Accueil » Moyens déloyaux » La taxe à la connerie sur les femmes
Antiféminisme Aimeles

La taxe à la connerie sur les femmes

Publié le 5 novembre 2014 par Léonidas Durandal à 10 h 05 min

Vous n’y avez pas échappé si vous avez allumé une seule fois la télé ou la radio hier : les produits vendus aux femmes seraient plus cher. C’est le comité Georges Sand (sic) qui l’hadith (1). Le prix des rasoirs féminins seraient deux fois plus chers que ceux de leurs amis hommes. Quant aux coiffeurs, c’est bien connu, ils vendent plus cher aux femmes. Est-ce à dire que les féministes vont subitement devenir anti-gays ? En tout cas, le ministère de l’économie est saisi de l’affaire !

Petite leçon d’économie.

Le niveau des prix n’est pas défini par hasard. Il ne dépend pas d’une affreuse discrimination patriarcale mais de ce qu’on appelle en économie l’élasticité prix. Les féministes, notre ministre de l’économie et le journal économique « Les Echos » vont peut-être faire une découverte terrible, mais le prix d’un produit ne dépend pas uniquement de son coût. On appelle cela « liberté de vendre et d’acheter », ou encore, « économie de marché ». D’aucun pourrait trouver cela injuste, mais jusqu’à ce jour, on n’a justement pas trouvé de système plus juste que celui qui respecte d’abord la loi naturelle avant de faire preuve de générosité, je m’comprends.

 

Si le prix d’un produit ne dépend pas uniquement de son coût de fabrication, de quoi dépend-t-il ?

Toutes choses étant égales par ailleurs : quand une organisation est en situation de monopole (comme l’État), elle finit souvent par abuser de sa position dominante. Les prix augmentent.

Quand il y a libre-concurrence entre de nombreux acteurs économiques, les prix ont tendance à baisser (voir l’introduction de l’entreprise Free dans le secteur de la téléphonie). Tout cela est relatif à une lutte entre rendements d’échelle et dynamisme d’un secteur concurrentiel, je vous passe les détails…

Pour un même produit, un consommateur lambda a souvent intérêt à ce qu’il y ait de nombreuses entreprises en concurrence car il va alors payer ses produits moins chers. De plus, cette concurrence sera génératrice d’emplois rentables et ce même consommateur pourra alors trouver un travail plus facilement pour finalement acheter ce produit.

 

La notion de segmentation de marché.

Or, les décideurs économiques qui sont loin d’être bêtes, ont remarqué que certaines catégories de consommateurs étaient prêtes à payer plus cher que d’autres pour obtenir exactement le même produit. Comme nous avons la liberté d’acheter les produits qui nous conviennent, au premier abord, il paraît difficile de nous priver objectivement de notre libre arbitre pour nous vendre le même produit plus cher qu’un autre. C’est là que les services marketing interviennent. Ils vont tenter de rétablir une forme de monopole fictif en vous faisant croire qu’ils nous vendent un produit unique en son genre. Tandis que souvent, ce produit est substituable à d’autres, la publicité, les techniques d’emballages et bien d’autres méthodes, vont tenter de vous berner en introduisant des biais dans l’information que vous possédez. Plus un consommateur est naïf et bête, plus il va croire à ces différences. Plus il est riche, et moins il va prêter attention au prix. L’élasticité prix-produit est alors faible.

 

Différence hommes-femmes.

Or, il y a une catégorie de consommateurs que les services de marketing du monde entier, dans toutes les entreprises de l’univers, reconnaissent universellement comme plus facilement manipulable que la moyenne et plus riche aussi. Vous l’aurez peut-être deviné, ce ne sont pas des consommateurs exactement, mais des consommatrices. Eh oui, les femmes disposent majoritairement des revenus des foyers français (2) et comme vient de le montrer le comité Georges Sand, elles achètent aussi plus cher que les hommes à produit identique, alors qu’elles pourraient faire autrement.

 

Différence hommes-femmes : une différence de connerie.

Quand un homme n’hésitera pas à changer de rasoir ou de type de rasoir pour le payer moins cher et qu’il soit plus efficace, la femme elle, par contre, défendra sa représentation sociale en achetant un produit unique et marketé. Les femmes consomment donc plus que les hommes, mais ce qu’elles font plus que les hommes, elles le font aussi moins bien. Les services marketing qui les ont identifiées comme plus dépensières, se payent sur la bête. Et les femmes qui refusent « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

13 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Cherchez (plus) la fille », L’Express du 10/06/2018.

     

    Vendre de la merde à des connasses pour qu’elles puissent s’y identifier. Plan marketing réussi.

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    (Vidéo) « Demain, tous crétins ? [Documentaire 2017] »

    A la fin, un chercheur se demande « Les époques futures se demanderont comment nous avons pu en arriver là ? »

    Réponse : Il a suffi de vendre aux femmes des produits ménagers qui leur étaient inutiles, des canapés toujours plus confortables et sécurisés qui ne devaient pas brûler leur foyer mais qui étaient tout aussi dangereux que les autres, des produits pour bébés bien pratiques, des vêtements « protecteurs » de leurs enfants, et surtout faire baisser le prix du panier de la ménagère que même Le Général De Gaulle n’a jamais osé attaquer. Quand ce monde de femmes voudra des règles, il appellera des hommes en conséquence.

