Accueil » Enfance détruite » Affaire du collège de Florensac : les monstres du féminisme ont encore frappé.
Antiféminisme Aimeles

Affaire du collège de Florensac : les monstres du féminisme ont encore frappé.

Publié le 21 juin 2011 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Dans un précédent article, je prévenais déjà mes lecteurs. Les monstres du féminisme sont là, ces enfants qui prennent dans nos sociétés, la place délaissée par le père sont là.

 

http://actu.voila.fr/actualites/france/2011/06/20/herault-une-collegienne-decede-frappee-par-le-frere-d-une-camarade_73210.html

 

A Noisy le Sec, il y a quelques semaines, j’avais prévenu : nous n’avions pas affaire à un simple règlement machiste entre jeunes garçons. Celui qui avait été bastonnée, l’avait été pour des affaires de coeur entre fille, en représailles.

Mais, à cette occasion, les médias n’avaient pas fait leur travail. L’affaire avait été bien vite étouffée et on n’avait pas été chercher au-delà de nos conceptions féministes de la société.

 

La dernière fois, le jeune homme s’en était sorti. Après ce drame, du temps nous avait été laissé pour discuter de ces problèmes familiaux, en chercher leur origine, et trouver ensemble de solutions à apporter à cette question moderne.  Qu’avons-nous fait de ce temps ? “bof, il est vivant, le drame a été évité, retournons à nos petites considérations mesquines et individualistes…” Résultat des courses, on n’a pas compris la signification du drame, on n’a pas voulu la comprendre. Nous avons dilapidé notre liberté souveraine et la grande mansuétude que Dieu nous donne à chaque fois que nous errons. Mais cette fois, à cause de ce comportement criminel, la petite n’a pu être sauvée. Nous avons laissé le diable prendre une place que nous n’avions pas comblé, et en cela, aujourd’hui, nous sommes tous responsables de sa mort.

 

florensac

 

Pendant combien de temps allons-nous encore fermer les yeux ? Combien de temps allons-nous laisser les cadavres d’enfants s’accumuler sans donner d’explications sérieuses à tous ces drames qui arrivent. M Finkielkraut a raison : il y a quelque chose de pourri dans notre école de France. Mais pourquoi personne ne veut aller au-delà de ces considérations, pourquoi même certains idiots utiles refusent de prendre en compte ces considérations ? A cela, je ne peux qu’opposer la liberté souveraine dont chacun est doté et la volonté d’ignorer le mal.

 

Alors, maintenant, il y aurait en France des hommes qui seraient capables de bastonner une jeune fille de 13 ans jusqu’à la mort ? Ma belle France a bien changé. Qui sont ces monstres qu’on ne peut sanctionner, d’où viennent-ils et qui a autorité sur eux si ce n’est quelques mères surprotectrices et quelques pères efféminés et sans valeur ?

 

Oui, c’est une jeune fille qui a commandité le crime, c’est elle qui a poussé son frère à tuer une rivale. Combien de temps les féministes soutiendront-elles encore que les femmes ne sont pas violentes, et que plus largement, elles n’ont pas envoyé très souvent des hommes se faire tuer pour elles, comble de l’ironie en restant à l’arrière du convoi pour bénéficier quelques années plus tard d’une image de petites saintes ? Les femmes ne sont pas de petites saintes, pas plus que les hommes, et surtout pas dans notre société.

 

 

Il est temps de faire le bilan du féminisme. Il est temps de payer la facture. Et l’addition est salée. Les temps où nous allons devoir nous serrer la ceinture plus que de raison ne sont pas loin, et plus nous attendrons, plus les efforts seront conséquents. Notre France n’est plus belle. Elle est grasse de ses petits compromis, de son manque de civilité, de se laisser-aller à l’idéologie du tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes moderne et féminisé. La France ne survit que dans le souvenir de nos coeurs d’immigrés quand ils sont arrivés sur cette terre, de paysans qui sont nés de ce sol généreux, de royalistes qui ont cru au destin providentiel de notre pays, de Gaulois bon enfant jouant à prendre la vie de son meilleur côté, de catholiques unis dans la maison du Christ alliés d’un paganisme ouvert, et de quelques bonnes grands-mères qui n’ont pas totalement perdu leur culture et leur façon d’être.

Oui, la France a été heureuse.

