Accueil » Eglise/Religion » Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.
AIMELES Antiféminisme

Vierge Marie, féminisme et détournement de la révélation : une réponse théologique au mariage pour tous.

Publié le 8 mai 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

de la révélation. En supprimant ces erreurs, nous n’empêcherons peut-être pas de grandir un mouvement initié depuis trop longtemps, mais nous pourrons redevenir une Eglise saine prompte à redonner au monde un message cohérent et ainsi évangéliser à nouveau de manière ferme dans quelques centaines d’années.

 

En tant que catholiques, rien ne nous empêche de continuer à prier la vierge Marie, celle qui Sainte et pure se donna à Joseph, son mari, celle qui accueillit l’enfant de Dieu, celle qui dit oui à sa mission, celle qui avait la grâce de Dieu et qui a été choisie. Cependant, je crois qu’il est temps de redonner toute sa place à la Sainte Famille, à Joseph, le père, qui, lui aussi, a dit oui, et non cautionner cette idée qu’un enfant pourrait naître sans père biologique et que Dieu aurait agréé à la démarche, même s’Il en eût le pouvoir. Une institution aussi Sainte soit-elle aura toujours les plus grandes peines à remplacer, auprès d’un enfant, son père et sa mère biologiques. Nous sommes aussi des enfants de la création de Dieu. Nous ne sommes pas des cathares créés purs esprits. Notre corps est Saint, et il doit être respecté dans l’ordre de la création et de sa sainteté corporelle. Le corps et le sang du Christ, ne sont pas que des mots, ils sont d’abord une matérialité.

Si Jésus est le descendant de David, il l’est par Joseph, dans la chair puisqu’il est né de la chair. Jésus est Dieu. Il a un père et une mère, l’un s’appelant Joseph, l’autre Marie. Il est né d’un couple comme nous naissons tous. Dieu a choisi la Sainte famille pour faire naître son fils. Il l’a donné spécialement au monde, en holocauste, pour que nous puissions vivre et que nous puissions voir des enfants naître d’un père admirable et d’une mère qui ne l’est pas moins. Tout le reste, est culte ancien à la déesse mère, culte que le Christ est venu abolir, en plus de vouloir accomplir la loi, culte à la reine du ciel, déjà dénoncé dans l’ancien testament (Jérémie 44 25-27, Jérémie 7 18). Voici aussi la raison pour laquelle notre Eglise s’est divisée sur ce point. Nous avons certainement blasphémé. Notre société en est venue à avoir de nouveau des idées folles, parce que nous avons laissé perdurer un culte en le plaçant au-dessus de celui de Dieu, au-dessus de Jésus et au-dessus du Saint Esprit (dangerosité d’une récitation de chapelet mal comprise).

 

Soumis à la révélation de Jésus, nous devrions nous repositionner de manière saine à l’intérieur de nos Eglises.

Maris et femmes, seraient à l’image de Marie et Joseph.

Evêques, moines et prêtres, seraient toujours les successeurs de Saint Pierre et de Saint Paul, les anges serviteurs du Christ.

Les moniales, seraient toujours à l’image de ces femmes de l’Ancien et du Nouveau Testament, qui servaient Dieu malgré tout, anges serviteurs du Christ, images de Marie Madeleine.

Tous dans le Christ.

 

Quant à cette image d’une Eglise qui serait Marie ou bien indifféremment, le Christ, je crois, qu’en plus d’être une image incestueuse, qui se référerait à une union entre le Christ et sa mère, c’est une image fausse, puisque nous sommes l’Eglise et que cette Eglise est tout simplement le visage de Dieu, le corps du Christ, qu’elle est inspirée par l’Esprit Saint, certainement ni homme, ni femme, mais demandant tout autant de qualités viriles que féminines selon les prérogatives de chacun. En aparté et puisque notre Eglise se pose aujourd’hui la question d’écarter les loups pédophiles de son sein, je crois qu’il faudrait commencer par assainir le dogme pour éviter d’attirer des profils psychologiques déviants au milieu de nous. A cette fin, la position de chacun dans l’Eglise devra être précisée à l’éclairage des textes et des lumières scientifiques afin que plus aucune confusion ne soit possible pour les âmes errantes. De même pour clôturer les célébrations, si l’on veut prier Marie à la fin des offices, il serait peut-être souhaitable de s’adresser d’abord à elle à travers notre Sainte Famille. Là encore, regagnant une juste place, je pense que l’image de Marie redeviendrait féconde pour nous tous.

 

Puisse ce texte, lancé au milieu de nulle part, respecter la révélation christique et le dogme catholique, avoir été éclairé par l’Esprit Saint et porter des fruits à la mesure de ce qu’il contiendra de vérité auprès de ceux qui pourront l’entendre, le comprendre, l’accepter, et surtout le contester dans les points qui ne respecteraient pas une révélation qui nous vient de Dieu par Jésus « >

Lire la suite

33 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Le Vatican paye en Pachamama" MPI du 20/10/2020.

    "Entre la vénération de la Bienheureuse Vierge Marie et celle de la Terre Mère, il y a la distance entre le christianisme et un culte païen. " 

    Difficile à différencier dans notre Eglise…

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) "Tribus Circiter (Saint Pie X)" MPI du 11/06/2020.

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    « L’Eglise catholique refuse d’être instrumentalisée par Salvini », Les Echos du 23/05/2019.

    « « Je confie ma vie et la vôtre au Coeur immaculé de Marie qui, j’en suis sûr, nous portera à la victoire », »

    Je n’ai pas trop entendu notre Eglise quand il s’agissait de dénoncer les récupérations du lobby LGBT. Finalement, celui qui n’amasse pas contre nous est avec nous ?

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Savoir donner » Carême dans la ville du 20/03/2019.

    Eh bien non, l’important ce n’est pas de donner, mais de savoir pourquoi on le donne, comment et dans quel but, car nous avons aussi une responsabilité en ce monde.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jean-Marc Sauvé, un éclaireur dans l’Église », L’Express du 07/02/2019.

    Cette idée que l’Eglise puisse être pure, sans aucun pécheur en son sein, est une idée du diable.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    « Jamie Schmidt, martyre de la chasteté ? Cette femme est morte pour avoir refusé de céder à son violeur, « au nom de Dieu » », Jeanne Smits du 06/12/2018.

    J’aime à penser que son refus est assis sur une volonté d’élever son agresseur, et non pas sur un désir égoïste. Voilà la différence entre un culte marial et un culte catholique. Le catholique se sait sauvé, même violé, et il pense surtout à l’âme de ses adversaires. Il les considère plus qu’eux-mêmes ne se considèrent. Le tenant du culte marial ne pense qu’à lui en se croyant héroïque. Ce dernier ne vit qu’un enfermement là ou l’autre s’offre au monde en luttant contre le démon qui veut nous faire croire que les conversions les plus improbables ne sont pas possibles.

    Jamie Schmidt aurait pu être sodomisé de force, sa chasteté aurait été préservée. Mais elle a mis son agresseur face à la possibilité de renoncer au mal, de convertir son coeur. Et le diable ne l’a pas supporté.

    Face à un tel acte, je vous fiche donc mon billet que Thomas Bruce va se convertir avant de mourir, se convertir à la vraie foi, celle qui naît du sang des martyres, car Jamie Schmidt a posé un regard d’amour sur lui, refusant de céder au diable qui avait pris possession de son corps et de son esprit. Qu’elle ait refusé d’être violée est donc ici un détail. L’essentiel étant qu’elle ait posé un regard d’amour sur son agresseur (notre Père).