Accueil » Enfance détruite » Clément Méric, l’enfant de leur haine.
Antiféminisme Aimeles

Clément Méric, l’enfant de leur haine.

Publié le 9 juin 2013 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Vous les croisez comme je les croise. Plongez vos yeux dans les leurs et voyez. L’innocence de la jeunesse ? Le désir d’aimer l’autre envers et contre tout ? Disparus. Une nouvelle génération de fanatiques qui s’ignorent, désarmés face aux contraintes de la logique du cœur, de la pensée et de la vie, arrive. Ils sont de petits blancs-becs maigrichons de 17-27 ans, des certitudes plein la tête, qu’on leur a transmises et qu’ils croient être leur, avec une passion haineuse contre les « extrémistes », les « fachos », les antis « mariage homosexuel ». Sans valeurs, ils ne voient plus que par leur opposition violente à des vilains qui seraient la cause de tous les désastres de ce monde. Fils et filles des notables, ils ne veulent pas admettre, encore, qu’ils sont les héritiers de ceux qui ont provoqué ces désastres. Il leur faut des murs pour devenir de vrais hommes, qu’ils ne trouveront jamais, comme leurs parents, éternels irresponsables de la conduite de ce monde, culpabilisant d’être si faibles et d’avoir voulu être à la hauteur de leurs fonctions. Fils de fonctionnaires, avec l’ardeur de leur jeunesse et la faiblesse idéologique et religieuse de leurs aînés, ils ne trouvent un sens à leur vie qu’en s’opposant à ceux qui veulent changer l’ordre d’une évolution utopiste qui n’a généré que du malheur, laissant tout faire pour mieux critiquer le résultat de leur libéralisme en matière de moeurs ou de pouvoir, ils usent d’un faux laxisme qui ne sert aujourd’hui qu’à mieux contrôler leurs intérêts de classe stérile. À la fin, renonçant à devenir des adultes, ils choisiront de collaborer à un système qui gave l’opinion publique de mensonges, et que par cynisme ou par immaturité, ils finiront par reprendre à leur compte. Ils vous parleront alors de liberté, d’égalité et de fraternité sans en vivre un traître mot mais espérant que la génération suivante fasse mieux qu’eux parce que toujours plus formatée.

 

130609meric

 

Clément Méric suivait le chemin de ceux là. Il faudrait le plaindre, chialer sur sa mort, mais ce serait continuer dans l’irresponsabilité. Il a cru. Il a cru à tous ces mensonges qu’un M Mélenchon professe avec tant de mauvaise foi, dont il joue pour rabattre quelques électeurs du front de gauche vers le parti socialiste, simple pêcheur de voix qui veut se donner l’apparence d’un leader aux yeux de pauvres citoyens déroutés par la marche du monde moderne, pollués par un discours médiatique complaisant envers les nouveaux meurtriers communistes. Un nouveau mur doit tomber, chez nous.

 

 

Qui l’a excité assez pour qu’il veuille aller tuer des gens qui ne lui avaient rien fait ?

 

Clément Méric a cru en tous ceux là mais contrairement aux autres, il en est mort. Les discours du front de gauche, du PS et des autres illuminés de l’humain, cette fois, ont eu des conséquences directes. Pour se dédouaner de leurs responsabilités, ces adultes féminisés se sont récriés. Plus que jamais, ils ont continué à mentir car, cette fois, devant la tragédie, il fallait qu’ils se persuadent et qu’ils persuadent leur public complaisant, qu’ils n’étaient responsables en rien du drame. Et leurs journaux ont répercuté leurs accusations fallacieuses pour mieux charger des innocents qui n’avaient fait que se défendre. Ceux-là auraient-ils dû se laisser insulter puis taper dessus sans réagir ? Les copains idéologiques de Clément Méric qui l’avaient envoyé au casse-pipe (pour faire volontairement de lui un martyre ou pas), ont pu accuser les autres, toujours les autres, de leurs crimes : « c’est la faute aux fachos, aux antis « mariage homosexuel », mais surtout pas à nous, qui les avons excités à aller se battre face à des personnes qui ne leur avaient rien fait. Accusons ceux qui se sont défendus et cachons ainsi notre culpabilité certaine. ». Et quand devant l’évidence, quelques voix de droite leur ont signifié qu’ils avaient quand même fait un peu de récupération, ils ont fini par accepter ce débat pour esquiver d’autant mieux celui de leur responsabilité dans le meurtre du petit Méric.

