Accueil » Eglise/Religion » Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.
AIMELES Antiféminisme

Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.

Publié le 8 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

petit enfant naître, n’y voyez-vous pas déjà Jésus ? Moi si. Quand vous voyez une mère qui accueille son enfant avec amour, n’y voyez-vous pas le visage de Marie. Moi si. Et Joseph remerciant Marie d’un oeil bienveillant et plein de gratitude, n’est-ce pas ce père que nous aspirons tous être ? Je trouve qu’il n’y a rien de plus beau que ce dogme de la normalité de l’enfantement de Jésus. Les autres visions magiques de l’arrivée du Christ me dérangent parce qu’elles s’opposent au message même que le Christ nous a laissé : l’importance de pouvoir nous identifier au Christ, à Marie et à Joseph, selon notre sacerdoce, l’idéal de bonté intérieure, le déni des apparences. La divinité du Christ, ne doit jamais nous faire oublier le don de Dieu de Sa profonde humanité qu’Il a voulu pour notre salut. Oui nous appartenons déjà un peu au Christ, dès la naissance, car Dieu a daigné faire naître son fils comme nous naissons tous. Et vous femmes, quand vous enfantez, que vous le sachiez ou non, vous avez déjà un peu de Marie. Qui que nous soyons, d’ailleurs, nous devons accueillir un enfant comme un don de Dieu, et non comme une fabrication personnelle ou un être immanent. Marie et Joseph nous montrent comment accueillir un enfant, qui de toutes les manières, appartient déjà à Dieu. Cette idée que je défends ne veut même pas dire que Jésus n’était pas le fils de Dieu dès la naissance, ou avant, elle veut juste dire que la divinité de Jésus a été révélée au monde près de Saint Jean Baptiste, même si elle a pu être révélée de manière intime à Marie bien avant, et si Joseph ou un descendant de David a forcément participé à la conception, une conception sainte comme elle peut l’être entre mari et femme ou entre un mari et une femme qui vont se reconnaître comme tel. D’ailleurs qu’est-ce que cela enlève à Jésus qu’il ait eu des frères et soeurs comme il nous l’est dit dans les Evangiles ? (Matthieu 13 55, Marc 3 31-35, Marc 6 3, Matthieu 1 25) Jésus divin auprès d’une famille normale, d’un père et d’une mère qui s’aimaient. Quoi de plus normal, quoi de plus beau ? A-t-on vraiment besoin d’un surplus de magie pour croire en Christ ? Personnellement, je réponds non. Car ce procédé, qui pourrait paraître bien anodin aux quelques théologiens qui l’ont accrédité et qui l’accréditent encore, ne l’a pas été dans l’histoire. Je crois que ce dogme faux de la virginité perpétuelle et physique de Marie a eu un rôle très néfaste dans l’histoire, source de mort et de division. Sainte Marie ne peut être source de mort et de division. Ce dogme nous a poussé à relativiser le rôle de la Sainte Famille. Elle a fait de Marie une espèce de fille mère, fécondée directement par Dieu, mère de Dieu sans en être femme, et auprès de qui Joseph n’aurait eu qu’un rôle très secondaire. Je crois que cette erreur d’interprétation des Evangiles est en train de se révéler à nous, au moment même où les procréations médicalement assistées pour lesbiennes sont progressivement légalisées dans nos pays. Ainsi, nous n’en sommes pas arrivés là par hasard dans nos vieux pays chrétiens. Pour en arriver là, il a fallu que nous cautionnions l’idée qu’une femme puisse engendrer sans homme, il a fallu que quelques esprits déviants introduisent dans la très Sainte Révélation des éléments pour faire de Jésus un enfant de fille-mère. Pratiquement cette idée a fini par s’imposer à notre esprit. D’ailleurs, les militants de la cause homosexuelle ont eu beau jeu de nous renvoyer à cette faiblesse de la révélation qui est très certainement une erreur de dogme que nous traînons depuis des centaines d’années et qui n’a pour but que de rétablir le culte d’une déesse mère autosuffisante, s’auto-engendrant à l’égale d’une déesse, comme on croyait qu’elle le faisait avant et comme les progrès de la technologie nous le permettent désormais partiellement, et nous le permettront totalement demain.

http://lelab.europe1.fr/t/jesus-etait-un-bebe-pma-comme-les-autres-6892

http://www.rue89.com/rue69/2012/11/04/mariage-pour-tous-leglise-est-lagonie-236763

 

130501homo

 

 

Si l’immanence, si la prédestination ont remis en cause les fondements de la révélation christique, aujourd’hui, face aux revendications homosexuelles, il va bien nous falloir accepter de faire le ménage idéologique là où nous avons laissé subsister trop erreurs de logique à l’intérieur de notre Eglise, quitte à nous prémunir, plus qu’avant, d’un monde qui sème l’effroi en cherchant sa propre divinité en dehors « >

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le Vatican paye en Pachamama" MPI du 20/10/2020.

    "Entre la vénération de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la Terre Mère, il y a la distance entre le christianisme et un culte païen. " 

    Difficile à différencier dans notre Eglise…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Tribus Circiter (Saint Pie X)" MPI du 11/06/2020.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Eglise catholique refuse d’être instrumentalisée par Salvini », Les Echos du 23/05/2019.

    « « Je confie ma vie et la vôtre au Coeur immaculé de Marie qui, j’en suis sûr, nous portera à la victoire », »

    Je n’ai pas trop entendu notre Eglise quand il s’agissait de dénoncer les récupérations du lobby LGBT. Finalement, celui qui n’amasse pas contre nous est avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Savoir donner » Carême dans la ville du 20/03/2019.

    Eh bien non, l’important ce n’est pas de donner, mais de savoir pourquoi on le donne, comment et dans quel but, car nous avons aussi une responsabilité en ce monde.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jean-Marc Sauvé, un éclaireur dans l’Église », L’Express du 07/02/2019.

    Cette idée que l’Eglise puisse être pure, sans aucun pécheur en son sein, est une idée du diable.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu » », Jeanne Smits du 06/12/2018.

    J’aime à penser que son refus est assis sur une volonté d’élever son agresseur, et non pas sur un désir égoïste. Voilà la différence entre un culte marial et un culte catholique. Le catholique se sait sauvé, même violé, et il pense surtout à l’âme de ses adversaires. Il les considère plus qu’eux-mêmes ne se considèrent. Le tenant du culte marial ne pense qu’à lui en se croyant héroïque. Ce dernier ne vit qu’un enfermement là ou l’autre s’offre au monde en luttant contre le démon qui veut nous faire croire que les conversions les plus improbables ne sont pas possibles.

    Jamie Schmidt aurait pu être sodomisé de force, sa chasteté aurait été préservée. Mais elle a mis son agresseur face à la possibilité de renoncer au mal, de convertir son coeur. Et le diable ne l’a pas supporté.

    Face à un tel acte, je vous fiche donc mon billet que Thomas Bruce va se convertir avant de mourir, se convertir à la vraie foi, celle qui naît du sang des martyres, car Jamie Schmidt a posé un regard d’amour sur lui, refusant de céder au diable qui avait pris possession de son corps et de son esprit. Qu’elle ait refusé d’être violée est donc ici un détail. L’essentiel étant qu’elle ait posé un regard d’amour sur son agresseur (notre Père).