Accueil » Les avortoirs » #DélitEntraveIVG #Loi2223-2 : Je suis un délinquant
Antiféminisme Aimeles

#DélitEntraveIVG #Loi2223-2 : Je suis un délinquant

Publié le 27 janvier 2017 par Léonidas Durandal à 11 h 31 min

Estimant que l’humain est libre de sa destinée, qu’il peut notamment choisir entre le bien et le mal,

Estimant qu’une personne ne sera jamais, a priori, un fardeau,

Estimant que l’infanticide par avortement a de graves conséquences, sur la santé psychique des femmes les plus sensibles, sur leur santé physique et ce malgré les progrès de la médecine (une amputation restera toujours une amputation), sur le corps social dans son ensemble en ce qu’il le stérilise,

Estimant qu’un Etat n’aura jamais à me dire quoi penser, quoi diffuser comme information pour défendre la santé publique,

Estimant être moi-même libre de ma destinée,

J’affirme que l’infanticide par avortement a de graves conséquences notamment médicales, sur un nombre très important de femmes,

J’affirme également que l’Assemblée Nationale met en danger les femmes de notre pays en permettant le vote de la loi L2223-2, et en empêchant qu’elles soient informées sur le sujet,

je dissuade les femmes qui me liront d’avorter,

Je compte bien continuer à entraver leur bonne conscience,

J’allègue que l’infanticide par avortement, est une coutume d’un autre âge,

J’exerce et je compte bien continuer à exercer une pression intentionnelle sur les femmes et leur entourage pour qu’elles n’aient jamais recours à une telle pratique.

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

3 Commentaires

  1. Commentaire de François ALLINE:

    Il va sans doute passer à l’étape supérieure, ce que vient de faire Donald Trump… Vladimir, lui, vient de dépénaliser les violences domestiques. Disposition discutable, mais si l’on se donne la peine de comprendre que les violences psychiques en sont à l’origine – Violence du tigre (masculin) et de l’araignée (féminin) – cela a un sens.

    Lors de la regrettable affaire que je viens de vivre, j’ai posé une question aux lieutenants de la brigade des mineurs concernant la maltraitance des enfants : Quel est le plus grave, la violence physique ou psychique ? Ils m’ont répondu : « Sans hésiter la psychique ».

    • Commentaire de kasimar:

      En fait si la « justice » faisait mieux son bouleau plutôt que de prendre parti pour un sexe au détriment de l’autre, il n’y aurait pas autant d’injustice en défaveur des hommes

      • Commentaire de François ALLINE:

        80% de femmes magistrates plus 60% d’entre elles juges du siège + une doxa sociétale homme/bourreau – femme /victime = jugements extraordinairement partisans et évidemment partiaux…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription