Accueil » Eglise/Religion » Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.
AIMELES Antiféminisme

Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.

Publié le 8 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Marie, un homme a pu engendrer le Christ sans s’élever au niveau du Créateur. En vérité, et pour ce qui nous concerne, nous qui ne sommes pas le Christ à notre naissance, ni issus de la Sainte Famille, c’est le baptême par l’Esprit Saint qui fait de nous des enfants de Dieu, des héritiers de Jésus. Nous devons prier, non seulement Sainte Marie, pour la grâce de son exemple, mais aussi Saint Joseph dans un même ordre d’idée, tout en gardant à l’esprit leurs différences. Les autres humains, qui ne sont pas baptisés, non héritiers du saint modèle, ne sont que des enfants de la création de Dieu, ce qui est déjà pas mal, mais ce qui fait une grosse différence. D’ailleurs dans les deux Evangiles qui ne parlent pas de Sa naissance, Jésus est justement institué fils de Dieu par l’Esprit Saint auprès de Saint Jean Baptiste. Ce doit être un signe pour nous tous. Jésus, divin car seul humain ayant été prédestiné par Dieu, Roi des humains, s’abaisse au moment de son baptême à devenir un simple enfant de Dieu. Dans notre baptême, nous nous rapprochons de Dieu et Dieu se rapproche de nous. Dans son baptême, Jésus s’est rapproché de l’humanité jusqu’à vouloir donner sa vie pour elle. Nous nous aidons de Jésus pour accomplir notre marche vers Dieu. Et la main tendue de Dieu vers notre humanité se révèle dans cette sanctification.

Dans le dogme actuel de l’Eglise et contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette idée d’enfantement naturel, loin de bouleverser notre Eglise ne ferait que la renforcer. Cette idée n’est pas si éloignée de nos pratiques actuelles. Cette idée est un surplus, plus qu’elle n’annulerait nos croyances passées. Par exemple, cette idée ne supprimerait pas l’annonciation. Pourquoi Dieu n’aurait-il pas révélé à Marie le sort de son fils, sa prédestination unique, comme un signe, même si ce fut de manière obscure, ce qui expliquerait l’attitude pour le moins étrange de Marie qui ne comprend pas son fils devenu adulte (Luc 41 50). Cela ne supprimerait pas la virginité de Marie non plus, mais virginité de vierge consacrée au temple avant mariage. Je pense qu’il a dû y avoir confusion sur ce terme de vierge dans les récits populaires qui ont suivis. Ce genre de récits a existé dans d’autres sectes. Cette idée est une reprise. Elle ne fait certainement pas parti de la révélation. Oui, Marie était bien vierge et pure au mariage et elle l’est restée, car un acte sexuel entre mari et femme couvert de l’onction de la grâce divine ne pourra jamais être considéré comme impur. Même un viol ne pourrait pas rendre impur une femme car il n’y a que ce qui vient de l’intérieur qui peut rendre impur (Marc 7 20-23). Le violeur est impur, non pas la violée. Cette volonté de voir Marie enfanter vierge est donc, pour le moins suspecte, quand on sait que tout le message de Jésus s’oppose à ce genre de « pureté extérieure ». Marie est pure, mais intérieurement.

 

Mais allons plus loin. Cette idée de virginité à l’accouchement et donc de pureté physique, instituerait-elle l’idée que Marie aurait perdu son hymen à l’accouchement de Jésus ? Pour préserver la virginité mariale perpétuelle et physique, les tenants de cette théorie iront-ils jusqu’à prétendre que l’enfant est sorti miraculeusement du ventre de Marie sans toucher à son hymen ? Faudra-t-il inventer de nouveaux dogmes pour faire coller à l’Esprit Saint, des procédés littéraires un peu trop humains ? Non, arrêtons-nous là, il est bien temps. Nous avons été déjà bien loin dans ce qui ressemble à la perpétuation de cultes pré-christiques. N’allons pas plus loin dans ce culte ancien de déesse mère qui semble n’avoir rien de commun avec la révélation christique. Ces parties qui font références à de tels faits doivent être apocryphes.

 

Puisque certains ne la voient pas dans sa beauté, qu’ils semblent avoir voulu inventer quelques tours de magie pour arriver à croire, je vais vous dire quelle est la magnificence de Sainte Marie. La grandeur de l’accouchement de Marie, c’est de faire naître le fils de Dieu comme le ferait n’importe quelle mère. Faire naître un individu qui nous dépasse tant, et comme tous les autres, c’est ça l’humilité. En quelque sorte, ce procédé accrédite que nous puissions être sauvés. Oui, Jésus fils de Dieu est né d’un homme et d’une femme, dans une simple crèche, dans la nudité et la pauvreté, comme nous le sommes tous à notre naissance. D’ailleurs, quand vous voyez un « >

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le Vatican paye en Pachamama" MPI du 20/10/2020.

    "Entre la vénération de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la Terre Mère, il y a la distance entre le christianisme et un culte païen. " 

    Difficile à différencier dans notre Eglise…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Tribus Circiter (Saint Pie X)" MPI du 11/06/2020.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Eglise catholique refuse d’être instrumentalisée par Salvini », Les Echos du 23/05/2019.

    « « Je confie ma vie et la vôtre au Coeur immaculé de Marie qui, j’en suis sûr, nous portera à la victoire », »

    Je n’ai pas trop entendu notre Eglise quand il s’agissait de dénoncer les récupérations du lobby LGBT. Finalement, celui qui n’amasse pas contre nous est avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Savoir donner » Carême dans la ville du 20/03/2019.

    Eh bien non, l’important ce n’est pas de donner, mais de savoir pourquoi on le donne, comment et dans quel but, car nous avons aussi une responsabilité en ce monde.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jean-Marc Sauvé, un éclaireur dans l’Église », L’Express du 07/02/2019.

    Cette idée que l’Eglise puisse être pure, sans aucun pécheur en son sein, est une idée du diable.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu » », Jeanne Smits du 06/12/2018.

    J’aime à penser que son refus est assis sur une volonté d’élever son agresseur, et non pas sur un désir égoïste. Voilà la différence entre un culte marial et un culte catholique. Le catholique se sait sauvé, même violé, et il pense surtout à l’âme de ses adversaires. Il les considère plus qu’eux-mêmes ne se considèrent. Le tenant du culte marial ne pense qu’à lui en se croyant héroïque. Ce dernier ne vit qu’un enfermement là ou l’autre s’offre au monde en luttant contre le démon qui veut nous faire croire que les conversions les plus improbables ne sont pas possibles.

    Jamie Schmidt aurait pu être sodomisé de force, sa chasteté aurait été préservée. Mais elle a mis son agresseur face à la possibilité de renoncer au mal, de convertir son coeur. Et le diable ne l’a pas supporté.

    Face à un tel acte, je vous fiche donc mon billet que Thomas Bruce va se convertir avant de mourir, se convertir à la vraie foi, celle qui naît du sang des martyres, car Jamie Schmidt a posé un regard d’amour sur lui, refusant de céder au diable qui avait pris possession de son corps et de son esprit. Qu’elle ait refusé d’être violée est donc ici un détail. L’essentiel étant qu’elle ait posé un regard d’amour sur son agresseur (notre Père).