     

  3. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « TAXE ROSE : LES FEMMES PÉNALISÉES DÈS LE BERCEAU », Marie-Claire du 14/03/2016.

  4. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Obama ce gentleman qui enflamme les réseaux sociaux », Le Point du 20/05/2015.

    Ce n’est plus du sexisme la galanterie ? Ah mince, il y a un détail qui m’échappe.

  5. Commentaire de kasimar:

    Zemmour qui se fait accusé de faire l’apologie du viol par la fille cachée de Mitterrant : Bazardine Pigeon http://www.dailymotion.com/video/x29ffn6_vif-accrochage-entre-mazarine-pingeot-et-eric-zemmour_tv

  6. Commentaire de gastirad39:

    Archibald:  Je ne sais pas quel serait le meilleur partage « à égalité » entre mari-compagnon et femme. Je suis pour la complémentarité, chacune/ chacun apportant sa contribution en fonction de ses capacités et de ses spécificités. Je cite seulement des stats connues sur les revenus et dépenses selon les sexes. Il apparaît ainsi que le féminisme victimaire triche allègrement sur le statut des »pôv’femmes » qui sont volontaires pour se faire duper par la société de consommation, à condition qu’en définitive ce soit l’homme qui paie les pots cassés !Et en prime, la femme, constamment  avantagée (en particulier au niveau des Pubs), est autorisée par la pression sociale à se plaindre !C’est cela l’égalité des sexes à la sauce féministe.

  7. Commentaire de Archibald:

    @gastirad39
    « Au final, c’est donc le mari-compagnon qui paie indirectement les dépenses personnelles de ces dames. Là, c’est la taxe Bleue (ni Rose, ni Connerie) »
    Dans ce cas là ce sont les hommes qui sont cons, non ?
    Vous dîtes « l’homme rapporte les 2/3 des revenus ».
    Vous seriez donc favorable à ce que les femmes s’impliquent plus dans leur vie professionnelle (et moins familiale) les femmes rapporteront plus d’argent, travailleront plus, auront donc moins de temps pour faire les courses, donc les hommes le feront et ils deviendraient logiquement « décideurs » des achats?

    • Commentaire de Léonidas Durandal:

      C’est vrai que les hommes sont perméables. Le but c’est surtout d’obtenir un peu de gratitude, et un retour. Je pense que ce serait une sorte de minimum.

  8. Commentaire de gastirad39:

    Léonidas:  J’ai réagi comme vous face à cette nouvelle. Allons encore plus loin !  Les femmes célibataires se valorisent plus que les hommes célibataires en payant plus cher des produits qu’elles pourraient acheter moins cher au rayon homme. C’est la taxe connerie! Par contre, dans les couples, l’homme apporte en moyenne les 2/3 des revenus, mais la femme décide 80% des dépenses. Dont bien sûr les soins à sa personne. Au final, c’est donc le mari-compagnon qui paie indirectement les dépenses personnelles de ces dames.  Là, c’est la taxe Bleue (ni Rose, ni Connerie) qui n’est justifiée que par la pression sociale.Je pense également qu’à terme, les féministes inventeront une taxe anti-mâles pour compenser « l’injuste discrimination des femmes ». Ce qui reviendra à faire payer 2 fois aux hommes la futilité des femmes !  Bingo !

  9. Commentaire de observateur:

    Je crois que vous avez mis le doigt sur le point clé:
    Le ministère des finances aurait du dire que ces pseudos injustices ne sont que le résultat de la loi de l’offre et de la demande mais ne l’a pas fait.

    Preuve supplémentaire que le féminisme est un outil utilisé par une certaine élite dominante pour réduire le reste de l’humanité en esclavage.

    Deuxième détail aussi qui a son importance: les journalistes disent que ces « inégalités » avaient déjà été constatée aux états-unis. Il faut comprendre par là que les féministes de France ne sont même pas assez intelligentes pour concevoir elle même leur propagande mais ont besoin de copier leur consœurs américaines.

  10. Commentaire de alexandre:

    Merci Leonidas de faire le boulot! Ce qui vous dites est très juste. J’ajouterais que le produit de luxe par exemple qui se destine majoritairement au femmes est  l’extrapolation de ce que vous dites. Les femmes adorent payer un prix symbolique, prix qui leur permet de se distinguer d’entre les femmes. Les hommes préfèrent (globalement) la qualité, les femmes, la distinction, donc, oui, les femmes sont plus sensibles à l’esbrouffe et se font parfois avoir, et alors?? Si cela leur plait…Ils vont bientôt nous pondre un impôt de solidarité (chiffrage 1100 eu de difference/an, Forbes ) payable par les hommes pour que ces dames puissent se payer leur sac Vuitton!!D’autre part, il y a souvent des coûts intrinsèquement différent pour un service rendu à une femme ou à un homme: plus de temps pour une coupe de cheveux longs de femme, le pressing d’un chemiser délicat etc.Quant on pense en outre à tous ce que les hommes doivent payer plus cher dans la société…ahaha rien ne les arrête dans la mauvaise foi

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription