Accueil » La pieuvre féministe » Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié
Antiféminisme Aimeles

Le document qui accuse le réseau gay : le mensonge était planifié

Publié le 14 septembre 2015 par Léonidas Durandal à 10 h 16 min

En 1987 Marshall Kirk et Erastes Pill, chercheurs à la prestigieuse université d’Harvard publient un document sur la stratégie et la tactique à suivre pour normaliser l’homosexualité. Ce document « The overhauling of straight America », je vous en propose la traduction avec des réflexions personnelles notées ndt pour note du traducteur. A vous de juger de la probité de la démarche qui a été utilisée par le réseau LGBT pour subvertir l’Américain moyen.

« L’évolution » de l’Amérique hétérosexuelle

La première étape de ce travail consiste à désensibiliser le public américain concernant les droits des gays et du gay en particulier. Désensibiliser le public c’est l’aider à percevoir l’homosexualité avec indifférence ou avec toute absence d’émotivité. Idéalement, nous devrions considérer les différences de préférence sexuelle sur le même registre que des différences de goût comme pour la crème glacée ou le sport : elle aime la cerise, j’aime la vanille ; il suit le base-ball et je suis le football. Pas de problème.

Au début, nous viserons seulement la désensibilisation des gens et rien de plus. Nous n’avons pas besoin et nous ne devons pas attendre une pleine « compréhension » ou « approbation » de l’homosexualité de la part de l’Américain moyen. Oubliez de vouloir persuader les masses que l’homosexualité est une bonne chose. Si vous les amenez à penser que c’est « juste quelque chose d’autre », avec un haussement d’épaule, alors votre bataille pour les droits sociaux et légaux sera gagnée. Et pour en arriver à l’étape « haussement d’épaules », les gays comme classe sociale doivent cesser d’apparaître comme mystérieux, étrangers, détestables, et contrariants. Une grande campagne de communication sera nécessaire pour changer l’image des gays aux USA. Et pour accomplir ce retournement, chaque campagne devrait faire 6 choses.

1 Parlez du sujet gay et de l’homosexualité aussi fort et aussi souvent que possible.

Le principe qui appuie ce concept est simple : n’importe quel comportement est perçu normalement si vous y êtes exposé d’assez près et en particulier de par vos fréquentations. L’acceptation d’un nouveau comportement est basé sur le nombre de vos proches qui l’acceptent ou qui le pratique. Certains peuvent être choqués par sa nouveauté au début– plusieurs l’ont été dans le passé par le « streaking » (ndt : courir nu dans un événement sportif), manger du poisson rouge, ou le sexe avant le mariage. Pourtant, au fur et à mesure que le quidam sent qu’il est invité régulièrement à penser de manière identique à ceux qui l’acceptent, et tant que ce nouveau comportement ne présente qu’une petite menace pour sa sécurité financière et physique, le voilà qui s’y habitue bien vite, et la vie continue. Le sceptique peut continuer à secouer la tête et penser « Les gens sont fous en ce moment », progressivement ses objections deviennent plus réfléchies, plus philosophiques, moins émotionnelles. (ndt : les auteurs adoptent un point de vue scientifique comportementaliste qui exclut toute forme de réflexion).

La manière de paralyser l’émotivité à propos de l’homosexualité est d’avoir un grand nombre de personnes discutant de ce sujet de manière neutre ou positive. La discussion ouverte et franche rend le sujet moins furtif, étrange, et coupable, plus honnête. Des discussions constantes donnent l’impression que l’opinion publique est au moins, partagée sur le sujet, et qu’une bonne partie accepte ou pratique l’homosexualité. Même les débats houleux entre opposants et défenseurs servent le camp de la désensibilisation tant que des gays « respectables » sont mis en avant et font face pour atteindre leur but. La chose principale est de discuter d’homosexualité jusqu’à ce que cela devienne profondément fatigant.

Et quand nous disons de parler d’homosexualité, nous ne voulons pas dire beaucoup plus. Dans les premières étapes de n’importe quelle campagne de communication pour atteindre l’Amérique hétérosexuelle, les masses ne doivent pas être choquées et rebutées par une exposition prématurée au comportement homosexuel lui-même. Au lieu de cela, l’imagerie autour du sexe doit être minimisée et la question des droits gays doivent être réduit à une question sociale abstraite autant que possible. Le chameau pointe son nez à l’entrée de la tente avant d’y introduire son gros derrière ! (ndt : le terme « gay » est indifféremment employé par les auteurs avec celui « d’homosexualité » à une époque où les revendications des communautés homosexuelles féminines sont jugées marginales et où par contre, la communauté gay dans son ensemble s’est solidarisée autour des contaminations dues au SIDA)

L’important est de savoir où nous parlons. Les médias visuels, films de cinéma et télévision, sont simplement les vecteurs d’images les plus puissants en Occident. Un ménage moyen américain regarde plus de 7 heures la télévision par jour. Ce temps passé ouvre « >

Lire la suite

Pour recevoir l'infocourriel mensuel

Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription

47 Commentaires

  1. Commentaire de Léonidas Durandal:

    «  »Roman d’une adoption »: « Pourtant, on est potables comme parents » », L’Obs du 12/06/2018.

    Mettre sur le même plan un duo et un couple. Ignorer les problèmes spécifiques liés à l’adoption. Ignorer la différence des sexes alors que l’enfant va devoir déjà faire le deuil de ses parents biologiques. A part cela, ce n’est pas du travail militant bien entendu…

  2. Commentaire de Léonidas Durandal:

    « Pourquoi les mariages de personnes de même sexe sont-ils en perte de vitesse? », 20minutes du 17/01/2018.

    Un bouleversement de civilisation pour 2% de personnes troublées.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Pour recevoir l'infocourriel mensuel

    Dernière étape : Cliquez sur le courrier qui va vous être envoyé pour valider votre inscription