Accueil » La pieuvre féministe » Il fallait bien qu’elles pourrissent aussi le milieu des jeux vidéos
AIMELES Antiféminisme

Il fallait bien qu’elles pourrissent aussi le milieu des jeux vidéos

Publié le 26 septembre 2014 par Léonidas Durandal à 9 h 37 min

vidéos, et les hommes n’y ont vu que du feu. Ces derniers ont préféré s’auto-flageller en public plutôt que de la mettre face à ses responsabilités.  Si j’en crois la bêtise de ce que j’ai vu, lu, entendu sur le sujet, elle est donc en passe de réussir l’incroyable exploit de dénaturer un milieu excessivement masculin en quelques années pour l’obliger à s’asexuer. Et cela sans avoir fait preuve d’aucune créativité.

 

Le manque de réaction de garçons en situation de carence affective.

Si certains garçons dans le milieu essaient de sauver les meubles par quelques commentaires acerbes, le vers est profondément enfoncé dans le fruit. Car les féministes ont semé la division et ont trouvé, comme à leur habitude, pas mal de chevaliers mamans haut placés et complexés de leur réussite pour les soutenir dans leur travail de sape. De ceux-là qui défendent les hystériques en disant « Ouaih, elles ont raison, il faudrait que nous, hommes comblés dans notre métier, nous n’en restions pas à l’âge de pierre ». Seulement ce sont les hommes qui nous ont fait sortir l’humanité de l’âge de pierre, pas les femmes, et par contre comme à chaque fois, ce sont des femmes qui essaient de nous y faire revenir, et qui y arrivent d’ailleurs selon les époques et les lieux.

Si un grand nombre de garçons dans ce milieu ne prennent pas conscience de la machine de guerre à laquelle ils font face, de l’imbécillité de certains d’entre eux, faibles et immatures, de tout ce que l’antiféminisme connaît par coeur, j’ai bien peur que, là comme ailleurs, les féministes finissent par tuer, après une longue période de parasitage, la culture masculine que quelques pionniers avaient pourtant su porter aux nues. Si les garçons sont invités à aimer les représentations asexuées qu’on leur impose, il n’est pas certain qu’ils y trouvent leur compte. Et la rééducation en marche dans tous les milieux créatifs finira par tuer la poule aux oeufs d’or. Un détail pour les féministes qui, rendues irresponsables, survivront à tous les dommages qu’elles auront causés.

 

1 « Une blogueuse menacée pour son combat féministe dans les jeux vidéos », Figaro Madame du 19/09/2014, Lucie Ronfaut.

 

2 « Le modèle marketing féministe CPCS », Aimeles de juin 2012.

42 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    "Violences sexistes et sexuelles : casseroles en cuisine" Libération du 22/10/2020.

    Ce qui les gène, c'est la cuisine, la France et l'amour du travail bien fait (de la pâte bien pétrie). 

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    "Quelles solutions pour lutter contre les violences sexuelles dans le sport?" L'Express du 31/01/2020.

    Il fallait bien qu'elles pourrissent aussi le milieu du patinage artistique. La gloire passée, elles remâchent leurs vieilles années jusqu'à la destruction. En un homme, elles ont pris le bobichon. 

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    "Violences faites aux femmes: les logiciels pour espionner les conjoints dans le viseur" Figaro du 26/11/2019.

    Ces femmes qui seraient si fortes en informatique, à tel point qu'il se dirait qu'elle aurait tout inventé, ne sont même pas capables d'assurer leur sécurité numérique à la base. Les pauvres, elles ont besoin de lois (ou d'un mari).