Accueil » Enfance détruite » La guerre contre les garçons, partie 2 : résultats aux examens en France
Antiféminisme Aimeles

La guerre contre les garçons, partie 2 : résultats aux examens en France

Publié le 10 juillet 2012 par Léonidas Durandal à 0 h 00 min

Après la traduction de la conférence de Christina Hoff Sommers sur la guerre contre les garçons, voici des résultats édifiants pour le système scolaire français.  

Sur les 5 premiers prénoms qui auraient obtenu la mention très bien (bac général et technique), aucun garçon. Sur les 5 derniers, par contre, les garçons représentent 3/5 du total :

 

mentions.jpg

 

Lien vers l’article du Figaro

 

Pour une fois j’ai pu aller plus loin grâce aux chiffres publiés sur ce site. L’article sus-mentionné faisait état de questions de classes, et d’origine, mais bizarrement, pas de sexe. J’ai donc corrigé le tir.

 

Je n’ai pu travailler que sur 1/3 de l’échantillon mais 177 088 élèves c’est déjà un sacré échantillon :

 

Or voici ce que j’ai obtenu :

 

Les filles ont 26,82% de chance en plus d’obtenir une mention TB par rapport aux garçons.

 

Malheureusement s’il y a 15% de filles en plus que de garçons présents dans cet échantillon, cela n’est pas significatif car je ne sais pas quel découpage a été choisi par le présentateur de l’article. Mais on peut supposer que ce nombre est encore beaucoup plus important dans la réalité puisqu’un article du journal Le Monde basé sur des statistiques de l’éducation nationale montrait que l’année dernière, si les taux étaient légèrement favorables aux filles dans les filières techniques et plus forts pour les garçons dans les filières et professionnelles (sic), les filles avaient 45% de chance en plus d’obtenir un bac général par rapport aux garçons :

 

Article du journal Le Monde du 08/03/2011 et qui fait référence aux statistiques de l’éducation nationale dont le titre est éloquent «Filles et garçons sur le chemin de l’égalité, de l’école à l’enseignement supérieur » (ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 2011) (sic)

 

Dans cet article si les professeurs consacrent plus d’attention aux garçons (56%), le lien n’est pas fait avec l’échec scolaire massif des garçons. Par contre l’article affirme que les professeurs qui prêtent plus attention aux garçons, favorisent en fait les meilleurs (qui en profiteront face aux filles comme cela est écrit).

 

Aujourd’hui cet autre mythe tombe grâce à l’étude de Baptiste Coulmont sus-mentionnée.  

 

TOUT LE SYSTEME SCOLAIRE A POUR BUT D’EXCLURE LES GARCONS EN MASSE, DES PLUS MAUVAIS AUX MEILLEURS, 

 

 

Pour les plus sceptiques, voici le tableau que j’ai utilisé. Si vous n’y connaissez rien en statistiques, je suis à votre disposition pour répondre à vos questions (cliquez dessus et utilisez un zoom pour avoir des données bien lisibles) :

 


mentions2

 

La domination féminine prend ici la forme d’une tyrannie.

14 Commentaires

  1. Ping de Léonidas Durandal:

    “Éviction d’un enseignant d’Assas, soupçonné d’avoir harcelé 69 étudiantes” L’Express du 19/04/2019.

    “elle dit avoir constaté “que de manière générale les garçons étaient moins bien notés”. “

    Ce serait si facile de faire une étude statistique sur les différences de notation entre filles et garçons. On le fait dans le privé sur les différences salariales alors que ces différences constituent des différences de productivité…

    Laisser un commentaire

    Premier commentaire ou VPN ? Le commentaire sera mis en attente de validation

    -

    Votre sexe SVP :

    -

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.