38 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    Une lycéenne poignardée par un gang de jeunes filles :


    Article du Figaro du 07/01/2013

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Une lycéenne poignardée par un gang de jeunes filles :


    Article du Figaro du 07/01/2013

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    Placé en dehors de sa famille dans un centre d’accueil pour des raisons qu’on ne connaît pas dans l’article, il tue et viole une jeune fille de 12 ans :

    Figaro du 06/04/2014

  4. Ping de rondoudou:

    Mais est ce qu’HLM signifie forcément banlieue/cité ? (dans le style du reportage la cité du mâle)

    Parce que, même si je sais bien que le monde ne tourne pas autour de moi, personnellement en 18 ans de vie dans des cités comme ça, je n’ai dût connaitre que 2/3 personnes vivant dans une famille monoparentale (et encore, je dis 2/3 mais je n’en vois qu’1 seule). A la limite, il y a des familles recomposé mais tout mes amis, toutes mes connaissances, même de loin, on deux parents et des frères et soeurs et vivent avec …

  5. Ping de rondoudou:

    Je ne voulais pas vous interdire ça (‘sauf pour les choses qui sont naturellement changeables et améliorable’).

    Je ne suis pas ‘croyante’. Encore une fois, votre morale, ce n’est pas la votre, mais celle d’une religion (visiblement).

    Ne me dites pas qu’il y a plus de famille monoparentale ici qu’ailleurs, je ne PEUX pas le croire, et aucun sondage ne pourra me faire croire ça.

    D’accord pour le futur article, je l’attends.

  6. Ping de rondoudou:

    Mais le problème c’est que chacun sa morale. La loi française en a une. Et sois vous l’acceptez, sois vous vous tirez au Yémen. (sauf pour les choses qui sont naturellement changeables et améliorable). L’alcool, la cigarette et le fait de tuer des animaux sont permis, pourtant dans ma moral, ce sont de mauvaise choses, donc, si vous buvez, même un petit verre de vin, vous êtes donc quelqu’un sans morale qui mérite d’être jeté en tole (enfin, si je suis votre morale)

    2. Votre terme “sacralisé” me dérange. Votre phrase est bonne je trouve, mais ce mot n’est pas terrible, car quand on considère quelque chose de sacré, on le respecte ; or, ce n’est pas le cas de la femme dans les témoignages choquant que l’on peut trouver dans cette vidéo.
    Il est clair qu’il y a un genre de ‘scénario’ mais quasiment tout les journalistes le font et les scènes, les paroles restent vraies, ça ne change quasiment rien.
    D’après mes souvenirs, dans ce reportage nous n’avons qu’un seul indice sur une des familles ; et c’est celle, du jeune qui nous parlait de ses exploits sexuels et qui bat sa soeur.
    Mais je tient à vous le répeter, je vis en banlieue depuis toujours, et je sais comment ça marche ici. Je ne vois quasiment pas de familles monoparentales d’ailleurs. Et vous voyez bien pourtant, que le surpoids, les faits de violences sont plus souvent situé en banlieue qu’en province, pourtant…

  7. Ping de rondoudou:

    [je n’avais pas vu votre autre commentaire]

    1. Mais en quoi l’avortement compte ? Puisque c’est légal, il ne devrait pas y avoir de mal là dedans non ?

    2. Je ne vois pas où sont les critiques faisant état de mensonge ?? Je ne vois aucun flingue posé sur aucune tempe dans ce reportage, moi.

    3. Je ne suis pas très famille, car cette chose, personne ne la choisi, tout le monde la subi. Mais c’est vrai que la situation avait l’air mieux, il y a plus de 40 ans, pendant l’air Napoléonienne, pour les femmes (pas le droit de travailler, d’ouvrir un compte (ou sa bouche)), pour les Noirs (esclavage), ou pour toute la société, dans sa globalité (guerres, famines, maladies) et bien sur tout les avantages de vivre à ces époques là (les 35h, les restos du coeur, la spa, les congés payés, les congés maladie)…

    4. Mais que je vous rassure ; dans la vie de tout les jours, je ne suis en confrontation avec aucun homme.
    Et non, je ne rejoint aucun camp qui soit anti-humaniste, désolée.

  8. Ping de rondoudou:

    Je ne parlais même pas de travail domestique en plus…

    Qu’est que vous ne comprenez pas dans “à poste et compétences égales, elles gagnent 20 % de moins” ??

    Elles sont plus protégées car plus menacées, et je ne veux pas vexer les SDF (sans généralisé bien sur) (ou plus précisement, les clochards) mais certains d’entre eux se retrouvent où ils sont à cause de leurs problèmes avec l’alcool et avec la drogue, et proportionnellement, les hommes ont plus de problèmes avec ces choses que les femmes…

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.