 

 

Les vrais responsables. Des personnes sans foi, sans religion qui ont perdu pied.

 

Oui, parents qui éduquez votre enfant dans la haine des humains parce que ceux qui ne pensent pas comme vous sont des « fachos », oui, partis politiques qui attaquez des gens, qui souhaitez « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

14 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Mort de Clément Méric : 4 skinheads renvoyés aux assises », Le Point du 07/07/2016.

    Je me demande à quoi pourront aboutir ce genre de persécution d’Etat.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Bon sang, les mecs qui se sont défendus sont toujours en prison. A ce compte là, laissez-vous tuer :

    Figaro du 05/05/2014 « Affaire Clément Méric : un an après des zones d’ombre subsistent. » 

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Les antifs vandalisent le collège des Bernardins à Paris :

     

    NDF du 12/06/2013

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Oups, les antifas poursuivaient Esteban depuis des mois pour fascisme à l’intérieur de la mouvance vegan…

     

    ER du 12/06/2013

     

    Ca commence à vraiment puer en France, la menace nationale socialiste PS.

  5. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Celui qui s’est défendu de Clément Méric était « proche » de groupes « d’extrême droite » et M Ayrault a décidé de dissoudre ces groupes ? Il serait peut-être intéressant de savoir à quel point il était aussi proche de l’UMP pour savoir si on peut entamer une procédure de dissolution de toute la droite.

     

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/11/ayrault-annonce-la-dissolution-de-groupes-d-extreme-droite_3428180_3224.html

    Bien entendu pas de dissolution prévue pour les antifas venus chercher la merde…

  6. Commentaire de Léonidas Durandal:

    L’article odieux de son ancien professeur d’histoire : « les méchants ce sont les autres qui pensent pas comme nous », un concentré de haine de l’autre où on comprend, au travers des lignes comment tout un système sélectionne ses élites de manière idéologique :

     

    Libération 10/06/2013

     

    Oui, la bête immonde est revenue.

  7. Commentaire de Léonidas Durandal:

    Sympa le dessin de « Eloi » dans NDf sur l’agression de Clément Méric sur Esteban :

     

    NDF du 26/06/2013

  8. Commentaire de Jeanne:

    bfaef62927f9967d579d03e19b727975

  9. Commentaire de John:

    105d30724a87a053f89a8b7de7428118

    Un « très bon » discours d’une personne de droite! De lire tout ça, ça me révolte, vous semblez vraiment très proche au niveau idéologique des skinheads qui l’ont tué… Après, je ne dis pas que les jeunes communistes ou socialistes sont beaucoup mieux, ils ont aussi une grande part de responsabilité à porter dans ce qui s’est passé…!!! De plus, je n’aime pas les extremistes, qu’ils soient de gauche ou de droite… En attendant, je suis plutot scandalisé de voir que vous ne faites porter le chapeau qu’à ce pauvre jeune!!! Bref, je ne vais pas m’attarder plus longtemps là-dessus, mais je voulais juste vous faire prendre conscience de la gravité de ce que vous avez écrit…

    Bonne soirée

  10. Commentaire de Kodlak le Barbare:

    40174f373e67db2b36ca6ddd2a4ff67d

    Bravo, excellent article, je suis bien d’accord avec vous.

  11. Commentaire de Dazin Pascal:

    fc015301867f20f8cd30a9ee11b3d0a3

    Ce gamin avait déjà connu l’épreuve du cancer. Mais il avait besoin d’exister autrement. Fils de « révolutionnaires »n soixante huitard devenus de bons bourgeois, il a été élevé dans un romantisme très particulier: celui de vouloir mener le combat que ses parents n’avaient pas mené eux-mêmes, mais dont ils se vantaient sans doute. Lutter contre le fascisme…vaste programme quand le fascisme n’est plus là…Don Quichotte cherchant ses moulins…Et en face? D’autres petitsv jeunes aussi immatures mais bien plus dangereux en termes de violence physique. Ils n’ont que cela pour exister, eux aussi. Des enfants de familles amputées, des mal élevés, mal éduqués, qui cherchent eux aussi un « ennemi ». Quelle société imbécile que celle qui transforme cette petite victime de l’aliénation politique en « héros ». Rien n’a donc changé depuis les combats de coqs entre LCR et GUD…Sauf que ceux de la LCR sont maintenant des fonctionnaires, des juges, des ministres, des avocats….Il est mort pour rien, ce petit garçon. Même pas pour des idées.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription