Accueil » Eglise/Religion » Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.
AIMELES Antiféminisme

Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.

Publié le 8 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

nous sommes donc capables d’erreurs. L’erreur (dépassée) est même à la base de notre Foi. Un des problèmes qui se pose à nous, est de savoir comment révéler ces erreurs qui se sont introduites dans un dogme riche, sans écorner toutefois la révélation, et au préalable, de savoir si nous sommes toujours capables d’entendre ce que nous dit le texte. Il s’agit aussi d’évaluer les messages que nous recevons de l’Esprit Saint, pour ne pas sombrer dans un délire mystique. Pour remplir tous ces objectifs à la fois, le croyant catholique se doit de respecter fermement la révélation tout en lui appliquant une logique ferme.

 

 

Une logique de la révélation.

 

Sur les 4 Evangiles, deux révèlent la divinité du Christ par l’action directe de Dieu lors du baptême auprès de Saint Jean Baptiste (Marc, Jean), deux autres la définisse avant la naissance du Christ par l’intervention d’un ange auprès de Marie (Matthieu, Luc).

 

Ces deux Evangiles sont ceux-là qui parlent de la virginité mariale. Etrangement ils font référence à un Evangile apocryphe (Evangile de la nativité de Sainte Marie) peut-être un des moins délirants des apocryphes qui dit que Marie était une vierge consacrée au temple, qu’étant en âge d’être mariée, elle devait quitter le temple et qu’elle fut donc choisie, à cette occasion pour prendre la place de la femme de Saint Joseph, celui-ci étant devenu veuf. Jusque là, rien d’étonnant (si ce n’est la virginité mystique et égale à celle de Marie, de la mère de Marie).

 

Le premier redressement que je voudrais opérer et qui précède, finalement tous les autres, c’est celui de la filiation de Jésus. Le Messie annoncé doit être un descendant de David (Isaï 11-1 et 11-10). Jésus est un descendant de David, mais pas par Marie (Matthieu 1). Jésus est dit descendant de David par Joseph. Or s’Il n’a pas été engendré par la chair de Joseph, Il ne peut être descendant de David. Ce serait une construction ex post de vouloir instituer la paternité de Joseph à partir d’un leg donné à Jésus qui serait celui de la loi (idée défendue par Benoît XVI dans « l’enfance de Jésus »). Or :

 

  • Pas une seule fois Jésus ne se réfère à Joseph concernant les lois mosaïques. Par contre, quand ses parents le retrouvent au milieu du temple, les textes précisent bien qu’Il s’éveille en ce lieu : « …assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant. » (Luc 2 46). Très jeune, Jésus est déjà tout à Dieu, comme happé par l’instruction juive qui l’attire en dehors de sa famille naturelle. Certes, Joseph respecte les prescriptions de la loi. Cependant cela ne peut suffire pour faire de Jésus un descendant de David. N’importe quelle personne qui respecterait ces prescriptions, n’en deviendrait pas pour autant un descendant de David, ni un Juif par ailleurs. 
  • L’Ancienne Alliance et la Nouvelle Alliance sont des lois édictées par Dieu, non par Saint Joseph. Saint Joseph pourrait être le médiateur de Dieu. Mais à ce compte là, Jésus aurait pu se retrouver avec autant de pères issus de la lignée de David qu’il en aurait rencontré au sein de la communauté juive qu’il fréquentait. Autant dire que Saint Joseph ne serait plus vraiment son père à part entière, que sa paternité n’aurait plus vraiment de sens, et qu’on se pourrait même se demander pourquoi les textes en auraient fait mention.
  • Qu’il y ait continuation de la loi, n’empêche point la rupture à la lumière de la révélation, notamment rupture d’avec la tradition juive de l’époque, dont celle de Saint Joseph. (Luc 2 -49 50). La paternité de Saint Joseph établie sur la transmission de la loi en serait entamée d’autant alors que Jésus en serait l’élément disruptif.

 

Première conclusion, mais conclusion d’importance.

 

Si on veut respecter la révélation, à mon avis, Jésus est bien le fils naturel de Joseph. Mais si l’on veut respecter la révélation, il est aussi fils de Dieu. Je crois que ces deux positions ne sont pas contradictoires, pas du tout, bien au contraire. Dieu a agi à travers le corps de Sainte Marie, pourquoi ne l’aurait-il pas fait à travers celui de Saint Joseph ?

 

Conséquences d’un enfantement naturel.

 

Cet enfantement naturel, loin d’abaisser la divinité du Christ,  nous révèle ce fait essentiel : nous pouvons tous devenir fils et filles de Dieu par le baptême. D’ailleurs et for heureusement, Sainte Marie n’a jamais été déclarée femme de Dieu, mais mère du Christ. Et mère du Christ, elle n’en est pas moins la femme de Saint Joseph. Dans un schéma identique et parallèle à Sainte « >

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le Vatican paye en Pachamama" MPI du 20/10/2020.

    "Entre la vénération de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la Terre Mère, il y a la distance entre le christianisme et un culte païen. " 

    Difficile à différencier dans notre Eglise…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Tribus Circiter (Saint Pie X)" MPI du 11/06/2020.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Eglise catholique refuse d’être instrumentalisée par Salvini », Les Echos du 23/05/2019.

    « « Je confie ma vie et la vôtre au Coeur immaculé de Marie qui, j’en suis sûr, nous portera à la victoire », »

    Je n’ai pas trop entendu notre Eglise quand il s’agissait de dénoncer les récupérations du lobby LGBT. Finalement, celui qui n’amasse pas contre nous est avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Savoir donner » Carême dans la ville du 20/03/2019.

    Eh bien non, l’important ce n’est pas de donner, mais de savoir pourquoi on le donne, comment et dans quel but, car nous avons aussi une responsabilité en ce monde.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jean-Marc Sauvé, un éclaireur dans l’Église », L’Express du 07/02/2019.

    Cette idée que l’Eglise puisse être pure, sans aucun pécheur en son sein, est une idée du diable.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu » », Jeanne Smits du 06/12/2018.

    J’aime à penser que son refus est assis sur une volonté d’élever son agresseur, et non pas sur un désir égoïste. Voilà la différence entre un culte marial et un culte catholique. Le catholique se sait sauvé, même violé, et il pense surtout à l’âme de ses adversaires. Il les considère plus qu’eux-mêmes ne se considèrent. Le tenant du culte marial ne pense qu’à lui en se croyant héroïque. Ce dernier ne vit qu’un enfermement là ou l’autre s’offre au monde en luttant contre le démon qui veut nous faire croire que les conversions les plus improbables ne sont pas possibles.

    Jamie Schmidt aurait pu être sodomisé de force, sa chasteté aurait été préservée. Mais elle a mis son agresseur face à la possibilité de renoncer au mal, de convertir son coeur. Et le diable ne l’a pas supporté.

    Face à un tel acte, je vous fiche donc mon billet que Thomas Bruce va se convertir avant de mourir, se convertir à la vraie foi, celle qui naît du sang des martyres, car Jamie Schmidt a posé un regard d’amour sur lui, refusant de céder au diable qui avait pris possession de son corps et de son esprit. Qu’elle ait refusé d’être violée est donc ici un détail. L’essentiel étant qu’elle ait posé un regard d’amour sur son agresseur (notre Père).