Accueil » Moyens déloyaux » (Vidéo) Il n’y a aucune discrimination envers les femmes, ni statistique, ni d’aucune autre espèce
Antiféminisme Aimeles

(Vidéo) Il n’y a aucune discrimination envers les femmes, ni statistique, ni d’aucune autre espèce

Publié le 26 octobre 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Si la vidéo Rutube a été désactivée, essayez du côté de Dailymotion :

Les discriminations salariales n'existent pas… par LeonidasDD

Si les deux liens précédents ne sont plus en service, essayez sur Youtube :

105 Commentaires

  1. Ping de gastirad39:

    kasimar: Dans certains métiers, nos merdias aiment faire croire qu’une seule hirondelle fait le Printemps. Mais les choix des femmes sont bien cohérents: un métier où on reste propre sur soi, avec des horaires souples, peu d’heures travaillées pour un max de salaire … Nous savons tous de quels métiers il s’agit. Pour ingénieurs ou informaticiens, elles choisissent des spécialités répondant à ces critères et laissent les autres où il faut se former de façon continue ou accumuler les heures sup par moment. Bref, elles visent le beurre … et l’argent du beurre. Avec la prime au divorce grâce à leurs choix envers les enfants.

    Mais ces choix provoquent des dégâts collatéraux considérables.

    a)    1)  La concurrence entre elles dans ces métiers est très vive, ce qui tire les salaires à la baisse. Cela a aussi pour conséquence d’éliminer les hommes et empêche toute évolution vers la parité.

    b) 2)     Ces métiers ont tous la particularité d’avoir des salaires conséquents tout en limitant le temps travaillé. Mais le temps libre devrait être consacré à la préparation du travail (préparation des cours, corrigés, formation continue …) Hors la plupart des femmes  consacrent ce temps au « domestique ». En conséquence, elles sont moins performantes. Comme ces métiers sont désormais fortement féminisés cela amplifie la pression sur les salaires et l’ élimination des hommes.

    c)     3)  Cependant, l’Etat féministe, pour des raisons électorales évidentes,  favorise ces métiers et pousse les salaires à la hausse. C’est ce qui explique nos millions de fonctionnaires qui sont à 61% des femmes, et notre dette nationale. D’autre part, il taxe au maximum les producteurs (hommes à 80%) exigeant d’eux une rentabilité sans cesse accrue.

     

    La conclusion, c’est que ces choix génèrent une mauvaise allocation des ressources humaines dans nos pays, favorisant les emplois administratifs pléthoriques aux dépends des emplois productifs. C’est probablement l’origine de la crise économique actuelle qui dure depuis 40 ans. Curieusement, cela coïncide avec la dernière vague féministe.

    • Ping de Léonidas Durandal:

      Ouf, nous sommes enfin d’accord.
      Il n’y a rien de curieux à la coïncidence avec le féminisme. Ce mouvement travaille notre société en ce sens depuis moulte décennies. La vampirisation des ressources est dans l’Adn féministe, dans ce cancer du féminin.

  2. Ping de Léonidas Durandal:

    Commentaire de Gastirad transféré :
    gastirad39

    http://www.washingtonexaminer.com/harvard-prof.-takes-down-gender-wage-gap-myth/article/2580405

    Elle s’appelle Claudia Goldin. Elle est professeurE d’économie à Harvard et elle dit en 2016 la même chose que moi depuis 20 ans. A savoir que s’il existe une différence de salaire entre homme et femme, cette différence n’est pas due à des discriminations sexistes, mais à des choix différents voulus (imposés ?) par la société. En particulier, les choix de carrière des femmes ont une origine essentielle : travailler moins que leurs hommes pour avoir plus de temps dans la sphère familiale.

    Ce qui nous ramène bien sûr au fameux « partage des tâches » féministe. Horizon inatteignable qui ne cesse de reculer malgré les « avancées » depuis 50 ans. J’ai prouvé que les femmes n’ont aucune envie d’atteindre ce graal féministe, car le partage inégal les favorise de multiples façons, en particulier au moment du divorce.

    Rien d’étonnant alors, qu’elles choisissent leur métier en fonction de ce but. Pourquoi certains métiers parmi les plus prestigieux (enseignement, droit, justice,finance, médecine, pharmacie, journalisme …) se sont-ils féminisés jusqu’à accorder aux femmes une prépondérance absolue, alors que d’autres (ingénieurs, informatique, plomberie …) résistent à l’invasion des femmes ?

    Et si le critère essentiel du choix des femmes était la possibilité dans ces métiers d’épargner du temps en vue de régner sur le temps domestique du couple et de tirer parti ainsi des possibilités offertes par le féminisme d’exploiter au mieux les fruits du travail des hommes dans le couple ?

    Et ce n’est pas tout ! Ces choix couplés avec l’entrée massive des femmes dans ces métiers produisent sur les économies occidentales des dégâts collatéraux considérables…

  3. Ping de Léonidas Durandal:

    65% des Français constatent dans leur quotidien qu’il n’y a aucune discrimination salariale entres hommes et femmes, Figaro du 11/02/2016. Les féministes transforment ce constat évident en plainte, en s’appuyant sur la différence de ressenti des femmes.

    plainte oiseaux

  4. Ping de Léonidas Durandal:

    “Egalité hommes-femmes, une priorité mais chez les autres”, Sud-ouest du 18/05/2012.

    Ou comment inventer un  problème qui n’existe pas.

  5. Ping de Léonidas Durandal:

    “Quelles sont les villes de France où les femmes sont le plus désavantagées ?”, Figaro madame du 07/01/2016.

    Alors bien entendu, si on élimine le plus gros, l’écart salarial entre hommes et femmes est plus proche de 1,5% que des 19% annoncés. Qu’importe, même les chiffres féministes doivent être grossis.
    Plus intéressant, on remarque que la France qui échoue est aussi celle où les écarts de salaires entre hommes et femmes sont les moins importants. Même les féministes pourront en conclure que la féminisation entraîne la régression économique, alors que les femmes salariées grossissent dans un premier temps le niveau du PIB.

  6. Ping de Léonidas Durandal:

    “Des inégalités salariales entre les hommes et les femmes dès le début de la carrière”, Figaro étudiant du 12/11/2015.

    Mélange de patates et de choucroute, avec un peu de pissenlits. Superbe manipulation.

  7. Ping de Léonidas Durandal:

    “Pour combler un écart de salaire de 8.5%, les femmes devraient arrêter de s’occuper de leurs enfants de manière privilégiée”, Figaro madame du 04/03/2015.

    Où on apprend également que les secteurs les plus performants emploient moins de femmes, et bizarrement les payent mieux. La justice de la compétence en somme…

    • Ping de kasimar:

      Bonsoir,
      Je viens apporter un démenti à ce torchon http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/bebe-katie-brenner-maman-femme-science-met-couches-mixeur-57404/
      Une femme qui a réussi à mener sa carrière et sa vie de famille, ce qui lui a valu
      C’est sur aux Etats-Unis, les femmes ont réellement cette force qui caractérise leur polarité féminine. C’est pas en France avec les bégueules, les pintades et autres mégères qui passent leurs temps à gémir gnia gnia gnia on est moins payée, on est discriminée, on est mal traitée … typiquement la mentalité du pékin moyen.
      Entre ceux qui en sont encore à affirmer que la femme n’est pas faite pour travailler et celle qui affirme que la maternité est un fardeau…
      M’enfin je constate à mon plus grand désarroi qu’homme comme femme ont du mal à évoluer et s’extraire d’un certain paradigme forgé par quelques individus depuis une quarantaine d’années.
      D’un autre côté ce sont des femmes de haut rang, comme une certaine Marissa Mayer, elles sont loin d’être des cas isolé à mon avis, mais le système médiatique aux Etats-Unis ne semble pas être bloqué par des paradigmes idéologiques entre autre.
      C’est sûr c’est autre chose que Lauvergeon qui ne voulait pas embaucher des blancs trop hétérosexiste, une véritable catastrophe économique.
      Les Françaises deviennent elles elles aussi des “beaufs”?

    • Ping de kasimar:

      Encore une étude biaisée 🙄

      • Ping de gastirad39:

        Kasimar: Oui, on passe sous silence les durées de travail supérieures des hommes pour ne comparer que les revenus. Pourtant, les études Insee sur les couples sont claires. Le travail professionnel d’une femme est inférieur de plus d’une heure par jour à celui de son compagnon. Mais là encore, ces études refusent de comparer pour ne considérer que le le travail domestique supérieur de la femme. Propagande vous dis-je ! Et même Propagande d’Etat camouflée via l’Insee en “preuve pseudo-scientifique”

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.