s’y soient pas glissés quelques erreurs populaires. Nous pouvons identifier ces erreurs quand la logique manque, ou semble faible, quand cette logique ne sert plus la révélation. Dieu nous a donné la logique pour asseoir la révélation, je le répète, et donc, d’un moyen pour combattre le mal, non point pour révéler Dieu. Ainsi, la logique n’exclut pas la révélation, au contraire, elle permet de la valider pleinement, et d’écarter ce qui n’est pas de son domaine. Mais le raisonnement doit être assis sur la révélation. Sinon, les erreurs théologiques qui s’en suivent, obligent les théologiens à tout un tas de constructions faîtes sur le sable pour faire accepter au croyant sincère, une erreur. En l’occurrence seule l’Eglise est capable de faire cet « écrémage » et d’identifier les erreurs du passé au sein même des textes qui ont été validés. Valider l’ensemble des textes, ce serait faire comme les Mohamétans et dire que Dieu a directement écrit nos Evangiles. Tel n’est pas le cas chez nous. Jésus est un être personnel, qui s’adresse à nous personnellement. L’écrit doit toujours venir en second chez les Chrétiens. Et comme les écrits de Platon ne sont que les retranscriptions des dires De Socrates, les Evangélistes, aussi Saints soient-ils, n’ont fait que traduire une parole pur Esprit, impossible à retranscrire exactement à l’écrit. Jésus n’a pas écrit à dessein. Et comme à son habitude, Il cherche à nous mener toujours plus loin, ici en affirmant qu’Il n’a pas tout dit ( Jean 16 12-13). Son message entier nous sera délivré plus tard, quand nous serons capables de l’entendre. Les Evangiles ne sont donc pas l’unique source spirituelle pour un catholique. J’imagine que Jésus complète chez nous son message à chaque fois que nous prions assez  pour ce faire, ou à chaque fois que nous comprenons l’expérience de notre Eglise qui prie depuis 2000 ans. L’Esprit Saint tient donc une grande place dans notre vie de catholique. Seule la prière et l’Eglise nous permettent de compléter le message de Jésus quand nous ne comprenons plus nos vies. Si nos 4 Evangélistes ont forgé notre Foi, une Foi assise sur une révélation, celle-là se double d’une réflexion, d’un débat, d’un dépassement, l’appel au discernement de l’Esprit Saint, bien loin de toute paresse religieuse, et de toute certitude qui ne soit pas un fruit expérimenté à la lumière des grâces de Dieu et de ce que nous avons expérimenté de la révélation en corrélation avec notre propre vie. Ainsi, nous pouvons nous tromper sur Jésus, comme je vais peut-être le faire, cela nous sera pardonné si tel est le cas et si nous le demandons, mais nous n’avons pas le droit de blasphémer l’Esprit Saint seul garant que nous pourrons un jour comprendre dans nos vies le message de Dieu et du Christ (Matthieu 12 31) . Voilà qui explique comment des erreurs ont pu s’introduire au cours des années, mais aussi comment nous les éliminons progressivement à force d’expériences et de savoirs, à force de prières, à force d’incantations auprès de l’Esprit Saint, à force d’être guidés spirituellement par de saints hommes. La aussi, comme le dit Jésus Lui-même, le message nous est révélé progressivement, non pas parce que Dieu ne connaît pas le message, mais parce que nous sommes souvent incapables de l’entendre. Ainsi la Trinité va nous chercher dans notre humanité car Elle sait combien nos sentiments ont le pouvoir de nous détourner de la révélation et de toute raison. Bien que catholiques, ce qui va étonner ceux qui ne le sont pas, « >

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le Vatican paye en Pachamama" MPI du 20/10/2020.

    "Entre la vénération de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la Terre Mère, il y a la distance entre le christianisme et un culte païen. " 

    Difficile à différencier dans notre Eglise…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Tribus Circiter (Saint Pie X)" MPI du 11/06/2020.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Eglise catholique refuse d’être instrumentalisée par Salvini », Les Echos du 23/05/2019.

    « « Je confie ma vie et la vôtre au Coeur immaculé de Marie qui, j’en suis sûr, nous portera à la victoire », »

    Je n’ai pas trop entendu notre Eglise quand il s’agissait de dénoncer les récupérations du lobby LGBT. Finalement, celui qui n’amasse pas contre nous est avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Savoir donner » Carême dans la ville du 20/03/2019.

    Eh bien non, l’important ce n’est pas de donner, mais de savoir pourquoi on le donne, comment et dans quel but, car nous avons aussi une responsabilité en ce monde.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jean-Marc Sauvé, un éclaireur dans l’Église », L’Express du 07/02/2019.

    Cette idée que l’Eglise puisse être pure, sans aucun pécheur en son sein, est une idée du diable.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu » », Jeanne Smits du 06/12/2018.

    J’aime à penser que son refus est assis sur une volonté d’élever son agresseur, et non pas sur un désir égoïste. Voilà la différence entre un culte marial et un culte catholique. Le catholique se sait sauvé, même violé, et il pense surtout à l’âme de ses adversaires. Il les considère plus qu’eux-mêmes ne se considèrent. Le tenant du culte marial ne pense qu’à lui en se croyant héroïque. Ce dernier ne vit qu’un enfermement là ou l’autre s’offre au monde en luttant contre le démon qui veut nous faire croire que les conversions les plus improbables ne sont pas possibles.

    Jamie Schmidt aurait pu être sodomisé de force, sa chasteté aurait été préservée. Mais elle a mis son agresseur face à la possibilité de renoncer au mal, de convertir son coeur. Et le diable ne l’a pas supporté.

    Face à un tel acte, je vous fiche donc mon billet que Thomas Bruce va se convertir avant de mourir, se convertir à la vraie foi, celle qui naît du sang des martyres, car Jamie Schmidt a posé un regard d’amour sur lui, refusant de céder au diable qui avait pris possession de son corps et de son esprit. Qu’elle ait refusé d’être violée est donc ici un détail. L’essentiel étant qu’elle ait posé un regard d’amour sur son agresseur (notre Père).