Accueil » Erreur idéologique » « Vous vous y habituerez »
Antiféminisme Aimeles

« Vous vous y habituerez »

Publié le 5 février 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

“Voici, j’ai deux filles qui n’ont point connu d’homme ;

je vous les amènerai dehors, et vous leur ferez ce qu’il vous plaira.

Seulement, ne faites rien à ces hommes

puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit.”

Genèse 19-8

M Delanoë a raison : nous nous habituerons au mariage homosexuel (Europe 1 du 02/02/2013). Quand la loi sera passée, progressivement, nous constaterons que les duos homosexuels ne semblent pas si différents des couples. Les plus rétifs d’entre nous verrons ces deux hommes ou ces deux femmes et leur trouveront tout un tas de qualités. S’ils divorcent, ils ne feront pas pire que ces hétérosexuels qu’ils ont copiés et nous les jugerons à l’aune de notre propre médiocrité. L’humain est naturellement tolérant pour les fautes des autres qu’il se permet.

 

Aujourd’hui, le divorce s’est libéralisé et nous trouvons ça très bien. Les avortements se sont multipliés et les officines d’état ne cachent même plus les vrais chiffres. Cela ne choque plus personne. La pornographie, nous l’exportons à l’étranger, même dans des pays qui interdisent sa production. Ayant gardé la mémoire de cette « tolérance » grandissante, nous savons qu’il en sera de même en ce qui concerne le mariage homosexuel et qu’il n’est peut-être pas bon d’en faire tout un plat.

 

 

En vérité, l’être humain peut s’habituer à tout.

 

Je ne veux pas entendre les nombreux récits d’exterminateurs, bon pères de famille, agissant en toute bonne conscience. Je ne veux pas les voir. Les crimes extraordinaires prendraient naissance dans notre ordinaire le plus banal ? Nous serions peut-être, en ce moment même en train d’exterminer, en toute bonne conscience, des millions d’âmes ? La guerre, l’extermination, c’est plutôt exaltant ! Ce n’est pas une journée triste sous les nuages et la pluie au sein d’une démocratie ! Ce n’est pas un laisser-aller individuel et généralisé. Trop culpabilisateur. Nous serions encore coupables, éternellement coupables, marqués du sceau du péché originel ? Idée fumeuse, dépassée, nous sommes plus civilisés que ça ! Nous ne sommes plus catholiques. Nous sommes des êtres plus évolués. Nous ne vivons plus dans le mensonge ou sous la tutelle d’une quelconque obédience !

 

Pourtant quand M Douch, directeur d’un camp de prisonniers au Cambodge durant la période Khmer rouge, témoigne, il ne veut pas délivrer un autre message. Seulement personne ne semble vouloir l’écouter. Soit il est coupable. Soit il est innocent. Il ne peut être un fonctionnaire d’état consciencieux, ni un mec sympa, prenant soin de ses proches et de ses voisins. Il ne peut pas être mieux que nous.

 

 

La grande régression.

 

Nous permîmes le divorce. Puis, il nous fallut jouir en dehors du couple en toute bonne conscience, ce fut la libération sexuelle. Il s’en suivit la généralisation du divorce et la fin des alliances. Les partenaires sexuels se multipliant, des femmes avortèrent en masse d’enfants qui les dérangeaient. Les femmes ayant la possibilité de s’en sortir sans les hommes, leur demandèrent de remplir une partie de leurs tâches, tandis qu’elles investissaient des métiers d’hommes. De plus en plus d’enfants ne distinguèrent plus leur père comme homme, de leur mère comme femme. La tyrannie domestique et médiatique exercée par de nombreuses mères, renforça cette confusion, tandis qu’on dénonçait un patriarcat qui n’avait jamais existé. Ces enfants confus issus de ces unions confuses ne comprirent plus le rôle d’un père dans la famille. Ils demandèrent à pouvoir se marier sans qu’il n’y ait de père réel présent pour leurs enfants (lesbiennes) ou de père symbolique (gays). Pour tous ceux-là, des repères « masculins » pouvaient se substituer au père, piètre image qu’ils entretenaient du père, et piètre image que ces repères « masculins » entretenaient d’eux-même. Tous les enfants confus, même s’ils n’étaient pas homosexuels souscrivirent à cette demande, parce qu’eux même n’avaient plus l’image d’un père digne de ce nom à la maison. Ils étaient féminisés, ne voyant que par leur mère, immatures et pédophiles, ils cédèrent tout aux femmes. Ils appelèrent cela « évolution ».

 

 

 

A quoi allons-nous nous habituer ?

 

Nous nous habituerons aux duos homosexuels, aux enfants sans père ou sans mère, comme nous nous sommes habitués aux divorces et aux avortements, aux ruptures, aux abandons d’enfants dans nos familles trop préoccupées à gagner de l’argent. Oui, sans réaction de notre part, dans quelques mois, nous nous habituerons à voir passer plusieurs centaines d’enfants de 7-8 mois dans un broyeur comme les Espagnols s’y sont habitués, et un juge nous expliquera qu’il ne faut pas faire une fixation sur ce détail, et nous accepterons les explications de ce juge, parce qu’au fond, nous sommes devenus trop lâches “>

Lire la suite

Abonnez-vous

Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle

18 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    “Paris accueille son premier festival consacré au travail du sexe”, Le Monde du 02/11/2018.

    Le festival des putes. Il fallait y penser.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) “Faut-il légaliser la GPA ? Valérie Boyer VS Caroline Mécary”, Les terriens du 31/10/2018.

    Super, nous en sommes à discuter du retour de l’esclavage.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Abonnez-vous

    Puis validez votre inscription dans votre boîte courrielle